En images

Au cœur de la lutte anti-drone avec la gendarme Marie

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Du haut de ses 25 ans, la gendarme Marie fait partie des six femmes qui composent actuellement la Section de protection appui drone (SPAD) du 2e régiment d'infanterie de la Garde républicaine. Il y a quelques années, après un passage en gendarmerie départementale, en qualité de gendarme adjoint volontaire, et près d'un an de formation en école de sous-officiers, elle a choisi d'intégrer la Garde républicaine, afin de découvrir une autre facette de l'Institution. Lorsque l'occasion s’est offerte de présenter les tests de sélection pour rejoindre la SPAD, unité spécialisée dans la lutte anti-drone, elle n'a pas hésité. Aujourd'hui, elle a déjà à son actif plusieurs heures de surveillance en hauteur ainsi que de multiples descentes en rappel et œuvre pleinement à la protection du territoire et de ses plus hautes autorités. C'est depuis le sommet d'une tour de plus de 50 mètres que la gendarme Marie partage aujourd’hui son expérience.

© Sirpa gendarmerie - Pôle vidéo

Autres vidéos disponibles (186)

Lutte anti-terroriste maritime au PSMP de Marseille

Les pelotons de sécurité maritime et de protection sont des unités d’intervention mis en place au sein de la gendarmerie maritime. A l’instar des « Psig sabre à terre », ils sont qualifiés « espadon », et se voient dotés à la fois en personnels spécifiquement qualifiés et en matériel adapté, afin d’intervenir en tant que primo-arrivants en cas d’attaque terroriste, tant en mer que sur les quais.

Au coeur de l’ouragan : témoignage de gendarme

Du 5 au 6 septembre 2017, un ouragan de classe 5, IRMA, ravage les Antilles, en particulier l’île de Saint-Martin. Premier ouragan à rester classer 5 pendant une aussi longue période, ses rafales dépassent 360 km/h. De la taille de la France, il cause la mort de neuf personnes et des dégâts matériels de grande ampleur. L’adjudant Grégory Desloges est opérateur au centre des opérations et de renseignement de Saint-Martin. Il revient sur ces quelques jours qui ont tout changé, pour les gendarmes de l’île et leurs familles.