En images

Épisode neigeux : les gendarmes mobilisés pour rétablir la circulation

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Du nord au sud est de la France, c’est un véritable manteau blanc qui a recouvert une partie du pays ce mardi 12 janvier. Si le paysage a pris ainsi la couleur de l’hiver, ces fortes chutes de neige ont néanmoins paralysé les axes durant plusieurs heures. Près de 2 000 véhicules se sont retrouvés pris au piège sur l’A40. Face aux nombreux poids lourds bloqués, la préfecture du Doubs a même dû interdire leur circulation dès 18 heures. Pour intervenir face aux nombreux accidents générés et fluidifier autant que possible la circulation sur ces territoires, des centaines de gendarmes issus des brigades et des unités de sécurité routière se sont relayés au côté des secours tout au long de ces dernières 24 heures.

Autres Diaporamas disponibles (104)

14 - Juillet : dernière répétition pour les troupes

Les unités qui prendront part demain à la traditionnelle célébration du 14-Juillet, ont procédé à une ultime répétition ce matin, dès 5 h 30, sur la place de la Concorde. Cette cérémonie, dont le format a été réduit au regard de l’épidémie de coronavirus, mettra à l’honneur tous les acteurs mobilisés durant la crise sanitaire : d’une part, les armées, dans le cadre de l’opération Résilience, et les forces de sécurité intérieure, dont la gendarmerie, à travers l'opération #RépondrePrésent, et d’autre part, les soignants. Gardes républicains des 1er et 2e régiments d’infanterie, élèves officiers de l’EOGN, élèves gendarmes de l’école de Tulle, militaires du bloc multi-missions de la gendarmerie, ainsi que la musique de la garde et le Chœur de l’armée française ont ainsi passé une dernière fois en revue le déroulé de cette édition 2020, dans le respect des contraintes sanitaires en vigueur.

Répétition du bloc multi-missions à l'EOGN pour le défilé du 14 juillet

Le bloc multi-missions, que la gendarmerie nationale a déployé pour faire face à la crise de la COVID-19, participera à la cérémonie du 14 juillet. Commandé par le lieutenant-colonel Nicolas Parra, ce bloc, constitué de 48 gendarmes venus de toute la France, a été mis en œuvre pour répondre à la crise sanitaire et assurer les missions de maintien de l’ordre public, le respect des mesures de confinement, la continuité des services publics et vitaux, et le soutien à la population, notamment aux seniors et au personnel soignant.

© GEND/SIRPA/F.GARCIA

Reprise des formations dans les écoles de gendarmerie

Suspendues depuis le 15 mars dernier, en raison de la pandémie de Covid-19, les formations initiales ont repris dans de nombreuses écoles de gendarmerie, à l’instar de celles de Dijon, de Tulle, de Montluçon, de Rochefort, de Chaumont, de Châteaulin, ou encore à l’EOGN, dans le strict respect des mesures sanitaires qui s’imposent.

Une commémoration du 8 mai inédite

C’est un 8 mai qui ne ressemble à aucun autre : une fête en demi-teinte, puisqu’elle est célébrée, pour la première fois, en comité restreint, au vu de la crise sanitaire et des mesures de confinement. Quel contraste avec la foule en liesse qui occupait les rues de Paris il y a 75 ans !