Dossiers

Tous acteurs de l'innovation

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃6 min.
© Sirpa Gend - MAJ. F. Balsamo

Afin d’encourager l’esprit d’innovation, naturellement présent dans ses rangs, l’Institution a développé un dispositif structuré, permettant de capter toutes les idées, quel que soit leur stade de maturation, et de les accompagner, d’un point de vue financier et juridique, afin de pleinement exploiter et valoriser leur potentiel.

L’innovation est au cœur de toute stratégie de performance. Cette capacité, ancrée dans sa culture militaire, la gendarmerie la cultive, l’encourage et, depuis plusieurs années, la structure. Portée institutionnellement par les unités spécialisées que sont le pôle judiciaire de la gendarmerie nationale, le groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, le service des technologies et des systèmes d’information de la sécurité intérieure ou encore le commandement des forces aériennes, l’innovation s’appuie également sur l’inventivité fertile des acteurs de terrain, quels que soient leur grade, leur profil et leur statut.

Confrontés chaque jour à des besoins particuliers, ils sont nombreux à imaginer des solutions répondant à des besoins avérés en termes d’outils opérationnels, d’offres de services ou d’organisation. « L’exercice même de notre métier, notamment la prise d’initiatives au quotidien, favorise cette culture de l’innovation. Notre Institution est riche de personnels passionnés, dont beaucoup s’impliquent, à titre individuel ou en équipe, pour faire avancer les choses, le plus souvent en temps masqué », présente le colonel Frédéric Huguet, du service de la transformation.

Afin d’entretenir cet esprit d’innovation, l’Institution met en œuvre une organisation permettant de capter toutes ces idées, quel que soit leur stade de maturation, et de les accompagner pour exprimer leur plein potentiel. Trois prix sont d’ailleurs venus saluer cette démarche au cours des trois dernières années : le Prix Hermès de l’innovation 2017 dans la catégorie « Amélioration de la condition humaine » / « Amélioration de la relation entre les Hommes » pour l’innovation participative au service de la sécurité des personnes ; le Trophée or de l’innovation et le prix coup de cœur du public pour les ADP (2018) ; et le prix Innovation team best practices 2019 au titre des ADP.

Cap modernisation, réceptacle de toutes les idées

Socle de cette démarche d’intelligence collective, le dispositif Cap modernisation offre à chacun, qu’il soit sur le terrain ou en administration centrale, la possibilité de faire remonter ses idées et propositions via une hotline. «  Ces propositions constituent les trois quarts du flux global de la hotline. Elles portent sur de nouveaux usages, outils ou dispositifs de simplification de process, dans le domaine de l’opérationnel, des ressources humaines ou des soutiens et finances… Certaines exposent clairement le projet, mais la plupart sont des idées brutes qu’il faut façonner. Nous les étudions toutes et travaillons en synergie avec les directions, qui portent ensuite les dossiers intéressants. Généralement, les personnels qui en sont à l’origine cherchent à faire avancer l’Institution sans pour autant souhaiter porter eux-mêmes leur idée, explique le COL Huguet. Tout ne peut pas être exploité, notamment au regard des contraintes budgétaires ou législatives, mais quelle que soit la suite donnée, toute proposition reçoit une réponse. »

Au printemps 2019, la direction générale a ainsi lancé une grande campagne pour détecter comment améliorer le quotidien des gendarmes. Sur les 409 propositions reçues en un mois, près d’une cinquantaine est en cours d’étude au sein des directions, susceptibles de donner lieu à de nouvelles mesures de transformation interne.

