En images

Anniversaire du Grenelle des VIF : la région Occitanie primée pour la cellule « télécontact VIF » mise en place pendant le confinement

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Le 3 septembre, à l’occasion du premier anniversaire du Grenelle des violences conjugales, et afin de valoriser l’action des forces de sécurité intérieure dans ce domaine, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, a mis à l’honneur les initiatives de plusieurs unités de gendarmerie et de police dans huit catégories : formation, confinement, accueil/prise en charge des victimes, accompagnement, information, partenariat et sensibilisation. Quatre actions initiées par la gendarmerie ont été primées à cette occasion. Dans la catégorie « confinement », le prix a été décerné à la région de gendarmerie Occitanie pour sa cellule « télécontact VIF », mise en place pendant le confinement. Entre le 6 avril et le 29 mai, cette cellule de circonstance a ainsi permis de contacter 380 victimes dans le cadre de violences intra-familiales, afin d’évaluer leur situation, détecter les fragilités et les besoins, fournir un accompagnement individualisé et identifier les situations préoccupantes nécessitant une surveillance dédiée.

© Elsa Vives Servera avec le GND Théophile Chatain

Autres vidéos disponibles (115)

« Scène de vie » : gendarmes solidaires avec les seniors

Depuis le début de la crise, la gendarmerie a renforcé ses contacts solidaires. La police de sécurité du quotidien est plus que jamais présente, comme ici à Montluel, où les gendarmes rendent visite aux seniors. Une présence qui fait du bien et réconforte nos aînés qui n'hésitent d'ailleurs pas à leur rendre la pareille !

« Scène de vie » avec les gendarmes luttant contre les violences intrafamiliales

Les mesures de confinement liées au COVID-19 entraînent malheureusement une augmentation des Violences intrafamiliales (VIF). Les gendarmes sont plus que jamais mobilisés pour lutter contre ce phénomène. Des patrouilles de prévention permettent de distribuer des flyers aux pharmacies, dans lesquelles toute victime peut à présent se signaler, afin que les forces de l’ordre soient alertées. Les brigades de prévention de la délinquance juvénile incitent également les victimes à parler, en les informant sur les différents moyens à leur disposition, dont le SMS au 114. Malgré la crise, toutes les unités de terrain demeurent opérationnelles pour assister ces victimes.

« Scène de vie » avec les gendarmes engagés en zone périurbaine

Que ce soit à Fleury-Mérogis ou encore à Bethoncourt, les zones relevant de la gendarmerie sont parfois très éloignées des paysages bucoliques ! Dans les zones de sécurité prioritaires ou les quartiers dits « sensibles », le confinement est parfois plus compliqué à faire respecter. Aussi, les gendarmes multiplient les contrôles d’attestations pour s’assurer de la bonne application des mesures gouvernementales liées au COVID-19. Dans le cadre de cette mission, ils peuvent être renforcés par des gendarmes mobiles, des patrouilles en VTT, ou appuyés par des drones.

« Scène de vie » avec la brigade nautique de Papeete

Difficile de résister à ces eaux cristallines pour les Polynésiens ! Malheureusement, le coronavirus touche également ces îles paradisiaques. Les gendarmes de la brigade nautique de Papeete appuient les unités territoriales et arpentent le littoral pour faire respecter le confinement. Ils s’assurent que les arrêtés spécifiques à la Polynésie française durant la crise sanitaire sont bien mis en œuvre. Ces derniers interdisent les activités nautiques et de plaisance. Seule la pêche professionnelle ou vivrière est autorisée, à condition de détenir une attestation de déplacement dérogatoire.

« Scène de vie » avec le peloton de surveillance et d’intervention de Chantilly

Envie d’une petite promenade nocturne en plein confinement ? Les gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Chantilly veillent chaque nuit au respect des mesures gouvernementales pour éviter la propagation du coronavirus. Au-delà de ces contrôles, ils continuent de lutter contre les vols et les cambriolages, en prêtant une attention toute particulière aux établissements et commerces fermés, mais aussi aux résidences et zones périurbaines.

« Scène de vie » avec la brigade de prévention de la délinquance juvénile du Doubs

Si le confinement est plus difficile à respecter pour les plus jeunes, les gendarmes de la BPDJ du Doubs comptent bien leur faire entendre raison. Habitués à côtoyer le public juvénile, ils contrôlent la bonne application des mesures gouvernementales, notamment dans les quartiers dits « prioritaires ». Pour cela, ils privilégient les patrouilles pédestres, afin de faciliter le contact avec ces populations. Par ailleurs, les militaires poursuivent leur mission de prévention et suivent attentivement l’évolution des violences intrafamiliales sur leur secteur.