Actualités

Martinique : les gendarmes conduisent les yoles à bon port

Auteur : Antoine Faure - Photos GND Théophile Chatain - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© GEND/SIRPA/T.CHATAIN

Au cœur de l’été, la gendarmerie nationale ne sécurise pas uniquement les Tours de France cyclistes, masculin et féminin. En Martinique, après le tour cycliste de l’île, elle s’assure également que le très populaire Tour des yoles rondes se déroule dans les meilleures conditions. Présentation du dispositif.

La yole ronde de Martinique est une embarcation à voile légère, inspirée des barques traditionnelles des pêcheurs antillais. Depuis 1984, le Tour des yoles rondes de la Martinique (TYRM) est une course très populaire. Le départ de la 36e édition a été donné dimanche 31 juillet, et l’arrivée aura lieu ce dimanche 7 août, après un parcours complet autour de l’île.

Après l’annulation des TYRM 2020 et 2021, l'engouement populaire est chaque jour très important, avec une forte affluence - près de 20 000 spectateurs - sur les lieux de rassemblement. Afin que la fête se déroule dans les meilleures conditions, la gendarmerie de Martinique, véritable partenaire de l’organisation, a mis en place un important dispositif, engageant plus de 200 gendarmes, départementaux et mobiles, ainsi que de nombreux réservistes, pour sécuriser le Tour, et les activités qui y sont liées, dans sa zone de compétence, c’est-à-dire sur terre et dans la bande des trois miles nautiques.

À terre…

À terre, dans chaque ville étape, une bulle de sécurité est mise en place avec un filtrage et des contrôles systématiques. Une vigilance particulière étant apportée à la sécurité des fêtes dites « afters-yoles », afin d’éviter tout trouble à l'ordre public lié, notamment, à la consommation d’alcool et de stupéfiants.

Le dispositif concerne également les axes routiers. Il s’agit d’éviter la saturation du réseau dans les centres-villes et l’encombrement des voies réservées aux secours et aux services publics, afin d’assurer la sécurité des mobilités, en cas d’évacuation d’un blessé par exemple. Chaque jour, dès la fin de la course, les gendarmes fluidifient ainsi la circulation et escortent les convois de yoles vers les zones de mouillage.

Pour réaliser ces missions, les trois compagnies de gendarmerie départementale de Martinique, à Fort-de-France, à La Trinité et au Marin, et l’Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) de Martinique ont pu compter sur le renfort de deux Escadrons de gendarmerie mobile : l’EGM 17/9 d’Hirson et l’EGM 45/3 de Saint-Amand-Montrond, appuyés par des réservistes opérationnels du Comgend, indispensables dans cette manœuvre de contact visant à « rassurer, protéger et créer du lien avec la population ».

En mer…

La sécurité est également assurée sur le plan d'eau lui-même, où plus de 250 embarcations de plaisance suivent les « yoleurs » sur chaque étape. La gendarmerie est donc présente en mer pour sanctionner tout comportement accidentogène autour des compétiteurs (abordage, vitesse inadaptée), le non-respect des règles de sécurité par les embarcations transportant du public (surcharge, défaut d'équipements de sécurité), la navigation anarchique des engins nautiques motorisés, l’intrusion dans la bande des 300 mètres, ainsi que le non-respect de l'interdiction des activités subaquatiques et de baignade. Les gendarmes de la Brigade nautique (B.N.) du Marin, avec leur embarcation et leurs jet-skis, assurent cette mission « sportive et intense », appuyés par les autres services de l’État : l’Unité littorale des affaires maritimes (ULAM), les douanes et la Marine nationale.

 

Et dans les airs

À terre et en mer donc, mais aussi dans les airs, avec l’engagement de la Section aérienne de gendarmerie (SAG) de Fort-de-France, en lien avec les militaires de la Brigade de gendarmerie des transports aériens (BGTA) du Lamentin, chargés de contrôler et de réprimer toute infraction relative à l'utilisation de drones.

Enfin, afin de faire face aux risques liés au passage à l’acte d’un individu, l'Antenne du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (AGIGN) de Fort-de-France est placée en réserve, en capacité d'intervenir rapidement sur chaque site.

Grâce à ce dispositif, l’édition 2022 du Tour des yoles rondes de la Martinique et la fête tant attendue par la population se déroulent parfaitement. La gendarmerie démontre une nouvelle fois son savoir-faire et sa capacité à monter en puissance pour assurer la sécurisation des grands événements populaires qui ont lieu pendant l’été, en métropole comme en outre-mer, qu’il s’agisse d’épreuves sportives ou de festivals culturels.