En images

Tour de France 2019 : revivez le Tour en images ! 2/4

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

La 106e édition du Tour de France s'est achevée dimanche 28 juillet sur les Champs-Élysées, à Paris. Gendarmes départementaux, mobiles, réservistes, unité opérationnelle franco-allemande, motocyclistes de la garde républicaine, groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, forces aériennes de gendarmerie, équipes cynophiles spécialisées dans la recherche d’explosifs sur personne en mouvement ont assuré la protection des coureurs et des spectateurs tout au long des 3 460 kilomètres de la Grande Boucle. Retour sur trois semaines intenses de prévention, de protection et de sécurisation.

Autres Diaporamas disponibles (60)

Un « village de la sécurité » dans l’Eure

Les « Rencontres de la Sécurité » 2019, qui se sont déroulées du mercredi 9 au samedi 12 octobre 2019 inclus, se sont traduites par diverses manifestations sur l’ensemble du territoire, auxquelles a largement pris part la gendarmerie.

Ainsi, à Évreux, dans l’Eure, c’est un véritable « village de la sécurité » qui s’est érigé, samedi 12 octobre. À cette occasion, la gendarmerie a mobilisé quelque 109 gendarmes, répartis sur 15 stands, représentant l’Institution dans son ensemble et dans toutes les dimensions de son action, des unités territoriales aux unités plus spécialisées. L’occasion, au travers des multiples contacts, démonstrations et stands, de présenter au public les missions, les métiers et les moyens de la gendarmerie.

Sont ainsi allés à la rencontre du public, les militaires de la brigade territoriale autonome de Louviers, du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) Sabre de Louviers, de la brigade de prévention de la délinquance juvénile, de l’escadron départemental de sécurité routière, de la brigade départementale de renseignements et d’investigations judiciaires, de la cellule de prévention technique de la malveillance, du centre d’opérations et de renseignement de la gendarmerie d’Évreux, des Forces aériennes de gendarmerie (FAG), de l’escadron de gendarmerie mobile de Dreux, du Groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM) de Versailles, de la Cellule d’appui à la mobilité (CNAMO), du centre d’information et de recrutement, de la brigade fluviale de Rouen, de la brigade de gendarmerie des transports aériens de Deauville-Saint-Gatien, de la brigade de gendarmerie de l’Air d’Évreux, de la garde républicaine, ainsi que de la Musique de la gendarmerie mobile de Maisons-Alfort, qui a assuré deux prestations musicales.

Sur les stands, les unités ont ainsi pu présenter leurs missions et leurs moyens spécifiques, comme le GBGM venu notamment avec un véhicule blindé à roue. Des présentations dynamiques ont également été organisées, à l’instar des démonstrations d’hélitreuillage effectuées par la CNAMO et les FAG, ou encore d’une interpellation d’individus jouée par le PSIG Sabre. Côté police judiciaire, outre la présentation de la police technique et scientifique, de la lutte contre la cybercriminalité et la cyberdélinquance, une scène de crime interactive a permis au grand public d’appréhender cette matière. De même, grâce à un jeu, baptisé "Enquêt'Eure", les visiteurs ont pu se mettre dans la peau d'un gendarme et découvrir de manière ludique les unités et les missions de la gendarmerie nationale. Les gagnants ont d'ailleurs pu participer à la séquence d'interpellation.

Obsèques de Jacques Chirac : l’hommage solennel des armées

Lundi 30 septembre au matin, les armées étaient réunies à l’Hôtel national des Invalides à Paris (7ème) sous l’autorité de Monsieur Emmanuel Macron, pour rendre les honneurs funèbres militaires à Jacques Chirac, président de la République française de 1995 à 2007. A l’issue de la cérémonie religieuse qui s’est tenue dans l’intimité familiale au sein de la cathédrale Saint-Louis, les militaires, de tous grades, lui ont ainsi rendu un dernier hommage, emprunt de solennité. Le président de la République s’est recueilli un instant devant le cercueil. Le cortège, escorté par la Garde Républicaine, a ensuite rejoint l’Église Saint-Sulpice où était célébrée une messe en présence des hautes autorités et personnalités venues du monde entier, dont une trentaine de chefs d’État.

