En images

EOGN : fin de scolarité pour la promotion de la Légion d’honneur et baptême de la 127ème promotion

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

La cérémonie de fin de scolarité de la promotion de la Légion d’honneur s’est tenue, ce jeudi 24 juin, à l’École des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN) située à Melun. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et le directeur général de la gendarmerie nationale, le général d’armée Christian Rodriguez, étaient présents à cette occasion. Après avoir remis des décorations à dix militaires méritants, ils ont assisté au baptême de la 127ème promotion qui a choisi pour parrain le général de division Morel.

Dans son discours, le ministre a félicité les officiers-élèves : « Cette prise d’arme symbolise votre départ vers votre futur commandement. Vous êtes prêts (…) vous avez déjà les outils (...) vous vous êtes forgés de solides valeurs. » Il a également salué le choix du parrain des élèves-officiers de la 127ème promotion : « Charles Morel n’a jamais hésité, jamais reculé. C’était un homme de courage dont le parcours oblige tous les français.»

À tous, il a ensuite rappelé les enjeux liés à leur engagement : « Choisir la gendarmerie nationale, c’est un engagement intégral pour le droit commun qui aura des conséquences tout au long de votre vie. C’est accepter l’exposition au danger. C’est aussi protéger les concitoyens et plus particulièrement les plus faibles d’entre nous. » Enfin, soulignant « les défis de notre époque», il leur a souhaité bonne chance avant de leur rappeler leur responsabilité : « Notre pays compte sur vous ! »

Autres Diaporamas disponibles (186)

Hérault : les réservistes au cœur du dispositif estival de protection des populations

Tout l’été, les réservistes opérationnels affectés à la compagnie de gendarmerie de Lodève (34) patrouillent dans le cadre du dispositif estival de protection des populations. À raison de trois rondes par jour, dans quatre zones de la circonscription, ils offrent une aide précieuse à leurs camarades d’active, dans un secteur où le tourisme représente un chiffre d’affaires annuel estimé à plus de 1,5 milliard d’euros.

14 - Juillet : dernière répétition pour les troupes

Les unités qui prendront part demain à la traditionnelle célébration du 14-Juillet, ont procédé à une ultime répétition ce matin, dès 5 h 30, sur la place de la Concorde. Cette cérémonie, dont le format a été réduit au regard de l’épidémie de coronavirus, mettra à l’honneur tous les acteurs mobilisés durant la crise sanitaire : d’une part, les armées, dans le cadre de l’opération Résilience, et les forces de sécurité intérieure, dont la gendarmerie, à travers l'opération #RépondrePrésent, et d’autre part, les soignants. Gardes républicains des 1er et 2e régiments d’infanterie, élèves officiers de l’EOGN, élèves gendarmes de l’école de Tulle, militaires du bloc multi-missions de la gendarmerie, ainsi que la musique de la garde et le Chœur de l’armée française ont ainsi passé une dernière fois en revue le déroulé de cette édition 2020, dans le respect des contraintes sanitaires en vigueur.

Répétition du bloc multi-missions à l'EOGN pour le défilé du 14 juillet

Le bloc multi-missions, que la gendarmerie nationale a déployé pour faire face à la crise de la COVID-19, participera à la cérémonie du 14 juillet. Commandé par le lieutenant-colonel Nicolas Parra, ce bloc, constitué de 48 gendarmes venus de toute la France, a été mis en œuvre pour répondre à la crise sanitaire et assurer les missions de maintien de l’ordre public, le respect des mesures de confinement, la continuité des services publics et vitaux, et le soutien à la population, notamment aux seniors et au personnel soignant.

© GEND/SIRPA/F.GARCIA

EOGN : baptême de la promotion de la « Légion d’honneur »

Présidée par le ministre de l’Intérieur, le secrétaire d’État et le directeur général de la gendarmerie nationale, la cérémonie marquant le baptême de la 126e promotion de la « Légion d’honneur » s'est déroulée jeudi 25 juin, à l'EOGN (École des officiers de la gendarmerie nationale).

Une commémoration du 8 mai inédite

C’est un 8 mai qui ne ressemble à aucun autre : une fête en demi-teinte, puisqu’elle est célébrée, pour la première fois, en comité restreint, au vu de la crise sanitaire et des mesures de confinement. Quel contraste avec la foule en liesse qui occupait les rues de Paris il y a 75 ans !