Actualités

Projet Genesis : s'ouvrir plus encore au monde de l'entreprise

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃7 min.
© Accuracy

Douze stagiaires, six cadres du cabinet de conseil Accuracy et six officiers de gendarmerie, se rencontreront à cinq reprises d'ici la fin de l'année, afin de se pencher ensemble sur des thématiques communes. L'objectif : la valorisation et la découverte croisées du monde de l'entreprise et de la gendarmerie.

Si la mobilité extérieure n'est pas chose nouvelle en gendarmerie, elle s'est largement développée ces dernières années, s'inscrivant notamment dans le parcours des Officiers de gendarmerie (O.G.) depuis 2018. En mai de cette année là, s'exprimant à l'occasion d'une réunion de l’UNPRG, le général d'armée Christian Rodriguez, alors major général de la gendarmerie, annonçait ainsi l'instauration d'une obligation pour les O.G. de s'immerger dans une autre administration, voire dans le secteur privé, comme c'est le cas pour les hauts fonctionnaires.

L'objectif ? Mieux faire connaître la gendarmerie et ses savoir-faire, mais également enrichir ses officiers d'une expérience interministérielle ou dans la vie civile, de nouveaux contacts, de nouvelles compétences, à même de « mieux faire avancer la maison ».

Cette approche coïncide avec une démarche similaire qui s'étend dans le secteur civil, où nombre d'institutions et d'entreprises sont tentées de s'inspirer des valeurs et des méthodes du monde militaire, et notamment celui de la gendarmerie, que ce soit en matière de recrutement, de formation, de gestion des ressources humaines, de gestion de crise, de négociation, d'innovation...

« Lutter contre l'immobilisme intellectuel »

« En nous offrant ainsi une ouverture sur le monde privé, la mobilité extérieure des officiers est pour nous l'occasion d'aider les entreprises avec lesquelles nous travaillons au quotidien. Cette meilleure connaissance mutuelle nous permet de mieux cerner leurs besoins et de concevoir une offre de sécurité sur mesure, dans la droite ligne de la stratégie GEND 20.24, explique le lieutenant-colonel (LCL) Mikaël Petit, chargé de mission au sein du cabinet du directeur général. Il s'agit aussi, pour elles, comme pour nous, institution, de capter les bonnes pratiques respectives afin d'évoluer avec notre temps. La mobilité extérieure est donc l'une des clés pour lutter contre l'immobilisme intellectuel et rester proactif dans notre volonté de changement, ADN historique de la gendarmerie. »

La mobilité extérieure a ainsi pris toute sa place au sein de l'institution, que ce soit par l'intermédiaire du positionnement d'officiers de liaison, d'une alternative à une scolarité au sein de l'école de guerre pour les lauréat de l'ES2, ou encore de projets d'échanges...

Genesis : recherche d'une valorisation croisée

C'est dans cet esprit que le projet Genesis a vu le jour, d'abord sous l'impulsion du colonel Benoît Tonanny, alors affecté au sein du cabinet du directeur général, et aujourd'hui à la tête du groupement de gendarmerie départementale de Haute-Savoie, avant de se concrétiser lors d'une rencontre entre le réserviste citoyen Frédéric Duponchel, PDG et associé fondateur du cabinet Accuracy, une société de conseil financier d'entreprise, la chef d'escadron Marlène Gillet et le LCL Petit.

« Nous avons alors évoqué l'idée de mettre en place ces échanges et les cadres de chez Accuracy se sont montrés très intéressés par la découverte de notre approche de la gestion de crise et de la négociation. Inversement, pour nous, c'est également une belle opportunité de mieux connaître le monde des entreprises et leurs besoins grâce à Accuracy. En effet, à travers le panel très large des clients qu'il conseille, le cabinet est notamment en mesure de capter les besoins en sécurité des entreprises privées, poursuit l'officier. Nous avons donc saisi cette opportunité d'une valorisation croisée entre nos deux mondes, par le biais d'échanges inscrits dans la durée, mais dans un cadre simple, qui n'impacterait pas trop le temps de travail des personnels et le fonctionnement des services. »

© Accuracy

Douze stagiaires et cinq rencontres

C'est donc une promotion restreinte de douze stagiaires, composée de six cadres issus d'Accuracy et de six officiers de gendarmerie choisis par la Direction des personnels militaires de la gendarmerie nationale (DPMGN) parmi les récents lauréats de l'ES2, qui s'est réunie pour la première fois en janvier 2022.

