Tempête Alex : un engagement sans précédent face à la catastrophe

Tempête Alex : des enquêteurs souterrains pour lever les doutes

La section de recherches de Marseille a saisi le Groupe « spéléo » de la gendarmerie nationale (GSGN), rattaché au peloton de gendarmerie de haute montagne du Versoud, en Isère, pour explorer les cavités de la Vésubie, dans le cadre de la recherche des onze personnes portées disparues après le passage de la tempête Alex, le 2 octobre dernier, dont on n’a toujours pas retrouvé les corps.

Tempête Alex : onze plongeurs et un sonar

Les plongeurs des Brigades nautiques côtières (BNC) d’Antibes (Alpes-Maritimes), Martigues (Bouches-du-Rhône) et Roquebrune-les-Issambres (Var) explorent, depuis ce vendredi 16 octobre, une zone située à l’embouchure du Var, à la recherche de victimes des crues du 2 octobre. Ils peuvent s’appuyer sur une cartographie des fonds réalisée grâce au sonar high-tech de la brigade fluviale de Strasbourg.

Tempête Alex : onze plongeurs et un sonar

Les plongeurs des Brigades nautiques côtières (BNC) d’Antibes (Alpes-Maritimes), Martigues (Bouches-du-Rhône) et Roquebrune-les-Issambres (Var) explorent, depuis ce vendredi 16 octobre, une zone située à l’embouchure du Var, à la recherche de victimes des crues du 2 octobre. Ils peuvent s’appuyer sur une cartographie des fonds réalisée grâce au sonar high-tech de la brigade fluviale de Strasbourg.

© Dylan MEFFREIT Nice matin droits réservés

Tempête Alex : les FAG pour secourir et coordonner les vecteurs aériens

Le lieutenant-colonel Jean-Marie Demain, commandant du Groupement des forces aériennes de gendarmerie sud (CFAGN), était le coordonnateur des vecteurs aériens de la gendarmerie au sein de la cellule de coordination 3D, mise en place à la Tour de contrôle de l'aéroport de Nice.

Tempête Alex : les PGHM pour appuyer techniquement l'action de la gendarmerie

Le lieutenant-colonel Lionel André est le conseiller technique Montagne auprès de la Direction générale de la gendarmerie nationale. Pour gérer la crise dans cette zone montagneuse, une dizaine d’hommes, ainsi que l’Unité de coordination technique Montagne, ont été projetés en complément des 15 militaires du Peloton de gendarmerie de haute-montagne de Saint-Sauveur-sur-Tinée.