Dossiers

Gendarmerie maritime : une réserve optimisée

Auteur : Angélina Gagneraud - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
L’ADC Gildas Le Masson en mission à l’Ile Longue.
© SirpaGend – MAJ F. BALSAMO

La gendarmerie maritime propose aux réservistes opérationnels des missions variées au sein d’un univers maritime en constante évolution.

Il y a maintenant deux ans, l’adjudant-chef Gildas Le Masson a choisi de servir dans la réserve de la gendarmerie maritime. Ancien gendarme mobile, il a commencé sa deuxième carrière en gendarmerie départementale, près de chez lui. Breton d’origine, il souhaitait « revenir aux racines ». C’est pourquoi il a répondu à un appel à volontaire pour servir à l’Ile Longue. Déplacé loin de chez lui, ce réserviste se satisfait des périodes de détachement allant de 12 à 19 jours en moyenne :

« Ce rythme me permet de revivre les déplacements comme à l’époque en escadron. »

En Gmar, il découvre un monde qu’il ne connaissait pas.C’est en effet ce que propose cette gendarmerie spécialisée : des missions variées au sein d’un univers maritime en constante évolution. Les réservistes sont engagés sur les missions de sauvegarde maritime, de protection des installations de la Marine ou encore dans le domaine du renseignement.

« Nos anciens sous-officiers composent la majeure partie de nos réservistes. Formés et expérimentés, ils sont employés au sein d’unités qu’ils connaissent bien, souligne le lieutenant-colonel Henri-Georges Rul, chef de la division des opérations de l’état-major. Nous développons toutefois le recrutement de nouveaux réservistes, issus de l’école de la marine marchande, de la société nationale de sauvetage en mer, etc. »