« Le choix de la DPMGN a été guidé par une recherche de diversité des genres, des statuts (O.G., OCTA), des profils (juristes, scientifiques) et des emplois (gendarmerie départementale, mobile, spécialisée, police judiciaire...), afin d'offrir un panel restreint mais représentatif de l'Arme. Tous sont également en poste en état-major pour ne pas peser sur l'emploi de terrain. Ils ont été désignés volontaires, mais tous les six sont ravis de cette expérience », sourit le LCL Petit, précisant que le projet ne remplace pas la scolarité ES2. « C'est un bonus ! »

Ces douze stagiaires se rencontreront cinq fois au cours de l'année, afin de se pencher sur une thématique particulière, travaillée en binôme mixte entre deux séquences.

Chaque binôme se verra attribuer un sujet propre sur cette thématique, avec pour objectif de déceler les convergences possibles et les divergences, qu'elles soient structurelles, de pensée, dogmatiques, entre le système de l’entreprise et celui de la gendarmerie. « Ce système a pour avantage d'approfondir les échanges en « one-to-one », que nous accentuons encore en changeant la composition des binômes à chaque fois. »

La restitution de leurs travaux, lors des rencontres suivantes, permettra d'ouvrir sur un débat au sein de la promotion. Ces journées d'échanges, dont le lieu a été défini en lien avec la thématique abordée (EOGN, PJGN, Accuracy, GIGN, PGHM de Chamonix), sont aussi l'occasion, outre de consolider la dynamique de groupe, de valoriser, en externe comme en interne, les capacités et les technicités des personnels de ces unités, qui font partie des « pépites » de la gendarmerie.

De l'EOGN au PGHM

Après une première séquence de deux jours à l’École des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN), dédiée à la présentation du projet et des stagiaires, entre lesquels une séance de « teambuilding » (parcours sportifs, tir...) a permis de rompre la glace, c'est au PJGN et au ComCyberGend que se déroulera la deuxième rencontre. Une unité appropriée pour restituer les réflexions portant sur la thématique du client. « On parle de client au sens de demandeur, d'utilisateur de services. Et le PJGN est bien un fournisseur d'appui aux unités, aux enquêteurs, aux magistrats... qui sont en quelque sorte ses clients. »

Pour le thème suivant, les Ressources humaines, les stagiaires se rendront chez Accuracy pour découvrir son fonctionnement, notamment en termes de recrutement, de formation, mais aussi d'identité d'entreprise. « En discutant avec Frédéric Duponchel, lui-même petit-fils de gendarme, nous nous sommes aperçus que nous avions une démarche initiatique similaire, particulièrement dans la création d'un esprit de corps et d'une identité d'entreprise. »

Le GIGN accueillera la quatrième journée, placée sous le thème de la gestion de crise. L'occasion de bénéficier d'un certain nombre de retours du terrain, de découvrir la structure d'appuis opérationnels, la capacité de montée en puissance et l'arme de la négociation du Groupe. « La gestion de crise est un segment également occupé par Accuracy, qui projette des équipes « commando » de 3 ou 4 personnels pour gérer des missions de sauvetage auprès d'entreprises au bord de la faillite. Ils ont un discours et une approche tactique assez militaires, indique le LCL Petit. Je pense que ces échanges vont donc être très intéressants. On pourrait même être surpris par une Méthode de raisonnement tactique (MRT) proche de la nôtre, voire plus avancée. Il sera également intéressant de voir leur approche de la négociation et les convergences sur ce point. »

La cinquième et dernière journée, qui se déroulera au Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix, sur les terres du colonel Tonanny, permettra de dresser une synthèse de l'ensemble des échanges. Le site idoine donc pour « prendre la hauteur nécessaire pour avoir une pensée globale sur nos convergence et nos divergences. »

Et déjà les premiers retours sont très positifs !