En images

Commémorations du 11 novembre 2020

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Le 11 novembre 1918, à 11 h, sonnait l’armistice de la Première Guerre mondiale, mettant fin à plus de quatre années de conflits meurtriers. Aujourd’hui, sur l’ensemble du territoire national, les hommages ont été rendus aux armées et aux anciens combattants. Comme le 8 mai dernier, le public était absent en raison de la crise sanitaire. Mais le devoir de mémoire a malgré tout été honoré. Cette année, la date était d’autant plus symbolique qu’elle marquait le 100e anniversaire de l’installation de la tombe du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe.

À Paris, la cérémonie s’est déroulée sous l’Arc de Triomphe, en présence du président de la République et de quelques personnalités politiques seulement. Après un moment de recueillement auprès de la statue de Georges Clemenceau puis sur la tombe du Soldat Inconnu, a eu lieu l’appel aux 20 soldats français tombés pour la France depuis le 11 novembre 2019. Dans le reste de la France, des cérémonies étaient également organisées pour honorer ce devoir de mémoire, en présence des élus et des différentes autorités civiles et militaires.

La journée de commémoration s’achèvera par l’entrée au Panthéon de Maurice Genevoix qui, par l’écriture, a immortalisé la mémoire des Poilus de la Grande guerre.

Autres Diaporamas disponibles (105)

Hérault : les réservistes au cœur du dispositif estival de protection des populations

Tout l’été, les réservistes opérationnels affectés à la compagnie de gendarmerie de Lodève (34) patrouillent dans le cadre du dispositif estival de protection des populations. À raison de trois rondes par jour, dans quatre zones de la circonscription, ils offrent une aide précieuse à leurs camarades d’active, dans un secteur où le tourisme représente un chiffre d’affaires annuel estimé à plus de 1,5 milliard d’euros.

14 - Juillet : dernière répétition pour les troupes

Les unités qui prendront part demain à la traditionnelle célébration du 14-Juillet, ont procédé à une ultime répétition ce matin, dès 5 h 30, sur la place de la Concorde. Cette cérémonie, dont le format a été réduit au regard de l’épidémie de coronavirus, mettra à l’honneur tous les acteurs mobilisés durant la crise sanitaire : d’une part, les armées, dans le cadre de l’opération Résilience, et les forces de sécurité intérieure, dont la gendarmerie, à travers l'opération #RépondrePrésent, et d’autre part, les soignants. Gardes républicains des 1er et 2e régiments d’infanterie, élèves officiers de l’EOGN, élèves gendarmes de l’école de Tulle, militaires du bloc multi-missions de la gendarmerie, ainsi que la musique de la garde et le Chœur de l’armée française ont ainsi passé une dernière fois en revue le déroulé de cette édition 2020, dans le respect des contraintes sanitaires en vigueur.

Répétition du bloc multi-missions à l'EOGN pour le défilé du 14 juillet

Le bloc multi-missions, que la gendarmerie nationale a déployé pour faire face à la crise de la COVID-19, participera à la cérémonie du 14 juillet. Commandé par le lieutenant-colonel Nicolas Parra, ce bloc, constitué de 48 gendarmes venus de toute la France, a été mis en œuvre pour répondre à la crise sanitaire et assurer les missions de maintien de l’ordre public, le respect des mesures de confinement, la continuité des services publics et vitaux, et le soutien à la population, notamment aux seniors et au personnel soignant.

© GEND/SIRPA/F.GARCIA

Reprise des formations dans les écoles de gendarmerie

Suspendues depuis le 15 mars dernier, en raison de la pandémie de Covid-19, les formations initiales ont repris dans de nombreuses écoles de gendarmerie, à l’instar de celles de Dijon, de Tulle, de Montluçon, de Rochefort, de Chaumont, de Châteaulin, ou encore à l’EOGN, dans le strict respect des mesures sanitaires qui s’imposent.

Une commémoration du 8 mai inédite

C’est un 8 mai qui ne ressemble à aucun autre : une fête en demi-teinte, puisqu’elle est célébrée, pour la première fois, en comité restreint, au vu de la crise sanitaire et des mesures de confinement. Quel contraste avec la foule en liesse qui occupait les rues de Paris il y a 75 ans !