Transformation et identité au cœur de la gendarmerie

Le contact est dans l'ADN de la gendarmerie

Sens du contact, savoir-être tourné vers sa population, fine perception des enjeux de chaque territoire conduisant à l’élaboration de véritables stratégies locales, autant d’atouts qui, pour le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, font de la gendarmerie un pilier de la police de sécurité du quotidien. Celui-ci revient également sur l’engagement des gendarmes dans le cadre des mouvements sociaux des gilets jaunes.

L’ancrage à la famille militaire est pérenne

Les armées et la gendarmerie partagent le même statut, la même identité et surtout le même socle de valeurs insufflées par leur formation militaire. Florence Parly, ministre des Armées, souligne la cohésion de cette communauté militaire, ainsi que l’importance des liens opérationnels et organiques existants. Elle aborde également les grands enjeux communs.

S’adapter à toute époque

À l’occasion du 10e anniversaire du rattachement de la gendarmerie au ministère de l’Intérieur, le général d’armée Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, revient sur la stratégie qui a guidé l’Institution ces dernières années, ainsi que sur l’évolution du métier de gendarme. Il porte également un regard prospectif sur les enjeux à venir.

Retour sur la loi du 3 août 2009

Dans un contexte sociétal en pleine évolution, le rattachement de la gendarmerie nationale au ministère de l’Intérieur était une mesure de cohérence et d’efficacité s’inscrivant dans un nouveau cadre stratégique de défense et de sécurité nationale.

La sécurité du quotidien au cœur des territoires

Face au sentiment d’insécurité des Français, le président de la République a souhaité replacer le service du citoyen au cœur du métier de gendarme et de policier. Les nombreuses initiatives lancées dans le cadre de la police de sécurité du quotidien et des quartiers de reconquête républicaine renouent avec l’ADN du gendarme : le contact.

Outre-mer : territoires et enjeux spécifiques

Avec plus de 4 000 personnels affectés dans les neuf territoires ultramarins, renforcés par 1 500 militaires issus de 21 escadrons de gendarmerie mobile en déplacement et 1 400 réservistes, la gendarmerie nationale constitue la principale force de souveraineté outre-mer et doit faire face à des taux de violence et d’immigration irrégulière souvent élevés, généralement bien supérieurs à ceux constatés en France hexagonale.

Sécurité des mobilités : s’adapter à la réalité des flux

Grâce à son ancrage territorial, la gendarmerie joue un rôle majeur dans la surveillance et le contrôle des déplacements. La population, tout comme la délinquance, est devenue beaucoup plus mobile, utilisant divers moyens et voies de communication ainsi que les outils numériques pour se déplacer.

Armés contre le crime

Face à une criminalité moderne, protéiforme et transnationale, la gendarmerie a mis en place un véritable système d'armes coordonné, reposant sur les enquêteurs et une chaîne d'appuis judiciaires structurée.