Dossiers

Le mot du DG

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
Le directeur général de la gendarmerie nationale Christian Rodriguez
© Tous droits réservés

Parce que l’adaptation et l’innovation sont des capacités intrinsèques de la gendarmerie, celle-ci s’est toujours investie, tant individuellement que collectivement, et ce à tous les échelons, dans la recherche d’outils et de process lui permettant d’être en phase, voire d’anticiper les évolutions technologiques et sociétales. Une démarche qui s’est intensifiée ces dernières années, prenant la forme d’une véritable révolution technologique, scientifique et numérique, dont l’unique objectif est de répondre aux besoins spécifiques de chaque enquête de terrain et d’apporter ainsi une offre de sécurité sur mesure à l’ensemble de la population. Évolutive par essence, la criminalistique (ou sciences forensiques) s’inscrit pleinement dans la stratégie de transformation de l’Institution portée par le projet GEND 20.24. Dans ce domaine, le Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN) est une véritable pointe de diamant. Regroupant en son sein l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) et le Service central de renseignement criminel de la gendarmerie nationale (SCRCGN), dont fait notamment partie le Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), il rassemble en une seule structure, placée sous un même commandement, un vaste panel d’expertises, qui se combinent et se complètent, dans un seul but : mieux fonctionner et procurer aux gendarmes des technologies d’avant-garde. Cette pluridisciplinarité de haut niveau, associée à une parfaite transversalité en interne et une démarche partenariale forte avec le monde de la recherche, universitaire ou de l’industrie, fait du PJGN un véritable système d’armes, en mesure d’appuyer quotidiennement les unités de terrain dans la résolution de leurs enquêtes, tout en imaginant sans cesse de nouveaux process et outils pour faciliter le travail sur le terrain, voire de repousser les limites du possible en matière de criminalistique.