Dossiers

Des ateliers pas comme les autres… partie 1/2

Auteur : Angélina Gagneraud - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
Les TRM 2000 sont remis en condition par le CTOM afin de les acheminer en outre-mer. Solides et rustiques, ils sont utilisés pour le maintien de l’ordre ou le transport de fret.
© Sirpa Gend – MAJ F. Balsamo

Le centre technique opérationnel de maintenance de Le Blanc est l’un des deux centres automobiles en charge d’un parc varié comprenant poids lourds et véhicules blindés.

Véhicules classiques, blindés ou tous terrains du type Peugeot P4, mais aussi camions, poids lourds, semi-remorques, etc. Le Centre technique opérationnel de maintenance (CTOM) basé à Le Blanc assure le soutien de ce parc varié et imposant en matière de mécanique et de carrosserie.

Le CTOM en quelques mots

« Les poids lourds sont affectés au CNSL (Centre National de Soutien Logistique) à Le Blanc. Ils permettent le transport de nombreux matériels sensibles ou neutres, ainsi que des véhicules à destination des formations de la gendarmerie et de la police nationales », explique le lieutenant-colonel (LCL) Claude Bauguil, commandant par intérim le CTOM et commandant en second du CNSL.

Cette unité, rattachée au Commandement du soutien opérationnel (Comsop) de la gendarmerie nationale, est armée par une dizaine de personnels issus de tous statuts : militaires du Corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie nationale (CSTAGN) qualifiés « Auto-engins-blindés », mais aussi gendarmes adjoints volontaires, ouvriers d’État, apprentis ou contractuels, dont le savoir-faire en matière de restauration automobile est reconnu.

Ces militaires ont la particularité d’être projetables pour des missions de courte durée en outre-mer afin de renforcer les Centres de soutien automobile de la gendarmerie (CSAG) locaux.

La section carrosserie/peinture possède une cabine d’aspiration afin de réaliser le ponçage des véhicules. Puis : place aux mastics, aux soudures et enfin, à la peinture !

© Sirpa Gend – MAJ F. Balsamo

Restauration des véhicules blindés « légers »

Le service de soutien à la projection opérationnelle possède plusieurs Véhicules civils blindés (VCB) de type Toyota Land Cruiser et Hilux, envoyés en opérations extérieures ou en Afrique dans le cadre des coopérations.

Ces derniers reviennent en France abîmés, poussiéreux jusque dans les moindres interstices du moteur, avec des impacts de balles dans la carrosserie (sans atteindre le blindage, épais de cinq centimètres). Tous sont entièrement restaurés au CTOM avant de repartir sur des terrains éloignés.

« Pesant près de cinq tonnes, ces véhicules ne sont pas homologués pour circuler sur les routes de métropole. Nous faisons alors appel à un plateau/porte char pour les transporter. »

Les mécaniciens du CTOM assurent la remise en condition des véhicules blindés envoyés en opérations extérieures.

© Sirpa Gend – MAJ F. Balsamo

Remises en condition des rames Serval

Afin d’assurer le maintien en condition des véhicules outre-mer, le Service de l’achat, de l’équipement et de la logistique de la sécurité intérieure (Saelsi) a réalisé un état des lieux du parc.

« Les camions du type B110 étant à bout de souffle, ils sont au fur et à mesure réformés. La solution la moins onéreuse trouvée pour les remplacer a été la suivante : rapatrier ici les véhicules tous terrains de type Peugeot P4 ainsi que les camions du type TRM 2000 affectés dans les unités de gendarmerie départementale ou mobile en métropole », précise le LCL Bauguil.

Avant d’ajouter : « Ces véhicules de conception militaire sont âgés de trente ans environ mais ils sont rustiques et fiables. L’idée est donc de les restaurer pour ensuite les acheminer en outre-mer afin d’équiper les escadrons de gendarmerie mobiles déplacés. »

Des ateliers pas comme les autres… partie 2/2

Le CSAG de Satory est l’un des deux centres automobiles en charge d’un parc varié, comprenant poids lourds et véhicules blindés. ..

Lire la suite...

Une rame Serval est composée de deux véhicules tous terrains de type Peugeot P4 et de dix camions du type TRM 2000. Le CTOM complète, et parfois parachève, le travail d’un prestataire privé avec lequel un marché est passé par le Saelsi.

Ce travail de détail est particulièrement important, car il permet de garantir la qualité mécanique du véhicule avant son affectation. En outre, des travaux importants, mais jugés « économiquement non rentables » auprès d'un prestataire privé, sont menés par le CTOM. « Nos mécaniciens y passent du temps. C’est le cas, par exemple, du remplacement du système de freinage sur un TRM 2000, qui demande environ 45 heures de main-d’œuvre », souligne l’officier supérieur.

La gestion des priorités

Envois de véhicules aux Antilles après le passage de l’ouragan Irma, déploiement de rames en Nouvelle-Calédonie, renforts automobiles à Mayotte... Les priorités sont nombreuses et collent à l’actualité.

Six rames Serval ont déjà été déployées sur le Caillou mi-avril 2018 alors que l’atelier tourne à plein régime afin d’assurer la rénovation complète (mécanique et carrosserie/peinture) de dix Land Rover Defender pour un acheminement en fin d’année vers Mayotte. Ces véhicules seront également équipés d’un kit anti-caillassage, dont la fabrication est confiée à l’atelier central automobile de l’Établissement central logistique de la police nationale (ECLPN), à Limoges. Six autres véhicules tous terrains, de type Peugeot P4, seront totalement reconditionnés pour pouvoir rejoindre les rames Serval déployées cette année en outre-mer.

« Il faut certes prendre en compte les besoins des unités mais également le temps d’acheminement par voie maritime des véhicules, conclut le LCL Bauguil. À destination des Antilles, le trajet dure quinze jours contre deux mois pour la Nouvelle-Calédonie. »