Dossiers

Tempête Alex : la gendarmerie mobilise tous ses moyens dans les Alpes-Maritimes

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Depuis maintenant six jours, près de 500 gendarmes départementaux, mobiles et réservistes des Alpes-Maritimes (06), renforcés par des unités voisines voire nationales, sont pleinement engagés dans l’arrière-pays niçois pour aider la population et sécuriser les villages, après les ravages causés par la tempête Alex. Dans cette région très montagneuse, les violentes intempéries ont rendu l’accès à certains hameaux très difficile, voire impossible autrement que par les airs.

D’où l’engagement de moyens spéciaux, à commencer par quatre hélicoptères des forces aériennes de la gendarmerie, permettant notamment le déploiement d’un Pod SC2, un outil de cartographie de crise qui permet d’intégrer toutes modifications environnementales, qu’elles soient d’origine naturelle comme ici, ou humaine, à l’instar des ZAD. 29 militaires du peloton de gendarmerie de haute montagne de Saint-Sauveur-sur-Tinée, équipés de 4x4 et d’un quad, ainsi que les militaires de la brigade nautique d’Antibes, sont également engagés dans les deux vallées les plus touchées.

Le bilan des intempéries fait désormais état de cinq morts et sept disparus. 55 communes sont considérées en état de catastrophe naturelle.

Autres Diaporamas disponibles (142)

Essonne : déploiement des détachements d'appui territorial

Depuis le 20 août, fort du constat d'un relâchement de la population, le groupement de gendarmerie départementale de l'Essonne a mis sur pied les Détachements d'appui territorial (DAT). Composées de quatre réservistes, des patrouilles sont ainsi exclusivement dédiées au contrôle du respect des mesures sanitaires : port du masque, respect des gestes barrières ou encore interdiction de certains rassemblements.

Opérations coordonnées dans les quartiers de Bonneville

Trafics de stupéfiants, vols, dégradations, tapages, rixes, outrages et rébellions ont repris de plus belle depuis le déconfinement ! Pour mettre fin à cette délinquance et retrouver le calme dans la vallée, la compagnie de gendarmerie de Bonneville multiplie les opérations coordonnées, en faisant notamment appel aux brigades, au PSIG Sabre, au Groupe d’investigation cynophile (GIC) et au renfort du Détachement de surveillance et d’intervention (DSI) d’Annecy.

Les gendarmes de Bonneville gardent le contact durant l’été

Nichée en plein cœur du département de la Haute-Savoie, Bonneville ne désemplit pas durant la saison estivale ! Aussi, en lien avec la police municipale, les gendarmes de la brigade poursuivent leurs patrouilles de police de sécurité du quotidien, au contact des acteurs de la vie locale et de la population… Pour un été en toute tranquillité !

La gendarmerie nationale se déploie au Liban

À la suite de la double explosion survenue le 4 août dans le port de Beyrouth, la gendarmerie nationale a projeté, le 6 août, une mission d’experts de l'IRCGN, dont le rôle était notamment de contribuer à l’identification des victimes, mais aussi la modélisation en 3D de l’accident. Une demande complémentaire d'enquêteurs subaquatiques a été formulée afin de renforcer ce détachement initial.

Lacanau : un dispositif renforcé pour la saison estivale

Sur le secteur côtier attractif de Lacanau, en Gironde, la population augmente considérablement durant la saison estivale, avec tous les risques que cela engendre. Face à cette affluence, les gendarmes adaptent leurs moyens et leurs modes d’action afin d’assurer à la population, résidents locaux comme touristes, un été en toute sécurité.

Hérault : les réservistes au cœur du dispositif estival de protection des populations

Tout l’été, les réservistes opérationnels affectés à la compagnie de gendarmerie de Lodève (34) patrouillent dans le cadre du dispositif estival de protection des populations. À raison de trois rondes par jour, dans quatre zones de la circonscription, ils offrent une aide précieuse à leurs camarades d’active, dans un secteur où le tourisme représente un chiffre d’affaires annuel estimé à plus de 1,5 milliard d’euros.