La cynotechnie en gendarmerie

L’arrivée du chien en gendarmerie ne date que de la seconde moitié du XXe siècle. Mais en quelques décennies, l'Institution a su acquérir un savoir-faire cynotechnique désormais reconnu au niveau international. La gendarmerie compte aujourd’hui quelque 534 chiens et 449 équipes cynophiles, répartis en métropole et outre-mer, aussi bien en gendarmerie départementale qu’au sein de la gendarmerie maritime, de l'armement, des transports aériens, de la garde républicaine, ou encore du GIGN. Le centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat les forme et les recycle à l’exercice de pas moins de seize technicités. Un dossier au poil !L’arrivée du chien en gendarmerie ne date que de la seconde moitié du XXe siècle. Mais en quelques décennies, l'Institution a su acquérir un savoir-faire cynotechnique désormais reconnu au niveau international. La gendarmerie compte aujourd’hui quelque 534 chiens et 449 équipes cynophiles, répartis en métropole et outre-mer, aussi bien en gendarmerie départementale qu’au sein de la gendarmerie maritime, de l'armement, des transports aériens, de la garde républicaine, ou encore du GIGN. Le centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat les forme et les recycle à l’exercice de pas moins de seize technicités. Un dossier au poil !

Salon : le flair du Gic au service des unités des Bouches-du-Rhône

Piste, défense, recherche de stupéfiants, de billets, d'armes, de munitions, d'explosifs, de produits accélérateurs d'incendie, le Groupe d'investigation cynophile (Gic) de Salon-de-Provence offre aux unités territoriales et de recherches du département, et au-delà, quasiment tout le panel des spécialités cynotechniques présentes en gendarmerie. Une plus-value indéniable.

Une formation au poil !

Avec 534 chiens répartis en métropole et outre-mer et 449 équipes cynophiles à former ou à recycler sur toute la France, un peu plus d'une centaine de chiens à acheter chaque année mais cinq fois plus à tester, le Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG), basé à Gramat, tourne à plein régime toute l'année. Il nous ouvre les portes de son chenil et nous dévoile ses secrets de formation.

Un flair à toutes épreuves

Créé en 2002, le Groupe national d’investigation cynophile (Gnic) est exclusivement engagé pour la recherche de restes humains (RRH), de traces de sang humain (RTSH) et de produits accélérateurs d’incendie criminels (RPAIC). Projetable sur tout le territoire national, ainsi qu’à l’étranger, l'unité intervient notamment dans le cadre de disparitions inquiétantes et d’affaires criminelles. Elle traite environ 70 affaires chaque année.

Maître et chien

Maître de chien depuis 10 ans maintenant, l'adjudant Céline Besnard est affectée au sein du Groupe d'investigations cynophile de Beynes (78). Avec Loca, elles forment un duo où un regard suffit à se comprendre. Et un mot pour se faire obéir. Rencontre avec un maître qui se livre au travers de son équipier à quatre pattes.

Droit au "véto" pour les chiens en gendarmerie

Seulement cinq vétérinaires du service de santé des Armées servent exclusivement au sein de la gendarmerie. Parmi eux, la lieutenant-colonel Virginie Andréo, vétérinaire en chef au centre national d’instruction cynophile de la gendarmerie à Gramat (46). Retour sur ce profil rare dans l’Institution.