En images

250 gendarmes projetés en Nouvelle-Calédonie en vue du référendum sur l’indépendance

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Jeudi 14 octobre, à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, un premier envol pour la Nouvelle-Calédonie était organisé, en vue du troisième référendum sur l’indépendance, prévu le 12 décembre 2021. Les 250 militaires, issus de trois escadrons et demi de gendarmerie mobile, du Groupement tactique de gendarmerie (GTG) et du Groupement opérationnel de maintien de l’ordre (GOMO), étaient rassemblés, prêts à embarquer. Déposé quelques jours auparavant à la base militaire de Creil, leur fret avait été pris en charge par l’armée de l’Air, qui s’est ensuite chargée de le conditionner, avant de veiller à ce qu’il soit chargé dans l’avion en partance. Un personnel de l’arme était donc présent sur site ce jeudi soir durant toute la manœuvre.

Étaient également présents des militaires du Centre national des opérations, chargé de la planification des opérations, et de la Section d’appui de projection des forces (SAPF). Cette dernière, rattachée au Commandement de la gendarmerie d’outre-mer (CGOM), assure trois missions de projection des unités de gendarmerie départementale et mobile : celles des VAC (Voies Aériennes Civiles), des VAM (Voies Aériennes Militaires) et des vols affrétés. Pour ce faire, les gendarmes qui la composent disposent d’un accès complet aux aéroports de la région parisienne.

À l’arrivée à l’aéroport de La Tontouta, les 250 militaires ont été accueillis par le Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie, Patrice Faure, accompagné du commandant de la gendarmerie outre-mer, le général de corps d’armée Jean-Marc Descoux, du commandant de la composante gendarmerie de l’opération de sécurisation de la troisième consultation référendaire, le général de division Christophe Marietti, et du commandant de la gendarmerie pour la Nouvelle-Calédonie, le colonel Fabrice Spinetta. Ils ont ensuite débuté leur septaine obligatoire en raison de la situation sanitaire.

Autres Diaporamas disponibles (190)

Bretagne : cinq semaines de formation militaire tactique

Une formation militaire tactique a été dispensée, du 21 au 25 mars, au Centre régional d'instruction de Pontivy (CRI), au profit de 18 militaires des escadrons de la zone de défense et de sécurité Ouest. Au total, ce sont cinq semaines de formation qui ont ainsi été programmées depuis le 31 janvier, afin de répondre à la volonté d’aguerrir les militaires des Pelotons de sécurité et d'intervention (PSIG) et des Escadrons de gendarmerie mobile (EGM) sur une réponse adaptée au type du drame de Saint-Just.

Journée internationale des femmes et des filles de science : portrait, en image, de la cheffe Sandrine

À l'occasion de la journée internationale des femmes et des filles de science, découvrez le portrait, en image, de la cheffe Sandrine. Technicienne en identification criminelle, la sous-officier, issue des troupes aéroportées de Pau, dispose d'un parcours riche, avant de se spécialiser dans le domaine de la Police technique et scientifique (PTS).

Paris : des missions particulières pour la mobile

La capitale bénéficie du renfort permanent de six Escadrons de gendarmerie mobile (EGM). La grande couronne parisienne bénéficie également du renfort des gendarmes mobiles, à l’instar de la Zone de sécurité prioritaire du Val-d’Oise. Deux EGM sont également déployés pour des missions non permanentes mais néanmoins de longue durée, au sein des groupements de gendarmerie de l’Essonne et du Val-d’Oise.

La gendarmerie veille sur vos fêtes de Noël

Cette année encore, partout en France, des milliers de gendarmes mobiles et départementaux, d'active et de réserve, se mobilisent pour sécuriser les fêtes de fin d’année. Surveillance des parcs ostréicoles, sécurisation des marchés de Noël, des lieux de culte ou encore remise de colis aux veuves de la gendarmerie, ils assurent sans relâche, de jour comme de nuit, la protection de la population.