Journées européennes du patrimoine : la gendarmerie sous toutes ses formes

Ouverts au public dans le cadre des Journées européennes du patrimoine (JEP) le week-end dernier, les sites de la gendarmerie ont remporté un franc succès. En effet, 12 000 visiteurs se sont pressés au quartier des Célestins pour découvrir les différentes facettes de la Garde Républicaine (musique, cavalerie, intervention). Du côté du musée de la gendarmerie à Melun, près de 2000 curieux ont visité l’exposition « Des animaux et des gendarmes. Que croyez-vous savoir? ». Ils ont également pu approfondir leurs connaissances sur les chevaux de la Garde Républicaine et questionner les cavaliers et maréchaux-ferrants présents. Enfin, parmi les institutions mises à l’honneur à Beauvau cette année, les motards de la gendarmerie et leurs mécaniques ont attiré tous les regards. Retour en image sur ces JEP.

G7 : retour en images sur les forces gendarmerie engagées dans le dispositif de sécurisation - 2/2

Placé sous les ordres du général de corps d'armée Jean-Pierre Michel, le dispositif gendarmerie a déployé à lui seul environ 5 500 militaires, d’active et de réserve, et à travers eux l'ensemble des savoir-faire de l'Institution, du soutien opérationnel, avec la mise en place d'une base logistique avancée, à l'intervention spécialisée.

Les dispositifs terrestre (gendarmes départementaux, mobiles, gardes républicains et réservistes), maritime (gendarmerie maritime et brigades nautiques) et aérien (huit hélicoptères, 34 télépilotes de drone et 30 militaires dédiés à la lutte anti-drone), la sûreté aéroportuaire (GTA et gendarmerie mobile), les capacités d'intervention spécialisée (GIGN, CNAMO, C2NRBC, douze VBRG, CNOEIL, CBH, EGAME, DRAP), les pools judiciaire, cynophile (33 équipes cynophiles engagées dont quatre REXPEMO), transmissions et radiocommunication, ou encore circulation (sept brigades motorisées de circonstance, avec notamment 250 motards, quatre véhicules rapides d'intervention, ainsi que huit moto-tout-terrain), ont permis de couvrir toutes les dimensions du terrain et de la menace potentielle.

Contrôle de zone et surveillance du territoire, gestion des flux et sécurisation des escortes, police judiciaire, renseignement, maintien de l'ordre, manœuvre des systèmes d'information et de communication, soutien opérationnel... À chacun sa mission, remplie au quotidien avec engagement et professionnalisme, pour assurer le bon déroulement du sommet.

G7 : retour en images sur les forces gendarmerie engagées dans le dispositif de sécurisation - 1/2

Le dispositif de sécurité terrestre, maritime et aérienne, mis en place à Biarritz du 24 au 26 août, à l'occasion du sommet du G7, a mobilisé près de 15 000 gendarmes, policiers, militaires et personnels de la sécurité civile.

Placé sous les ordres du général de corps d'armée Jean-Pierre Michel, le dispositif gendarmerie a déployé à lui seul environ 5 500 militaires, d’active et de réserve, et à travers eux l'ensemble des savoir-faire de l'Institution, du soutien opérationnel, avec la mise en place d'une base logistique avancée, à l'intervention spécialisée.

Ainsi que l'a souligné le général d'armée Richard Lizurey, cet événement a réuni, notamment au sein d'unités de circonstance (escadrons de gendarmerie mobile, compagnies, brigades motorisées, brigade de recherches), toutes les subdivisions de l'Institution, tous les métiers, tous les statuts, tous les grades et toutes les origines géographiques.

Ainsi, au côté des 2 700 militaires issus de la gendarmerie départementale (1 600 personnels), de la réserve opérationnelle (trois compagnies de réserve territoriale, soit 152 personnels) et des gendarmeries spécialisées, comme les Forces aériennes de gendarmerie (FAG), la Gendarmerie maritime (GMAR), la Gendarmerie des transports aériens (GTA) ou encore la Garde républicaine (missions protocolaires, détachement de sécurité publique générale à cheval, pelotons d'intervention motorisée, section de protection et d'appui-drones), près de 2 800 gendarmes mobiles, soit 48 escadrons (dont 30 déployés en zone police), ont été mobilisés, auxquels s'ajoutent les unités et moyens spéciaux de la gendarmerie mobile (C2NRBC, douze VBRG, CNAMO, CNOEIL, CBH, EGAME, DRAP) et le GIGN.

