En images

11 novembre : commémoration du 103e anniversaire de l’Armistice de 1918

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

C’est au cœur de Paris, sous l’Arc de Triomphe, que le président de la République, Emmanuel Macron, a présidé, ce jeudi 11 novembre, la commémoration du 103e anniversaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale. Une cérémonie marquée cette année par l’hommage puis l’inhumation du dernier Compagnon de la Libération, Hubert Germain, décédé le 12 octobre 2021, à l'âge de 101 ans.

Avant de débuter la cérémonie, le cercueil de ce héros de la libération, a quitté le dôme doré des Invalides, escorté par les motards de la Garde républicaine, pour rejoindre l’Arc de Triomphe où de nombreuses autorités civiles et militaires étaient présentes. Parmi elles, se trouvait la vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris.

Après quelques minutes de recueillement, le Président de la République a prononcé son discours. Un texte fort dans lequel il a rendu hommage à Hubert Germain mais aussi aux 1038 autres hommes et femmes, compagnons de la liberté qui ont œuvré, ensemble, pour la libération de la France. Des héros, réunis autour d’un homme, le général De Gaulle, dont le souvenir était présent tout le long de l’allocution du chef de l'État.

Dans le même temps, sur l’ensemble du territoire national, des cérémonies ont également été organisées en présence des élus et des différentes autorités civiles et militaires, afin de rendre hommage aux armées et aux anciens combattants et honorer le devoir de mémoire.

En début d’après midi et à l’issue du déjeuner qui a réuni au Palais de l’Élysée les porte-drapeaux, les commissaires de la Flamme et les présidents d’associations nationales d’anciens combattants, le chef de l’état s’est rendu au Mont-Valérien où le cercueil d’Hubert Germain a été transporté pour y être inhumé. Engagé dès ses 19 ans aux côtés du général De Gaulle, Hubert Germain fut un grand résistant. Décoré de la Croix de la libération, il était le dernier des 1 038 compagnons de la Libération. C’est à ce titre que ce jeudi 11 novembre, il a été inhumé dans la crypte du mémorial de la France combattante. Lors de son discours sous l’Arc de Triomphe, le Président de la République avait prononcé ces mots : «Le dernier compagnon n’est plus et nous l’accompagnons dans cette crypte où nous scellerons le dernier caveau. », c'est ainsi qu’il en a été fait.

Autres Diaporamas disponibles (187)

CSAG de Melun : le soutien auto garant de la continuité opérationnelle

Avec la gestion d’un parc de quelque 1 130 véhicules (600 gendarmerie et 530 police) et plus de 3 000 prestations à l’année, le Centre de soutien automobile de la gendarmerie (CSAG) de Melun fait partie des plus importants de France, une particularité dont peuvent notamment se prévaloir les structures d’Île-de-France. Entretien, réparations mécaniques, installations des rampes lumineuses, deux-tons, caméras embarquées, radio, carrosserie, une activité dense et variée, assurée par 29 personnels, dont 14 mécaniciens, deux carrossiers et un dépanneur. Depuis 2016, le CSAG de Melun apporte également chaque année son soutien au SIRPA-G pour la préparation des véhicules de la caravane gendarmerie du Tour de France, au sein de laquelle il détache, depuis 2019, et durant toute la durée de l’épreuve, un mécanicien-logisticien.

Secours en montagne : coopération entre la gendarmerie et la police nationale péruvienne

Devant le succès rencontré par l’action de coopération lancée en 2019 entre la France et le Pérou, sur le thème du secours et des vols en montagne, un troisième volet de formation a été organisé en mars 2022, cette fois en France, et plus exactement à Briançon, dans les Hautes-Alpes, où est installé le Centre de vol en montagne (CVM) du Commandement des forces aériennes de la gendarmerie nationale (CFAGN). Durant deux semaines, l’équipage péruvien a ainsi pu intégrer la dernière partie de la formation des pilotes montagne français, en tant qu’observateurs, mais aussi en tant qu’acteurs en vol.

La musique de la garde républicaine au Stade de France avec Indochine

Un peu moins de 100 000 spectateurs de tous âges étaient réunis au Stade de France, ce samedi 21 mai, pour assister au premier concert du Central tour d'Indochine, qui passera ensuite à Bordeaux, Marseille et Lyon en juin, puis à Lille en juillet prochain. Pour marquer ses 40 ans d'existence et de succès sur la scène rock française (41 pour être exact), le groupe, emmené par son leader Nicola Sirkis, avait concocté un show grandiose de près de 2 h 45.

La garde républicaine au Royal Windsor Horse Show

À l’occasion du jubilé de platine de la Reine d’Angleterre, le régiment de cavalerie de la Garde républicaine s’est rendu au château de Windsor pour participer à un événement hors du commun : le Royal Windsor Horse Show. Un spectacle équestre international créé en 1943 et qui, cette année, en raison du 70e anniversaire du règne de la Reine Elizabeth II, revêt un caractère bien particulier.