En images

Et un jour une femme … en gendarmerie !

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Pour ce 8 mars 2021, la gendarmerie a souhaité fêter la journée internationale des droits des femmes en musique sous un format inédit. La désormais célèbre gendarme et chanteuse Eloïse Lapaille leur rend hommage en interprétant le titre phare de Florent Pagny, « Et un jour une femme ». Accueillie pour l’occasion dans la somptueuse salle des fêtes du Cercle national des armées, elle est accompagnée d’un orchestre 100 % féminin composé de la musique de la Garde Républicaine, de celle de la Gendarmerie Mobile, et de l’Orchestre de la Garde Républicaine, administré par la colonelle Isabelle Boureau-Post. Notons que la direction artistique du projet est également le fruit d’une femme, la colonelle Aurore Tillac. Si la musique adoucit les mœurs, elle peut aussi les faire évoluer !

Autres vidéos disponibles (170)

Opérations de criminalistique en milieu contaminé : le GRID en action

Continuant sa montée en puissance dans sa capacité à traiter les traces et indices d'une scène de crime ou de catastrophe en milieu contaminé, les experts du GRoupe d'Investigation en milieu Dégradé ( #GRID) de l'Unité d'investigation et identification ( #U2I) de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) ont testé, début mai, leurs techniques dans un nuage de dichlore.

La gendarmerie mobile célèbre ses 100 ans d’existence

Pour la gendarmerie, cette année 2021 est marquée par un anniversaire particulièrement important, celui des 100 ans de la G.M. (Gendarmerie Mobile). Force polyvalente, spécialisée dans le maintien de l’ordre et renfort essentiel à la gendarmerie départementale, la G.M. intervient partout où cela est nécessaire, en métropole comme en outre-mer ou sur les théâtres d’opérations extérieures. Réputée pour sa robustesse, elle peut faire face à tous les types d'événements, dans les environnements les plus complexes. Retour en images sur une force incontournable de l’institution.

Le DGE en zone périurbaine : une plus-value au quotidien pour les gendarmes de la métropole grenobloise

Le Dispositif de gestion des événements (DGE), mis en place dans plusieurs départements, afin de mutualiser et d’optimiser les moyens d’intervention sur un territoire, a été lancé en Isère en 2019. Après deux ans d’observations et d’ajustements, les résultats jugés plus que concluants ont acté sa mise en place. Sur la circonscription de la compagnie de Meylan, comme sur celle de Grenoble, deux unités qui doivent gérer une zone périurbaine parfois tendue, avec de très nombreuses interventions, le DGE a apporté de nombreux avantages aux 394 personnels de terrain.

Formation au Dispositif de gestion des événements (DGE)

Les 22 et 23 mars, dix commandants ou futurs commandants de Groupement ou de Région, dix personnels de Centre d’opérations et de renseignement (CORG), dix conseillers concertation, et dix officiers adjoints au commandement étaient réunis à la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), dans le strict respect des règles sanitaires, pour une formation au Dispositif de gestion des événements (DGE), dont l’objectif était notamment de s’approprier le système d’aide à la décision, qui permet de mutualiser et d’optimiser la fonction intervention au niveau d’un territoire.

Rencontre au sommet avec le PGHM de Savoie

Tout au long de l'année, au sommet de la Savoie, les trente-trois militaires du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Savoie se mobilisent pour assurer la sécurité de la population. Entre secours, prévention, police judiciaire et maintien en condition opérationnelle, ces secouristes sont sur tous les fronts. Découvrez leurs missions en images !

Alexis, stagiaire de la gendarmerie

Rencontre avec Alexis, 19 ans, étudiant en histoire et sciences politiques, et actuellement en stage au sein de la gendarmerie. Une première expérience professionnelle enrichissante et un essai qu'il entend bien transformer.

PSPG : Au coeur du dispositif de protection du nucléaire français

La protection des centrales et autres installations nucléaires, sites hautement sensibles et certainement les plus stratégiques de la République, est confiée depuis 2009 aux pelotons spécialisés de protection de la gendarmerie (PSPG). Ces unités d’intervention, au nombre de 22 en France, constituent le premier échelon de réponse de la chaîne du contre-terrorisme nucléaire de l’État. Pour maintenir un très haut niveau de technicité, ils s'entraînent régulière, dans des conditions proches du réel. Découvrez les images inédites d'un exercice mené par le PSPG de Cruas, dans la centrale nucléaire du même nom.

Le Service national universel (SNU)

Mis en place en 2019, le Service national universel (SNU) favorise l'engagement, la cohésion sociale et la citoyenneté des adolescents en les rassemblant autour des valeurs de la République. Il s'adresse à tous les jeunes de 15 à 17 ans et se déroule en trois étapes que sont le séjour cohésion, la mission d'intérêt général et la possibilité d'un engagement volontaire d'au moins 3 mois.
Retrouvez les témoignages de Lucie et Farma, 17 ans et cadets de la gendarmerie.