En images

G7 : retour en images sur les forces gendarmerie engagées dans le dispositif de sécurisation - 1/2

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Le dispositif de sécurité terrestre, maritime et aérienne, mis en place à Biarritz du 24 au 26 août, à l'occasion du sommet du G7, a mobilisé près de 15 000 gendarmes, policiers, militaires et personnels de la sécurité civile.

Placé sous les ordres du général de corps d'armée Jean-Pierre Michel, le dispositif gendarmerie a déployé à lui seul environ 5 500 militaires, d’active et de réserve, et à travers eux l'ensemble des savoir-faire de l'Institution, du soutien opérationnel, avec la mise en place d'une base logistique avancée, à l'intervention spécialisée.

Ainsi que l'a souligné le général d'armée Richard Lizurey, cet événement a réuni, notamment au sein d'unités de circonstance (escadrons de gendarmerie mobile, compagnies, brigades motorisées, brigade de recherches), toutes les subdivisions de l'Institution, tous les métiers, tous les statuts, tous les grades et toutes les origines géographiques.

Ainsi, au côté des 2 700 militaires issus de la gendarmerie départementale (1 600 personnels), de la réserve opérationnelle (trois compagnies de réserve territoriale, soit 152 personnels) et des gendarmeries spécialisées, comme les Forces aériennes de gendarmerie (FAG), la Gendarmerie maritime (GMAR), la Gendarmerie des transports aériens (GTA) ou encore la Garde républicaine (missions protocolaires, détachement de sécurité publique générale à cheval, pelotons d'intervention motorisée, section de protection et d'appui-drones), près de 2 800 gendarmes mobiles, soit 48 escadrons (dont 30 déployés en zone police), ont été mobilisés, auxquels s'ajoutent les unités et moyens spéciaux de la gendarmerie mobile (C2NRBC, douze VBRG, CNAMO, CNOEIL, CBH, EGAME, DRAP) et le GIGN.

Les dispositifs terrestre (gendarmes départementaux, mobiles, gardes républicains et réservistes), maritime (gendarmerie maritime et brigades nautiques) et aérien (huit hélicoptères, 34 télépilotes de drone et 30 militaires dédiés à la lutte anti-drone), sûreté aéroportuaire (GTA et gendarmerie mobile), capacités d'intervention spécialisée, pools judiciaire, cynophile (33 équipes cynophiles engagées dont quatre REXPEMO) ou encore circulation (sept brigades motorisées de circonstance, avec notamment 250 motards, quatre véhicules rapides d'intervention, ainsi que huit motos tout-terrain) ont permis de couvrir toutes les dimensions du terrain et de la menace potentielle.

Contrôle de zone et surveillance du territoire, gestion des flux et sécurisation des escortes, police judiciaire, renseignement, maintien de l'ordre, manœuvre des systèmes d'information et de communication, soutien opérationnel... À chacun sa mission, remplie au quotidien avec engagement et professionnalisme, pour assurer le bon déroulement du sommet.

Autres Diaporamas disponibles (190)

Bretagne : cinq semaines de formation militaire tactique

Une formation militaire tactique a été dispensée, du 21 au 25 mars, au Centre régional d'instruction de Pontivy (CRI), au profit de 18 militaires des escadrons de la zone de défense et de sécurité Ouest. Au total, ce sont cinq semaines de formation qui ont ainsi été programmées depuis le 31 janvier, afin de répondre à la volonté d’aguerrir les militaires des Pelotons de sécurité et d'intervention (PSIG) et des Escadrons de gendarmerie mobile (EGM) sur une réponse adaptée au type du drame de Saint-Just.

Journée internationale des femmes et des filles de science : portrait, en image, de la cheffe Sandrine

À l'occasion de la journée internationale des femmes et des filles de science, découvrez le portrait, en image, de la cheffe Sandrine. Technicienne en identification criminelle, la sous-officier, issue des troupes aéroportées de Pau, dispose d'un parcours riche, avant de se spécialiser dans le domaine de la Police technique et scientifique (PTS).

Paris : des missions particulières pour la mobile

La capitale bénéficie du renfort permanent de six Escadrons de gendarmerie mobile (EGM). La grande couronne parisienne bénéficie également du renfort des gendarmes mobiles, à l’instar de la Zone de sécurité prioritaire du Val-d’Oise. Deux EGM sont également déployés pour des missions non permanentes mais néanmoins de longue durée, au sein des groupements de gendarmerie de l’Essonne et du Val-d’Oise.

La gendarmerie veille sur vos fêtes de Noël

Cette année encore, partout en France, des milliers de gendarmes mobiles et départementaux, d'active et de réserve, se mobilisent pour sécuriser les fêtes de fin d’année. Surveillance des parcs ostréicoles, sécurisation des marchés de Noël, des lieux de culte ou encore remise de colis aux veuves de la gendarmerie, ils assurent sans relâche, de jour comme de nuit, la protection de la population.