Actualités

Mieux accompagner les militaires vers une deuxième carrière

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃5 min.
Signature de convention entre la gendarmerie et le groupe Hermès.
© Sirpa Gendarmerie - B. Lapointe

Depuis plusieurs années déjà, la gendarmerie nationale, par l’entremise de la sous-direction de l’accompagnement des personnels, s’investit pour guider au mieux les militaires en transition professionnelle ainsi que pour favoriser l’aide à l’emploi des conjoints. En plein essor sous l’impulsion de la stratégie GEND 20.24, cette dynamique, développée en lien avec Défense mobilité, repose sur la signature de partenariats avec de grands groupes, à l’instar de l’AGPM ou de Hermès en mars dernier.

« De plus en plus de gendarmes aspirent à une deuxième carrière en dehors de la gendarmerie. C’est une évolution sociologique et sociétale que nous devons prendre en compte pour aider ces personnels à aborder cette deuxième vie dans les meilleures conditions possible, c’est-à-dire en les guidant vers des emplois pérennes, expose le colonel Gwendal Durand, Sous-directeur de l’accompagnement du personnel (SDAP). Nous avions déjà à cœur l’accompagnement de nos blessés. Aujourd’hui, en lien avec Défense mobilité, nous cherchons à intensifier ce volet de transition professionnelle. Une aide que nous avons d’ailleurs élargie aux conjoints en recherche d’emploi, afin de faciliter la mobilité. C’est là tout l’esprit de la stratégie R.H. développée dans le cadre du plan d’action GEND 20.24, et plus spécifiquement du pilier 2 “s’engager ensemble et en confiance”. »

Au sommet de ce dispositif se trouve le Bureau de la valorisation et de la transition professionnelle (BVTP) de la SDAP, relayé en région par les Centres d'orientation et de reconversion (COR), dont l’action permet de guider ces personnels, qu’ils soient gendarmes adjoints volontaires, sous-officiers ou officiers, vers tous types de poste, d’exécutant à cadre supérieur.

« L’objectif est de proposer un accompagnement dont tout le monde sortira gagnant, avec des personnels épanouis dans un nouvel emploi, des employeurs satisfaits du recrutement de personnes au profil intéressant, car dotées de compétences en management, de valeurs fortes et dont le savoir être est reconnu, et pour la gendarmerie, un vecteur de rayonnement supplémentaire à travers ces ambassadeurs », poursuit l’officier.

3 818 militaires accompagnés dans leur démarche de transition professionnelle

Une stratégie efficace qui a déjà satisfait de nombreux candidats à la transition professionnelle. Ainsi, en 2021, la gendarmerie a accompagné 3 818 militaires dans cette démarche. Dans ce cadre, 240 formations professionnelles ont été financées et 1 958 militaires ont été reclassés, dont 55 % de gendarmes adjoints volontaires, 41 % de sous-officiers et 4 % d’officiers, à 52 % dans le secteur privé et à 48 % dans la fonction publique. Les principaux secteurs de transition professionnelle restent la sécurité publique (35 %), la sécurité privée (10 %), le transport de marchandises et de voyageurs (7 %) et le domaine administratif (5 %). Dans la moitié des cas, le retour à l’emploi se fait dans l’année suivant le départ de la gendarmerie.

Pour identifier les postes susceptibles d’intéresser et d’accueillir les futurs ex-gendarmes, l’Institution signe donc des conventions avec des groupes importants, travaillant au profit ou autour de la communauté militaire, ou porteurs de valeurs entrant en résonance avec les siennes. Plusieurs ont ainsi déjà été contractées, par exemple avec le groupe international français AXA, spécialisé dans l'assurance et dans la gestion d'actifs, depuis le 19 février 2020, ou encore le groupe Partnaire, numéro 1 français de l’intérim, depuis le 23 novembre 2021.

Des liens forts existent également avec la RATP et la SNCF, avec lesquelles la collaboration est régulière, particulièrement dans la sphère des métiers de la sécurité, sans toutefois pour l’heure de convention formalisée.

Deux nouvelles conventions

En mars dernier, deux nouvelles conventions sont venues renforcer ce dispositif animé par la SDAP. La première a été signée le 25 mars, au sein de la caserne Tournon, par le général d’armée Christian Rodriguez, avec le groupe Hermès, un partenaire de longue date.

« Au travers de la garde républicaine, il existait déjà un partenariat fort entre cette grande maison française et la gendarmerie, mais ce sont surtout deux maisons à fortes traditions, qui partagent des valeurs communes et des centres d’intérêt communs, comme le monde équestre, et qui se retrouvent dans le domaine de l’excellence. Hermès emploie d’ailleurs un ancien officier reconverti au poste de directeur de la sécurité. Cette convention était donc une suite logique », souligne le colonel Durand.

Au titre de son engagement en matière de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), et dans le prolongement de ce qu’il fait déjà avec les armées, la volonté du groupe Hermès est plus particulièrement de proposer des postes, dans ses différentes unités de confection et de production, sur l’ensemble du territoire national, à des gendarmes blessés. « Pour nous, c’est donc la possibilité de proposer des opportunités dans le monde de l’excellence française et du luxe, sur des métiers parfois rares, comme la sellerie, le travail du cuir, etc. »

Signature de convention avec le groupe AGPM.

© Sirpa Gendarmerie - B. Lapointe

Plus récemment, le 31 mars, à Issy-les-Moulineaux, le Directeur des personnels militaires de la gendarmerie nationale (DPMGN) et le P.-D.G. du groupe AGPM, créé il y a 70 ans par des militaires, à destination de la communauté de la défense et de la sécurité, ont également signé une convention au titre de la transition professionnelle. Celle-ci formalise des relations de partenariat nouées de longue date sur la base de valeurs fortes partagées par la gendarmerie et le groupe AGPM, telles que la confiance, le respect et la solidarité.

Avant même cette signature, huit gendarmes étaient ainsi déjà reclassés au sein de cette société, dans des emplois spécifiques aux métiers de l’assurance, et seize offres d’emploi sont actuellement accessibles au titre de la transition professionnelle, pour des postes de conseillers commerciaux et de délégués en agence sur l’ensemble du territoire. Une dynamique que cette nouvelle convention permettra d’accentuer.

Un job board en accès libre

Les offres d’emploi proposées dans le cadre de ces conventions sont mises en ligne sur un job board mis à disposition par la DPMGN et accessible sur Intranet, via Agorh@ (rubrique mon dossier reconversion), à tous les militaires, y compris hors démarche de transition professionnelle, et à travers eux à leurs conjoints.

Il est également régulièrement alimenté par des offres de tous niveaux émanant d’employeurs qui contactent directement la gendarmerie. Le BVTP se charge ensuite de faire le lien entre le candidat et l’employeur, apportant ainsi plus de poids à la candidature. « C’est une caution supplémentaire, note l’officier. Et cela assure aussi pour l’employeur le suivi de son annonce. C’est aussi le BVTP qui proposera certaines opportunités d’emploi dans le cadre de l’accompagnement plus spécifique des blessés. »