Dossiers

Une scolarité française, au rythme espagnol : portrait d’un élève

Auteur : Angélina Gagneraud - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
Clément Nauleau, âgé de 23 ans et vendéen d’origine, est président de promotion. Il est en charge d’encourager les initiatives de ses camarades pour développer l’esprit de cohésion entre élèves-gendarmes et gardes jeunes.
© SirpaGend – MAJ F. Balsamo

Président de promotion, l’élève-gendarme Clément Nauleau revient sur les moments forts de cette formation commune à Valdemoro.

À seulement 23 ans, Clément est arrivé en Espagne avec un bagage surprenant, rempli de quelques aventures professionnelles et à l’international. Au cours de son baccalauréat professionnel en sécurité et prévention, il a effectué un stage en Guadeloupe. Pompier volontaire pendant six années, notamment lors de ses études, il a effectué une année en qualité de militaire de la sécurité civile avant de partir au Vietnam pendant six mois.

À son retour, il passe le concours sous-officier, qu’il obtient du premier coup, et s’investit en… politique ! Avec audace, il a postulé comme attaché parlementaire en attendant de partir en école gendarmerie. Une expérience qui lui a appris à se réadapter sans cesse, à développer son sens du relationnel, ainsi qu’à parler en public et aux autorités comme des maires ou des préfets. Devoir de réserve oblige, il a tout arrêté avant de s’engager au sein de la gendarmerie nationale.

« Valdemoro ? J’ai suivi l’information sur les réseaux sociaux et j’ai tout de suite été intéressé ! C’était pour moi la possibilité de vivre une expérience unique, même si je ne maîtrisais pas trop la langue... » Le 04 septembre 2017, il a pris la direction de Tulle. « Je connaissais déjà le circuit d’incorporation et la rigueur demandée en école grâce à mes expériences précédentes. » Un mois plus tard, le départ pour Valdemoro a sonné et l’aventure a véritablement commencé.

Encourager les initiatives de la promotion

En gendarmerie, les élèves, qu’ils soient officiers ou sous-officiers, reçoivent pour mission de faire vivre de manière « associative » leur promotion. Ils participent ainsi au rayonnement de l’Institution et au devoir de mémoire, voire au lien armées-nation. Toutes les initiatives sont possibles, qu’elles soient sportives ou encore culturelles.

À Tulle, Clément se présente comme président de promotion. Une fonction avec des responsabilités qu’il n’a pas hésité à briguer. « Je commençais à connaître les élèves, les cadres, le projet. C’est naturellement que j’ai eu envie de m’investir un peu plus dans la vie de la promotion, pour soutenir mes camarades et être un élément moteur de cohésion. » Puis, nous l’avons compris, cet ancien attaché parlementaire apprécie de se lancer des défis de ce type.

La promotion est organisée en commissions pour mener à bien différents projets. Chaque cellule est composée d’un titulaire et d’un suppléant. « Nous avons des responsables du défi social que nous organisons ici à Valdemoro, d’autres sont en charge des recherches de fonds, de l’alimentation et de la prise d’images sur chacun de nos événements, etc. »

En tant que président de promotion, il encourage les initiatives et entre en relation avec les cadres espagnols pour faire participer les gardes jeunes. « Nous avons récemment lancé nos premières olympiades qui ont rencontré un franc succès malgré le froid ! Il y en aura une par mois avec une remise de récompenses à la fin. » Ces créneaux de loisirs en commun sont réguliers afin d’apprendre aux élèves des deux pays à mieux se connaître.

« Une page se tournera en partant de Valdemoro »

Sur 1 200 volontaires, les 119 élèves-gendarmes retenus ont entre 19 et 34 ans et sont principalement issus d’un recrutement externe. Une promotion jugée d’une « grande maturité » selon l’ensemble des cadres. Tous les élèves n’ont pas le même niveau en espagnol mais ils suivent tous des cours la plupart des après-midi par un professeur parlant français, ce qui facilite la compréhension.

« L’adaptation aux coutumes locales s’est bien faite, notamment pour ce qui est des repas ou de la vie en chambre, car nous avons été préparés lorsque nous étions à Tulle. » Sur ce point, élèves-gendarmes et gardes jeunes sont habituellement organisés différemment mais tous font preuve de bonne volonté.

« Par exemple, les gardes jeunes n’ont pas de travaux d’intérêt général et ne se lèvent jamais avant 7 heures. Ce qui est très confortable pour nous ! En revanche, les portes d’entrée de nos chambres doivent toujours rester ouvertes, le rangement des armoires est très réglementé, nous avons interdiction de nous asseoir sur les lits la journée ou de réviser une fois l’extinction des feux prononcée. »

Clément s’estime « très satisfait » d’appartenir à cette première promotion commune : « Nous lions des amitiés avec les gardes jeunes et visitons le pays lors de week-end de libres. Nous avons également la chance d’avoir des cadres qui nous suivent tout le long de notre scolarité et avec qui nous échangeons beaucoup. C’est une page qui se tournera en partant de Valdemoro mais j’en garderai un excellent souvenir. »