En images

Au cœur de la sécurisation des routes du Tour de France

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Il est à peine midi, quand les premiers spectateurs s'installent sur le bord des routes de Wasnes-au-Bac. Sièges pliables et glacières sont de sortie, afin de ne pas rater le passage de la caravane. À côté d'eux, les gendarmes sont d'ores et déjà en place. Si l'événement est festif, il ne faut pas pour autant en oublier la sécurité. Gendarmes de la brigade de Bouchain, de réserve, et de l'escadron de gendarmerie mobile de Saint-Mihiel, tous sont prêts et veillent à ce que le public reste sur les abords.
Venus en renfort, des policiers belges sont également présents sur l'étape. Car le Tour de France intéresse fortement nos voisins, surtout ceux fanas de vélo, comme les Belges, qui viennent en masse sur le bord des routes supporter les coureurs. La présence des policiers belges facilite le contact et permet la transmission des messages de prévention.
Dès 14h15, des véhicules commencent à passer sur la route, afin de reconnaître une dernière fois l'itinéraire et s'assurer qu'aucun obstacle ne viendra troubler l'étape. Les motocyclistes de la garde républicaine arpentent également les axes. Et puisqu'il s'agit-là d'une étape comprenant de nombreuses zones pavées, ils sont équipés pour l'occasion. Pas de motos bleues, mais des noires tout-terrain. Quelques minutes plus tard, les premiers véhicules de la caravane arrivent ! La vigilance est de mise pour les gendarmes, car certains spectateurs sont prêts à tout pour récupérer quelques produits publicitaires. À plusieurs reprises, les coups de sifflet des gendarmes retentissent, rappelant au public de bien rester sur le bord de la route. Durant 20 minutes, les véhicules s'enchaînent, pour le plaisir des petits et des grands.
Prochain rendez-vous à 16h10 pour le passage des coureurs. La voiture de sécurité du Tour passe la première. Puis, encadrés par l'escadron motocycliste de la garde républicaine, les cyclistes, lancés à près de 50 km/h, pénètrent sur la zone pavée, soulevant au passage un nuage de poussière. Mais il en faut plus pour décourager le public, présent en nombre sur les abords du chemin et supportant sans relâche les sportifs du jour. Quant aux gendarmes, ils sont toujours présents, afin de s'assurer qu'aucun spectateur ne traverse la route ou ne se mette en travers du chemin du peloton et des nombreux véhicules qui le suivent. En quelques minutes, tout le monde est passé. Pour Wasnes-au-Bac, le Tour de France est fini... Mais pas pour les gendarmes qui, durant encore plus de deux semaines, continueront d'assurer la sécurité du public sur les routes de France.

Autres Diaporamas disponibles (195)

Sathonay-Camp : la région gendarmerie baptisée du nom du résistant Henri Lebrun

Nouveau nom et grand symbole pour le pôle régional de la gendarmerie d’Auvergne-Rhône-Alpes. Vendredi 23 septembre 2022, en présence du général d’armée François Gieré, inspecteur général des armées gendarmerie (IGAG) et représentant du directeur général, et devant 350 gendarmes et représentants d’autorités locales, la caserne qui accueille le siège de la région gendarmerie a été baptisée au nom du gendarme et grand résistant, Henri Lebrun.

Les gendarmes mobilisés pour la rentrée des classes

Le cartable sur le dos et des souvenirs de vacances plein la tête, l’heure de la rentrée a sonné, ce jeudi 1er septembre, pour les enfants et leurs familles. Un peu partout sur le territoire national, en métropole comme en outre-mer, les gendarmes les ont accompagnés sur le chemin de l’école, parfois eux-mêmes concernés en tant que parents. En lien avec les équipes éducatives et les policiers municipaux, des patrouilles sont venues sécuriser les abords des établissements scolaires, veillant à ce que la jeune génération puisse rejoindre les bancs de l’école dans les meilleures conditions.

Poste de contrôle conjoint avec les gendarmes détachés à la Brigade de proximité de La-Tranche-sur-Mer

Pendant l'été, le Dispositif estival de protection des populations (DEPP) permet de renforcer les gendarmes des brigades situées dans les zones touristiques pour toutes leurs missions, notamment celles de sécurité routière. Exemple avec la Brigade de proximité (B.P.) de La Tranche-sur-Mer, appuyée par des militaires détachés d'autres unités, notamment deux motocyclistes de l'Escadron départemental de sécurité routière de la Vendée.

Un vent européen souffle sur le Tour de France

La Grande Boucle touche à sa fin ce dimanche 24 juillet. Durant trois semaines, les coureurs auront parcouru plus de 3 000 km sur les routes de France, mais également à travers certains pays européens. Danemark, Belgique et Suisse ont en effet eu la chance d’accueillir cette année des départs et des arrivées d’étape.