En images

Wendall Utroi : la psychologie humaine au cœur de l'écriture

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

À l'occasion du salon littéraire organisé par l'École nationale de la gendarmerie nationale, le 18 novembre 2017 à Melun, Wendall Utroi s'est prêté au jeu de l'interview

Retraité de la police nationale, Wendall est un homme d'action devenu auteur à la fin de sa carrière. Il a notamment servi au sein d'une brigade anti-criminalité et en tant qu'instructeur en école de police avant de s'engager pour deux missions, en Afghanistan et au Kosovo. C'est au cours de ces séjours à l'extérieur de nos frontières qu'il ressent le besoin d'écrire. Depuis, en 5 années, il a écrit 5 ouvrages !

Il s'essaye à différents registres comme le thriller psychologique, l'histoire imaginaire et fantastique, ou encore le roman à suspense. Dans la plupart de ses œuvres : les protagonistes sont confrontés à de terribles choix. Ils font face à de nombreux rebondissements, parfois chaotiques. Wendall Utroi aime tenir ses lecteurs en haleine !

Dans cette interview, vous découvrirez quelques facettes de sa personnalité, son histoire, ses relations avec la gendarmerie notamment lorsqu'il était policier. Il nous confie ce qui l'anime, sa passion pour l'écriture et nous parle de l'un de ses livres : "Wanda".

Ouvrages :
1er février 2014 : "Un genou à terre" - thriller psychologique
7 mars 2015 : "Le dompteur de la pluie" - roman "enchanteur", monde fantastique
3 février 2016 : "L'enjeu" - thriller psychologique
13 janvier 2017 : "Wanda" - roman à suspense
21 décembre 2017 : "Comme un phare dans la tourmente" - histoire familiale, empreinte d'amour

Autres vidéos disponibles (110)

« Scène de vie » : gendarmes solidaires avec les seniors

Depuis le début de la crise, la gendarmerie a renforcé ses contacts solidaires. La police de sécurité du quotidien est plus que jamais présente, comme ici à Montluel, où les gendarmes rendent visite aux seniors. Une présence qui fait du bien et réconforte nos aînés qui n'hésitent d'ailleurs pas à leur rendre la pareille !

« Scène de vie » avec les gendarmes luttant contre les violences intrafamiliales

Les mesures de confinement liées au COVID-19 entraînent malheureusement une augmentation des Violences intrafamiliales (VIF). Les gendarmes sont plus que jamais mobilisés pour lutter contre ce phénomène. Des patrouilles de prévention permettent de distribuer des flyers aux pharmacies, dans lesquelles toute victime peut à présent se signaler, afin que les forces de l’ordre soient alertées. Les brigades de prévention de la délinquance juvénile incitent également les victimes à parler, en les informant sur les différents moyens à leur disposition, dont le SMS au 114. Malgré la crise, toutes les unités de terrain demeurent opérationnelles pour assister ces victimes.

« Scène de vie » avec les gendarmes engagés en zone périurbaine

Que ce soit à Fleury-Mérogis ou encore à Bethoncourt, les zones relevant de la gendarmerie sont parfois très éloignées des paysages bucoliques ! Dans les zones de sécurité prioritaires ou les quartiers dits « sensibles », le confinement est parfois plus compliqué à faire respecter. Aussi, les gendarmes multiplient les contrôles d’attestations pour s’assurer de la bonne application des mesures gouvernementales liées au COVID-19. Dans le cadre de cette mission, ils peuvent être renforcés par des gendarmes mobiles, des patrouilles en VTT, ou appuyés par des drones.

« Scène de vie » avec la brigade nautique de Papeete

Difficile de résister à ces eaux cristallines pour les Polynésiens ! Malheureusement, le coronavirus touche également ces îles paradisiaques. Les gendarmes de la brigade nautique de Papeete appuient les unités territoriales et arpentent le littoral pour faire respecter le confinement. Ils s’assurent que les arrêtés spécifiques à la Polynésie française durant la crise sanitaire sont bien mis en œuvre. Ces derniers interdisent les activités nautiques et de plaisance. Seule la pêche professionnelle ou vivrière est autorisée, à condition de détenir une attestation de déplacement dérogatoire.

« Scène de vie » avec le peloton de surveillance et d’intervention de Chantilly

Envie d’une petite promenade nocturne en plein confinement ? Les gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Chantilly veillent chaque nuit au respect des mesures gouvernementales pour éviter la propagation du coronavirus. Au-delà de ces contrôles, ils continuent de lutter contre les vols et les cambriolages, en prêtant une attention toute particulière aux établissements et commerces fermés, mais aussi aux résidences et zones périurbaines.

« Scène de vie » avec la brigade de prévention de la délinquance juvénile du Doubs

Si le confinement est plus difficile à respecter pour les plus jeunes, les gendarmes de la BPDJ du Doubs comptent bien leur faire entendre raison. Habitués à côtoyer le public juvénile, ils contrôlent la bonne application des mesures gouvernementales, notamment dans les quartiers dits « prioritaires ». Pour cela, ils privilégient les patrouilles pédestres, afin de faciliter le contact avec ces populations. Par ailleurs, les militaires poursuivent leur mission de prévention et suivent attentivement l’évolution des violences intrafamiliales sur leur secteur.

« Scène de vie » avec les gendarmes de la compagnie de Bayeux

En cette période de crise sanitaire, les gendarmes doivent s’adapter encore davantage à leur territoire pour mener à bien leur mission de sécurité. C’est le cas pour les militaires de la compagnie de gendarmerie de Bayeux, exerçant en zone périurbaine, qui ont troqué leurs véhicules contre des VTT pour patrouiller dans certains secteurs.

« Scène de vie » avec les mécaniciens du soutien automobile

Les différents acteurs du corps de soutien jouent un rôle primordial dans cette période de crise. Parmi eux, le soutien automobile permet d’assurer le maintien en condition des véhicules des unités, afin que celles-ci puissent continuer d’accomplir leurs missions quotidiennes. Les centres s’organisent face à l’épidémie : les équipes de mécaniciens en service s’alternent et les véhicules sont désinfectés pour limiter la propagation du virus. Par ailleurs, le partenariat avec les concessionnaires permet d’obtenir les pièces détachées nécessaires à certaines réparations.

« Scène de vie » avec des réservistes opérationnels

Face à la crise, les effectifs des unités de gendarmerie, particulièrement sollicités, se voient renforcés par des réservistes opérationnels, dans le cadre de certaines missions. Ces derniers participent notamment à la surveillance des établissements et commerces fermés, à la sécurisation des bureaux de poste, au contact avec les commerçants de proximité, ou encore au contrôle du respect des règles de confinement auprès de la population.