Actualités

Salon international de l’agriculture : les gendarmes au contact des exposants

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃5 min.
© Sirpa gendarmerie - Florian Branchoux

Annulé en 2021 en raison de la crise sanitaire, le Salon international de l’agriculture a ouvert ses portes dimanche 26 février, à Paris, porte de Versailles. Il accueillera les visiteurs jusqu’au 6 mars. Fidèle à ce rendez-vous, la gendarmerie renoue avec le dispositif itinérant inauguré en 2019. Douze référents sûreté venus de différents départements iront ainsi chaque jour à la rencontre des exploitants agricoles présents, afin de diffuser des conseils de prévention et de vigilance contre les actes de malveillance dont ils peuvent être la cible.

Vols touchant leur cheptel, leurs engins agricoles, les produits phytosanitaires ou encore le carburant... Ces atteintes aux biens sont l’une des préoccupations majeures du monde agricole, participant au sentiment d’insécurité des exploitants. Ces derniers étant principalement implantés en zone de compétence gendarmerie, celle-ci a naturellement fait de la protection du secteur agricole contre l’ensemble des atteintes criminelles et délictuelles l’une de ses priorités.

Il est d’ailleurs à constater que le contexte s’est avéré plus favorable en 2021, où la baisse des faits constatés est bien supérieure à celle enregistrée en 2020, pourtant couverte par des périodes de confinements (-10,26 % en 2021 contre -3,69 % l’année précédente s’agissant des atteintes aux biens).

De l’importance d’une bonne connaissance réciproque

Afin de permettre aux agriculteurs d’exercer leur métier dans de bonnes conditions, la gendarmerie a donc développé une stratégie en trois temps : l’anticipation, la prévention et bien sûr l’action judiciaire, l’ensemble reposant sur une bonne connaissance réciproque entre les différents acteurs, et ce, à tous les échelons.

Pour ce faire, l’institution entretient des échanges réguliers avec le monde agricole, au niveau national comme au niveau local, où les compagnies et les unités territoriales de gendarmerie départementale développent un contact direct avec les responsables des confédérations ou syndicats, comme avec les exploitants, notamment dans le cadre de leurs patrouilles. Des immersions d’une journée ou d’une demi-journée de gendarmes au sein d’exploitations agricoles sont également organisées dans certains départements.

Sans oublier l’échelon départemental, où l’officier adjoint prévention ainsi que le référent Sécurité économique et protection des entreprises (SECOPE) jouent un rôle clé, en lien avec le représentant identifié de la ou des organisations agricoles.

Cette connaissance mutuelle, entretenue régulièrement par des interactions de confiance à chacun de ces échelons, participe à l’anticipation des risques et à la réactivité de chaque acteur en cas d’événement délictuel ou criminel.

© Sirpa gendarmerie - Florian Branchoux

271 référents et 3 800 correspondants sûreté au contact

À l’occasion du salon international de l’agriculture, qui a ouvert ses portes dimanche 26 février, à Paris, porte de Versailles, douze référents sûreté de la gendarmerie, venus de différents départements, vont chaque jour à la rencontre des exploitants agricoles présents sur le site, afin de diffuser des conseils de prévention et de vigilance contre les actes de malveillance dont ils peuvent être victimes. Rencontre !

© Elsa Vives-Servera

Sur le terrain, l’action de prévention conduite par les gendarmes doit s’adapter à chaque territoire et à ses particularités, en lien avec la nature des activités développées ou la localisation géographique. Les groupements de gendarmerie départementale, par l’intermédiaire de leurs référents et de leurs correspondants sûreté (la gendarmerie compte 271 référents et 3 800 correspondants sûreté, NDLR), sont ainsi en mesure de dispenser des conseils humains, organisationnels et techniques ciblés et adaptés, afin de renforcer la sécurité passive et réduire le risque de malveillance sur les exploitations agricoles les plus vulnérables. Ces conseils sont délivrés sous forme de consultations et de diagnostics de sûreté.

Des réunions publiques d’information sont également organisées régulièrement par les correspondants territoriaux de prévention de la délinquance et les référents et correspondants sûreté.

Enfin, une soixantaine de départements déploient un dispositif d’alerte par SMS dédié au monde agricole, qui vise à sensibiliser les agriculteurs à des phénomènes délictuels qui se sont produits près de leur exploitation.

© Sirpa gendarmerie - Florian Branchoux

Vigilance sur la sécurité économique et le risque cyber

Par ailleurs, de plus en plus numérisées et détentrices d’une masse de données à valeur ajoutée, les exploitations agricoles, à l’instar de n’importe quelle entreprise, se doivent également d’être sensibilisées à la protection de leurs systèmes informatiques et de leurs données.

Dans le cadre du dispositif PréSAnSCE (Prévention Situationnelle et Analyse de Sécurité et Cybersécurité des Entreprises), les officiers régionaux de sécurité économique coordonnent donc une action prioritaire de sensibilisation des différents acteurs du secteur sur lesquels pèsent des menaces d’atteinte à la sécurité économique. Ceci inclut naturellement le volet cyber, pris en compte par le dispositif CyberGEND du Commandement de la gendarmerie dans le cyberespace (ComCyberGend). Ce dernier est en mesure de conduire des actions de prévention ciblées visant à sensibiliser le milieu agricole aux dangers liés aux usages numériques.

Il est donc logique pour la gendarmerie de mettre à profit le salon de l’agriculture pour prolonger son action quotidienne de prévention au côté des agriculteurs, afin de les conseiller en matière de lutte contre les cambriolages, les vols de carburant, de métaux et de matériels agricoles, ainsi qu’en matière de protection de leur patrimoine immatériel.

Ce rendez-vous est aussi l’occasion de mieux faire connaître aux exploitants présents l’ensemble de ce dispositif, et particulièrement le réseau des référents sûreté, voire de les mettre en relation avec leur interlocuteur local.

Table ronde en présence de trois ministres

À l’instar de nombreuses autorités, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’est traditionnellement rendu sur le salon de l’agriculture, ce mardi 1er mars, accompagné d'Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, ministre de la Justice, et de Julien Denormandie, ministre de l’agriculture. Les trois ministres ont pu rencontrer les gendarmes présents et se faire présenter les dispositifs que la gendarmerie nationale déploie pour assurer la sécurité et la protection du monde agricole, avant de participer à une table ronde traitant des problématiques sécuritaires dans le monde rural, en présence du général d’armée Christian Rodriguez, directeur général de la gendarmerie nationale, et du major Marc et de l’adjudant-chef Benoît, référents sûreté venus respectivement d’Isère et d’Ille-et-Vilaine.