En images

Anniversaire du Grenelle des VIF : la gendarmerie de La Réunion primée pour son partenariat avec l’association Arajufa France Victimes

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Le 3 septembre, à l’occasion du premier anniversaire du Grenelle des violences conjugales, et afin de valoriser l’action des forces de sécurité intérieure dans ce domaine, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, a mis à l’honneur les initiatives de plusieurs unités de gendarmerie et de police dans huit catégories : formation, confinement, accueil/prise en charge des victimes, accompagnement, information, partenariat et sensibilisation. Quatre actions initiées par la gendarmerie ont été primées à cette occasion. Dans la catégorie « partenariat », le prix a été décerné à la gendarmerie de la Réunion pour le travail mené en collaboration avec l’association Arajufa France Victimes, dans le cadre d’une convention signée en mai dernier. S’inscrivant dans une démarche d’amélioration de l’accueil des victimes, notamment de violences intra-familiales, ce partenariat leur offre une prestation globale et complète : le gendarme traitant le volet judiciaire, l’intervenante sociale gendarmerie, le volet social, et l’Arajufa, prodiguant des conseils juridiques.

© Elsa Vives Servera avec le COMGEND de La Réunion

Autres vidéos disponibles (115)

« Scène de vie » avec les gendarmes de la compagnie de Bayeux

En cette période de crise sanitaire, les gendarmes doivent s’adapter encore davantage à leur territoire pour mener à bien leur mission de sécurité. C’est le cas pour les militaires de la compagnie de gendarmerie de Bayeux, exerçant en zone périurbaine, qui ont troqué leurs véhicules contre des VTT pour patrouiller dans certains secteurs.

« Scène de vie » avec les mécaniciens du soutien automobile

Les différents acteurs du corps de soutien jouent un rôle primordial dans cette période de crise. Parmi eux, le soutien automobile permet d’assurer le maintien en condition des véhicules des unités, afin que celles-ci puissent continuer d’accomplir leurs missions quotidiennes. Les centres s’organisent face à l’épidémie : les équipes de mécaniciens en service s’alternent et les véhicules sont désinfectés pour limiter la propagation du virus. Par ailleurs, le partenariat avec les concessionnaires permet d’obtenir les pièces détachées nécessaires à certaines réparations.

« Scène de vie » avec des réservistes opérationnels

Face à la crise, les effectifs des unités de gendarmerie, particulièrement sollicités, se voient renforcés par des réservistes opérationnels, dans le cadre de certaines missions. Ces derniers participent notamment à la surveillance des établissements et commerces fermés, à la sécurisation des bureaux de poste, au contact avec les commerçants de proximité, ou encore au contrôle du respect des règles de confinement auprès de la population.

« Scène de vie » avec les gendarmes qui veillent sur les seniors

En cette période de crise sanitaire, les gendarmes veillent sur les personnes âgées, particulièrement vulnérables face au coronavirus et pouvant souffrir de l’isolement lié aux mesures de confinement. Les opérations tranquillité senior permettent de garder le contact avec les anciens, de répondre à leurs questions, mais aussi de les rassurer. Les gendarmes effectuent ces missions en lien étroit avec les collectivités locales et la police municipale, qui ont une fine connaissance de leur population.

« Scène de vie » avec les gendarmes sécurisant les bureaux de poste

Depuis le 6 avril dernier, les gendarmes d’active, mais aussi de nombreux réservistes opérationnels, accompagnent la ré-ouverture des bureaux de poste. Ils veillent notamment à ce qu’il n’y ait pas de troubles à l’ordre public, qu’il s’agisse de tensions dans les files d’attente ou d’agressions envers les employés. Ils sécurisent également les abords des distributeurs automatiques et des guichets, afin de prévenir d’éventuels vols et de protéger plus particulièrement les personnes vulnérables. Enfin, ils s’assurent que les usagers respectent bien les règles du confinement, en étant notamment porteurs d’une attestation de déplacement dérogatoire.

« Scène de vie » avec les militaires de la région de gendarmerie Auvergne-Rhône-Alpes

Depuis le début de la crise sanitaire, la région de gendarmerie Auvergne-Rhône-Alpes s’est organisée pour apporter l’appui nécessaire aux unités et à l’état-major. Ils sont officiers, sous-officiers, personnels civils, ils officient en tant que maître de chien, aumônier, gendarme mobile, responsable de la sécurité des systèmes d’information, cuisinière au sein du cercle mixte, magasinier, ou au sein de la brigade fluviale,… Chacun a son rôle à jouer !

« Scène de vie » avec les gendarmes départementaux d’Ambert

Malgré une légère amélioration dans le respect des consignes de confinement, les gendarmes du Puy-de-Dôme rencontrent encore quelques récalcitrants, profitant du beau temps pour aller se promener en famille ou organiser des fêtes entre amis. Comme partout, les militaires font usage de discernement et de pédagogie pour expliquer la nécessité de ces mesures dans le cadre de la lutte contre la propagation de l’épidémie ainsi que les conséquences potentielles de ces comportements irresponsables.

« Scène de vie » avec les motocyclistes tout-terrain du Puy-de-Dôme

Avec leurs engins tout-terrain, les motocyclistes de la gendarmerie peuvent facilement accéder aux endroits inaccessibles à tout autre type de véhicule et trop éloignés pour les patrouilles pédestres. Sur ces chemins, principalement fréquentés par des randonneurs et des vététistes, les militaires s’assurent que le confinement est respecté partout, de manière à empêcher la propagation du virus, mais également l’accidentologie de loisir, qui pourrait venir surcharger les hôpitaux engagés dans la lutte contre le COVID-19.