« Cela montre bien que l’intelligence est partout, insiste le COL Huguet. La direction générale s’appuie sur ces ressources du terrain, à tous les échelons, pour aller chercher de nouvelles idées et alimenter le dispositif de transformation. C’est une recherche de performance et d’efficacité tant dans la mission que dans le quotidien du gendarme. »

Les Ateliers de performance : 700 fiches retenues depuis 2007

Pour accompagner les projets plus élaborés, portés par des personnels, et de plus en plus souvent par des équipes, animés par une logique quasi-entrepreunariale, la gendarmerie a mis en place, dès 2007, les Ateliers de performance (ADP). Un dispositif désormais bien rodé, dont la force est d’être animé « par les gendarmes et pour les gendarmes », tant pour la partie innovation que pour le volet sélection. Toutes les innovations proposées sont étudiées lors d’Assises annuelles, d’abord par un jury de concepteurs, puis par un panel d’utilisateurs, avant d’être soumises aux directions fonctionnelles pour avis.

Les idées qui franchissent ces trois étapes sont enfin présentées au directeur général. Si les plus intéressantes sont généralisées, toutes sont inscrites au répertoire des ADP, accessible sur le Wik’Innovation, offrant aux échelons locaux la liberté de se les approprier. Depuis leur création, près de 2 800 personnels ont ainsi participé aux ADP, donnant lieu à l’étude de 1 500 fiches de bonnes pratiques, dont 700 ont été retenues.

dgdg
© Sirpa Gend - MAJ. F. Balsamo

L’approche pluridisciplinaire des Ateliers d’idéation

Outre cette innovation participative spontanée qu’elle encourage, la gendarmerie s’attache également à la provoquer. Sur le modèle des hackathons, qu’elle a par exemple mis en œuvre en 2016 autour de l’application GENDLOC, l’Institution développe les ateliers d’idéation. Associant des usagers ou des agents dès la phase de conception, ces derniers, animés en «  mode LAB  », favorisent la co-construction de solutions innovantes, plus proches des aspirations de l’usager.

Valoriser les innovations

La gendarmerie accompagne la recherche de financement, en lien notamment avec la cellule innovation participative des Armées, la délégation interministérielle à la transformation publique et de nombreux partenaires et industriels. Elle fournit également un accompagnement juridique des projets, afin de garantir les intérêts des innovateurs et de la gendarmerie. Les innovations présentant un potentiel commercial sont inscrites à l’ordre du jour de la commission de valorisation des innovations. Présidée par le cabinet du directeur général, cette instance pluridisciplinaire étudie la stratégie à adopter pour sécuriser et valoriser l’innovation.

« La gendarmerie peut accorder une licence de brevet à un industriel, qui lui reverse des royalties, permettant d’accorder une prime à l’innovateur et de soutenir l’innovation des services. Toutefois, pour qu’une invention soit brevetable, elle doit être une solution technique à un problème technique, mais également être nouvelle, impliquer une activité inventive et être susceptible d’application industrielle. Le brevet reste donc exceptionnel et concerne principalement les innovations les plus disruptives », souligne le COL Huguet.

Reconnaissance des innovateurs

Bon nombre de projets issus de la démarche participative sont le fruit de travaux entre personnels de différents services. Des communautés, à l’instar de la pionnière I-care, s’investissent ainsi dans tous les domaines  : intervention, investigation, matériel, applicatif…

La culture de l’innovation participative passe également par la reconnaissance et la valorisation des acteurs de ces communautés. Outre la remise annuelle d’un trophée des innovateurs, qui se déroule à l’occasion d’une cérémonie spécifique, en présence des familles, soutien discret mais indispensable, le directeur général a souhaité aller plus loin en créant une véritable communauté des innovateurs, matérialisée par l’octroi d’un code savoir associé au port d’un insigne spécifique. Cette mesure est effective pour les innovateurs de 2019 et sera rétroactivement accordée à l’ensemble des concepteurs de bonnes pratiques.

Dans quelques mois, la démarche participative sera également dynamisée par la mise en œuvre d’une plateforme numérique dédiée à la transformation et à l’innovation, qui offrira à chaque agent la possibilité d’échanger sur son projet, de consulter les différentes aides à sa disposition et d’encourager ou de s’associer à une réflexion collégiale.