Actualités

Un gendarme mobile aide à accoucher une femme sur l’autoroute

Auteur : le chef d'escadron Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Sirpa Gendarmerie
Le 13 avril dernier, alors qu’il était parti pour une simple liaison en véhicule de service, le gendarme mobile Dylan s’est retrouvé à accoucher une femme en détresse dans les bouchons, au bord de l’autoroute A3. Il revient sur ce moment hors du commun qui en fait un héros du quotidien.

Il est aux alentours de 8 heures ce matin-là, lorsque Dylan, un gendarme mobile affecté à l’escadron 28/1 de Drancy, emprunte l’autoroute A3 pour se rendre au groupement de gendarmerie mobile de Maisons-Alfort. « C’est très rare que nous soyons seuls pour les liaisons, mais c’était le cas ce jour-là. Je me retrouve rapidement bloqué avec le véhicule de service dans les embouteillages, quand je vois un véhicule arriver à ma droite et son conducteur me faire de grands signes. Paniqué, il baisse sa vitre pour me demander si je peux l’escorter car sa femme vient de perdre les eaux ! » Entendant les cris de la future mère qui se trouve côté passager, le gendarme comprend rapidement qu’ils n’auront pas le temps d’aller jusqu’à l’hôpital. Il invite donc le mari à se garer sur le bord de la chaussée et fait en sorte de placer son véhicule en protection, réalisant qu’il n’y a pas de bande d’arrêt d’urgence à cet endroit et que, pour tout arranger, il pleut des cordes.

Un accouchement express

« J’ouvre la portière de leur véhicule et je constate que cette femme est sur le point d’accoucher, puisque j’aperçois déjà le sommet du crane du bébé. Je la rassure autant que possible en lui disant que je suis non seulement gendarme mais pompier volontaire et que je vais la guider. » Une chance en effet, Dylan a une expérience de neuf ans de secourisme et est déjà intervenu deux fois à la suite d'accouchements, pour notamment clamper le cordon. « Mais c’est la première fois que je me retrouvais seul à devoir assurer un accouchement de A à Z, précise-t-il. Je demande à la future maman de se retenir de pousser l’espace d’une minute afin que je m’équipe de gants. J’en avais heureusement dans la trousse de secours que j’emporte toujours avec moi. » À peine le temps de les enfiler et Dylan récupère immédiatement l’enfant. « Il était bleu et avait le cordon ombilical qui l’entourait par deux fois. Je l’ai dégagé et manipulé jusqu’à ce qu’il finisse par pleurer ! » Des cris qui soulagent le gendarme et lui permettent de rassurer les parents : « le plus dur est fait ».

Des souvenirs impérissables

Entre-temps, le petit groupe a été rejoint par un policier en civil qui s’est arrêté à leur hauteur et a proposé spontanément son aide. « Il a appelé les secours et a assuré la circulation des véhicules, ce qui m’a permis de me concentrer sur l’accouchement. » Une fois le nourrisson né, gendarme et policier se sont fait les plus discrets possible pour laisser un moment d’intimité à la petite famille. « J’ai déposé le bébé sur le torse de sa mère et j’ai conseillé au papa de mettre du chauffage dans la voiture. En attendant les secours, nous les avons laissés entre eux profiter de ces premiers instants, même si j’allais vérifier régulièrement l’état de la mère et de l’enfant. » Si Dylan a ensuite repris sa route en direction de Maisons-Alfort, il est resté en contact avec les jeunes parents, qui lui ont même envoyé des photos du bébé durant leur séjour à la maternité. « Quand j’y repense, la situation présentait tout de même certains risques, mais heureusement la maman a été très forte. Tout va bien pour eux, le petit garçon a pour lieu de naissance sur son certificat le point kilométrique de l’autoroute et les parents qui souhaitaient vendre leur voiture vont finalement la garder au vu des souvenirs qu’elle représente ! »


© D.R.