En images

Formation des équipes médicales opérationnelles de la gendarmerie aux interventions en situation dégradée

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Afin d’entraîner les Équipes médicales opérationnelles de la gendarmerie (EMOG) aux interventions dans un contexte de maintien de l’ordre public, un stage spécifique d’une durée de 72 heures a été organisé et intégré au stage de perfectionnement et d’évaluation de la capacité opérationnelle des unités de gendarmerie mobile, au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier. L’objectif de ce stage est double. Il permet, dans un premier temps, de travailler en s’intégrant dans une manœuvre globale décidée par les chefs tactiques (au niveau des groupements tactiques de gendarmerie et des escadrons de gendarmerie mobile), en prenant en compte les contraintes opérationnelles des différents échelons. Puis, dans un second temps, le stage permet d’acclimater les EMOG à l’environnement du rétablissement de l’ordre, en les plaçant en situation dégradée. Une mise en conditions réelles pour qu’ils puissent mieux appréhender les difficultés que représente la prise en charge d’un blessé (ambiance sonore, lacrymogène, jets de projectiles, etc.) sous le signe de l’urgence. Les EMOG sont des entités fonctionnelles non organiques, composées au minimum d’un médecin, d’un infirmier et d’un conducteur. Désignées par leur centre médical des armées de rattachement, elles se déploient, sur demande du commandement de région de gendarmerie, à l’occasion de certaines manifestations susceptibles de générer de graves troubles à l’ordre public. Leur mission première est alors d’assurer le soutien médical des unités de gendarmerie engagées.

Autres Diaporamas disponibles (195)

Sathonay-Camp : la région gendarmerie baptisée du nom du résistant Henri Lebrun

Nouveau nom et grand symbole pour le pôle régional de la gendarmerie d’Auvergne-Rhône-Alpes. Vendredi 23 septembre 2022, en présence du général d’armée François Gieré, inspecteur général des armées gendarmerie (IGAG) et représentant du directeur général, et devant 350 gendarmes et représentants d’autorités locales, la caserne qui accueille le siège de la région gendarmerie a été baptisée au nom du gendarme et grand résistant, Henri Lebrun.

Les gendarmes mobilisés pour la rentrée des classes

Le cartable sur le dos et des souvenirs de vacances plein la tête, l’heure de la rentrée a sonné, ce jeudi 1er septembre, pour les enfants et leurs familles. Un peu partout sur le territoire national, en métropole comme en outre-mer, les gendarmes les ont accompagnés sur le chemin de l’école, parfois eux-mêmes concernés en tant que parents. En lien avec les équipes éducatives et les policiers municipaux, des patrouilles sont venues sécuriser les abords des établissements scolaires, veillant à ce que la jeune génération puisse rejoindre les bancs de l’école dans les meilleures conditions.

Poste de contrôle conjoint avec les gendarmes détachés à la Brigade de proximité de La-Tranche-sur-Mer

Pendant l'été, le Dispositif estival de protection des populations (DEPP) permet de renforcer les gendarmes des brigades situées dans les zones touristiques pour toutes leurs missions, notamment celles de sécurité routière. Exemple avec la Brigade de proximité (B.P.) de La Tranche-sur-Mer, appuyée par des militaires détachés d'autres unités, notamment deux motocyclistes de l'Escadron départemental de sécurité routière de la Vendée.

Un vent européen souffle sur le Tour de France

La Grande Boucle touche à sa fin ce dimanche 24 juillet. Durant trois semaines, les coureurs auront parcouru plus de 3 000 km sur les routes de France, mais également à travers certains pays européens. Danemark, Belgique et Suisse ont en effet eu la chance d’accueillir cette année des départs et des arrivées d’étape.