En images

250 gendarmes projetés en Nouvelle-Calédonie en vue du référendum sur l’indépendance

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Jeudi 14 octobre, à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, un premier envol pour la Nouvelle-Calédonie était organisé, en vue du troisième référendum sur l’indépendance, prévu le 12 décembre 2021. Les 250 militaires, issus de trois escadrons et demi de gendarmerie mobile, du Groupement tactique de gendarmerie (GTG) et du Groupement opérationnel de maintien de l’ordre (GOMO), étaient rassemblés, prêts à embarquer. Déposé quelques jours auparavant à la base militaire de Creil, leur fret avait été pris en charge par l’armée de l’Air, qui s’est ensuite chargée de le conditionner, avant de veiller à ce qu’il soit chargé dans l’avion en partance. Un personnel de l’arme était donc présent sur site ce jeudi soir durant toute la manœuvre.

Étaient également présents des militaires du Centre national des opérations, chargé de la planification des opérations, et de la Section d’appui de projection des forces (SAPF). Cette dernière, rattachée au Commandement de la gendarmerie d’outre-mer (CGOM), assure trois missions de projection des unités de gendarmerie départementale et mobile : celles des VAC (Voies Aériennes Civiles), des VAM (Voies Aériennes Militaires) et des vols affrétés. Pour ce faire, les gendarmes qui la composent disposent d’un accès complet aux aéroports de la région parisienne.

À l’arrivée à l’aéroport de La Tontouta, les 250 militaires ont été accueillis par le Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie, Patrice Faure, accompagné du commandant de la gendarmerie outre-mer, le général de corps d’armée Jean-Marc Descoux, du commandant de la composante gendarmerie de l’opération de sécurisation de la troisième consultation référendaire, le général de division Christophe Marietti, et du commandant de la gendarmerie pour la Nouvelle-Calédonie, le colonel Fabrice Spinetta. Ils ont ensuite débuté leur septaine obligatoire en raison de la situation sanitaire.

Autres Diaporamas disponibles (190)

Notre Dame des Landes : bilan de la première journée d’évacuation

Près de 2 500 gendarmes mobiles et départementaux, appuyés par des moyens spéciaux, sont intervenus toute la journée sur le site de Notre-Dame-des-Landes, afin d’accompagner la manœuvre d’évacuation des occupants illégaux. Quatorze sites ont été évacués et, pour partie, démontés.

L’opération, commencée ce matin à l’aube et visant à mettre fin à l’occupation illégale du site de Notre-Dame-des-Landes, a vu l’évacuation de quatorze sites. Les structures ont été démantelées ou sont sur le point de l’être, comme la tour du « Lama fâché », le lieu-dit des « Cent noms », où 22 personnes ont été évacuées en sécurité des toits où elles s’étaient retranchées, ou encore celui de « La chèvrerie », où une cinquantaine d’individus s’étaient regroupés.

Les gendarmes ont rencontré une résistance relativement importante de la part des occupants illégaux, estimés à 160. Ils ont notamment dû employer des véhicules blindés munis d’une lame pour dégager les nombreuses barricades, la plupart enflammées, qui obstruaient la route.

Sept personnes ont été interpellées sur le site au cours de la journée. L’opération reprendra demain matin, selon le même mode opératoire.

Val Thorens - Sécurisation de la station

Perchée à 2 300 m d'altitude, Val Thorens est la plus haute station d'Europe. Elle accueille plus de 27 000 touristes l'hiver contre 3 500 hors saison. Afin de veiller à la sécurité de ces vacanciers, la gendarmerie arme un poste provisoire pour la saison. Immersion.

Bure : opération pour mettre fin à l'occupation illégale du Bois-Lejuc

Aujourd'hui, à 6h15, sous l'autorité de la préfète de la Meuse, une opération menée par la gendarmerie nationale a débuté. Elle vise à mettre fin à l’occupation illégale du Bois-Lejuc, site de 221 hectares destiné au projet d’intérêt national CIGEO, situé au nord de la commune de Bure (55).

Elle vient mettre à exécution une décision de justice du Tribunal de Grande Instance de Bar-le-Duc.

Les gendarmes de Vallon Pont d’Arc veillent sur leur population

Pendant la saison estivale, la Cob de Vallon Pont d’Arc voit sa population multipliée par dix. Le renfort des réservistes et des gendarmes mobiles est essentiel pour continuer de tenir le territoire de manière visible.

Élèves-gendarmes à l’heure espagnole

Nouvelle étape d’une tradition de plusieurs décennies de partenariats entre la gendarmerie nationale et la Guardia civil, la formation d’élèves-gendarmes à l’école des jeunes gardes civils, à Valdemoro, a débuté le 2 octobre. Mis en place dans une logique de rapprochement, d'interopérabilité et de connaissance mutuelle, ce projet d'intégration bilatéral vise à améliorer l'action des deux forces de sécurité, dans la lutte contre le terrorisme, à la fois sur les zones frontalières et à l'étranger.