Dossiers

CRO : organe central du renseignement de la GTA

Auteur : le capitaine Éric Costa - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
Salle de veille du Cro, basé à l’État-major de la GTA à Issy-les-Moulineaux. Le Cro peut se transformer, sur ordre, en poste de commandement de gestion de crise en cas d’événement d’ampleur.
© SIRPAG - MAJ. F Balsamo

Le Centre renseignement opérations (Cro) de la GTA permet de transmettre le renseignement judiciaire, aéronautique, antiterroriste, administratif vers la DGGN ou la DGAC.

Centre nerveux du renseignement lié à l’environnement aérien, le Cro est en contact permanent avec le cabinet de la DGAC. Il est aussi l’interlocuteur privilégié de plusieurs centres nationaux à l’instar du Centre national des opérations aériennes (CNOA) ou de la Cellule ministérielle de veille opérationnelle et d’alerte (CMVOA) du service de défense et de sécurité du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Activé H24, le centre renseignement opérations recueille le renseignement qui remonte via la BDSP depuis tous les capteurs du terrain que sont les gendarmes des unités de la GTA. Le chef du Cro, appuyé par le bureau de veille opérationnelle, analyse ce renseignement avant de le transmettre aux autorités ayant à en connaître.

« Le Cro servant à la gestion des événements au quotidien, est configuré de telle sorte qu’il peut également se transformer, sur ordre, en poste de commandement de gestion de crise lorsque surviennent des événements d’ampleur, précise le major Pascal Malick, chef du Cro, avant de poursuivre : c’est alors d’ici que sont directement engagées, par le commandant de la GTA, les différentes unités de la gendarmerie des transports aériens. »

Ce fut notamment le cas lors du crash aérien de la Germanwings ou de l’attaque terroriste à Orly, le 18 mars dernier.