Les dispositifs terrestre (gendarmes départementaux, mobiles, gardes républicains et réservistes), maritime (gendarmerie maritime et brigades nautiques) et aérien (huit hélicoptères, 34 télépilotes de drone et 30 militaires dédiés à la lutte anti-drone), sûreté aéroportuaire (GTA et gendarmerie mobile), capacités d'intervention spécialisée, pools judiciaire, cynophile (33 équipes cynophiles engagées dont quatre REXPEMO) ou encore circulation (sept brigades motorisées de circonstance, avec notamment 250 motards, quatre véhicules rapides d'intervention, ainsi que huit motos tout-terrain) ont permis de couvrir toutes les dimensions du terrain et de la menace potentielle.

Contrôle de zone et surveillance du territoire, gestion des flux et sécurisation des escortes, police judiciaire, renseignement, maintien de l'ordre, manœuvre des systèmes d'information et de communication, soutien opérationnel... À chacun sa mission, remplie au quotidien avec engagement et professionnalisme, pour assurer le bon déroulement du sommet.

G7 : coopération internationale au sommet

Dans le cadre de la coopération internationale, la Guardia civil espagnole est engagée dans la sécurisation du sommet, par le biais de services conjoints, maritimes et terrestres, avec les forces françaises, ainsi que des missions de surveillance à la frontière et de renseignement.

La toute jeune Unité opérationnelle franco-allemande, unité de circonstance composée de dix gendarmes français et de dix policiers allemands, est également mobilisée.

Tour de France 2019 : revivez le Tour en images ! 4/4

La 106e édition du Tour de France s'est achevée dimanche 28 juillet sur les Champs-Élysées, à Paris. Gendarmes départementaux, mobiles, réservistes, unité opérationnelle franco-allemande, motocyclistes de la garde républicaine, groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, forces aériennes de gendarmerie, équipes cynophiles spécialisées dans la recherche d’explosifs sur personne en mouvement ont assuré la protection des coureurs et des spectateurs tout au long des 3 460 kilomètres de la Grande Boucle. Retour sur trois semaines intenses de prévention, de protection et de sécurisation.

Tour de France 2019 : revivez le Tour en images ! 3/4

La 106e édition du Tour de France s'est achevée dimanche 28 juillet sur les Champs-Élysées, à Paris. Gendarmes départementaux, mobiles, réservistes, unité opérationnelle franco-allemande, motocyclistes de la garde républicaine, groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, forces aériennes de gendarmerie, équipes cynophiles spécialisées dans la recherche d’explosifs sur personne en mouvement ont assuré la protection des coureurs et des spectateurs tout au long des 3 460 kilomètres de la Grande Boucle. Retour sur trois semaines intenses de prévention, de protection et de sécurisation.

Tour de France 2019 : revivez le Tour en images ! 1/4

La 106e édition du Tour de France s'est achevée dimanche 28 juillet sur les Champs-Élysées, à Paris. Gendarmes départementaux, mobiles, réservistes, unité opérationnelle franco-allemande, motocyclistes de la garde républicaine, groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, forces aériennes de gendarmerie, équipes cynophiles spécialisées dans la recherche d’explosifs sur personne en mouvement ont assuré la protection des coureurs et des spectateurs tout au long des 3 460 kilomètres de la Grande Boucle. Retour sur trois semaines intenses de prévention, de protection et de sécurisation.

Dans le Marais poitevin, les gendarmes patrouillent en barque…

En voiture, à moto, à VTT, à pied, à cheval... mais aussi en barque, comme dans le Marais Poitevin, les gendarmes adaptent leurs moyens de mobilité pour aller au contact de la population et des vacanciers et assurer leur sécurité en tout point du territoire.

Dans le Marais poitevin, qui connaît une forte affluence touristique pendant la période estivale, la communauté de brigades de Frontenay-Rohan-Rohan renforce sa présence sur le terrain, du samedi 1er juin au dimanche 15 septembre, par la mise en œuvre de patrouilles mixtes (chevaux, bateau, VTT), dans les limites deux-sévriennes du Syndicat mixte du Parc interrégional du Marais poitevin. Les communes de Sansais (La Garette), Coulon, Magné et Le Vanneau-Irleau font notamment l'objet d'une surveillance particulière.

Embarquement à Coulon pour une mission de surveillance nautique.