Dossiers

Intempéries dans les Alpes-Maritimes : protection, secours et sécurisation pour la gendarmerie

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Le 2 octobre, des pluies torrentielles sont venues s’abattre sur le département des Alpes-Maritimes et ont nécessité la mise en place d’un important dispositif. Pilotées par le centre opérationnel départemental, placé sous l’autorité du préfet des Alpes-Maritimes, les forces de sécurité et de secours ont mené de front plusieurs actions dans des conditions difficiles. Dès le début des intempéries, plus de 500 gendarmes sont mobilisés pour porter secours aux sinistrés et assurer la sécurisation des lieux. Des hélicoptères, des sauveteurs en montagne, des plongeurs, des gendarmes des transports aériens ou encore des équipes cynophiles spécialisées dans le pistage ont été engagés afin de participer à la protection des individus, aux recherches des personnes et à la sécurisation des zones sinistrées. La coordination de ces forces complémentaires est essentielle dans la gestion d’une telle catastrophe.
La tempête est passée, mais les tâches à accomplir sont encore nombreuses avant un rétablissement de la situation. Les gendarmes restent présents sur le terrain pour appuyer l’ensemble des acteurs locaux et aider la population à faire face à cet événement bouleversant.

Autres Diaporamas disponibles (142)

Essonne : déploiement des détachements d'appui territorial

Depuis le 20 août, fort du constat d'un relâchement de la population, le groupement de gendarmerie départementale de l'Essonne a mis sur pied les Détachements d'appui territorial (DAT). Composées de quatre réservistes, des patrouilles sont ainsi exclusivement dédiées au contrôle du respect des mesures sanitaires : port du masque, respect des gestes barrières ou encore interdiction de certains rassemblements.

Opérations coordonnées dans les quartiers de Bonneville

Trafics de stupéfiants, vols, dégradations, tapages, rixes, outrages et rébellions ont repris de plus belle depuis le déconfinement ! Pour mettre fin à cette délinquance et retrouver le calme dans la vallée, la compagnie de gendarmerie de Bonneville multiplie les opérations coordonnées, en faisant notamment appel aux brigades, au PSIG Sabre, au Groupe d’investigation cynophile (GIC) et au renfort du Détachement de surveillance et d’intervention (DSI) d’Annecy.

Les gendarmes de Bonneville gardent le contact durant l’été

Nichée en plein cœur du département de la Haute-Savoie, Bonneville ne désemplit pas durant la saison estivale ! Aussi, en lien avec la police municipale, les gendarmes de la brigade poursuivent leurs patrouilles de police de sécurité du quotidien, au contact des acteurs de la vie locale et de la population… Pour un été en toute tranquillité !

La gendarmerie nationale se déploie au Liban

À la suite de la double explosion survenue le 4 août dans le port de Beyrouth, la gendarmerie nationale a projeté, le 6 août, une mission d’experts de l'IRCGN, dont le rôle était notamment de contribuer à l’identification des victimes, mais aussi la modélisation en 3D de l’accident. Une demande complémentaire d'enquêteurs subaquatiques a été formulée afin de renforcer ce détachement initial.

Lacanau : un dispositif renforcé pour la saison estivale

Sur le secteur côtier attractif de Lacanau, en Gironde, la population augmente considérablement durant la saison estivale, avec tous les risques que cela engendre. Face à cette affluence, les gendarmes adaptent leurs moyens et leurs modes d’action afin d’assurer à la population, résidents locaux comme touristes, un été en toute sécurité.

Hérault : les réservistes au cœur du dispositif estival de protection des populations

Tout l’été, les réservistes opérationnels affectés à la compagnie de gendarmerie de Lodève (34) patrouillent dans le cadre du dispositif estival de protection des populations. À raison de trois rondes par jour, dans quatre zones de la circonscription, ils offrent une aide précieuse à leurs camarades d’active, dans un secteur où le tourisme représente un chiffre d’affaires annuel estimé à plus de 1,5 milliard d’euros.