En images

Jeux paralympiques de Tokyo : Margot Boulet, du GIGN aux podiums de para-aviron

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Membre de l’équipe de France d’aviron handisport, Margot Boulet a rejoint les rangs des sportifs de haut niveau de la Défense (SHND) gendarmerie le 29 octobre 2020. Une autre façon pour la jeune femme, gravement blessée en stage avec le GIGN, de poursuivre son histoire avec la gendarmerie. Sacrée championne du Monde d'aviron indoor handisport le 23 février dernier, elle a décroché le titre de vice-championne d’Europe par équipe de para-aviron en avril suivant. Ce vendredi 27 août, elle s'alignera aux côtés d'Antoine Jesel, Rémy Taranto, Erika Sauzeau et Robin le Barreau dans la catégorie quatre avec barreur mixte PR3, pour tenter de décrocher une médaille lors des jeux paralympiques de Tokyo, qui débutent aujourd'hui, et se disputeront jusqu'au 5 septembre. La délégation française paralympique est composée de 146 athlètes, dont 20 sportifs militaires appartenant à l’Armée de Champions. Ces derniers, parmi lesquels neuf femmes, s'aligneront sur onze disciplines.

© Valentin Martin -Pôle vidéo

Autres vidéos disponibles (191)

« Scène de vie » avec les gendarmes sécurisant les bureaux de poste

Depuis le 6 avril dernier, les gendarmes d’active, mais aussi de nombreux réservistes opérationnels, accompagnent la ré-ouverture des bureaux de poste. Ils veillent notamment à ce qu’il n’y ait pas de troubles à l’ordre public, qu’il s’agisse de tensions dans les files d’attente ou d’agressions envers les employés. Ils sécurisent également les abords des distributeurs automatiques et des guichets, afin de prévenir d’éventuels vols et de protéger plus particulièrement les personnes vulnérables. Enfin, ils s’assurent que les usagers respectent bien les règles du confinement, en étant notamment porteurs d’une attestation de déplacement dérogatoire.

« Scène de vie » avec les militaires de la région de gendarmerie Auvergne-Rhône-Alpes

Depuis le début de la crise sanitaire, la région de gendarmerie Auvergne-Rhône-Alpes s’est organisée pour apporter l’appui nécessaire aux unités et à l’état-major. Ils sont officiers, sous-officiers, personnels civils, ils officient en tant que maître de chien, aumônier, gendarme mobile, responsable de la sécurité des systèmes d’information, cuisinière au sein du cercle mixte, magasinier, ou au sein de la brigade fluviale,… Chacun a son rôle à jouer !

« Scène de vie » avec les gendarmes départementaux d’Ambert

Malgré une légère amélioration dans le respect des consignes de confinement, les gendarmes du Puy-de-Dôme rencontrent encore quelques récalcitrants, profitant du beau temps pour aller se promener en famille ou organiser des fêtes entre amis. Comme partout, les militaires font usage de discernement et de pédagogie pour expliquer la nécessité de ces mesures dans le cadre de la lutte contre la propagation de l’épidémie ainsi que les conséquences potentielles de ces comportements irresponsables.

« Scène de vie » avec les motocyclistes tout-terrain du Puy-de-Dôme

Avec leurs engins tout-terrain, les motocyclistes de la gendarmerie peuvent facilement accéder aux endroits inaccessibles à tout autre type de véhicule et trop éloignés pour les patrouilles pédestres. Sur ces chemins, principalement fréquentés par des randonneurs et des vététistes, les militaires s’assurent que le confinement est respecté partout, de manière à empêcher la propagation du virus, mais également l’accidentologie de loisir, qui pourrait venir surcharger les hôpitaux engagés dans la lutte contre le COVID-19.

« Scène de vie » avec la brigade nautique d’Arcachon

Dans le cadre de la crise sanitaire liée à l’épidémie de COVID-19, les militaires de la brigade nautique d’Arcachon sont chargés de faire respecter l’arrêté préfectoral pris en complément des dispositions du décret du 16 mars dernier et interdisant les activités nautiques de loisir ainsi que l’accès aux plages et aux sentiers côtiers. Les gendarmes veillent également sur le domaine maritime, où seule la présence des professionnels est autorisée.

« Scène de vie » avec le PSIG Quimper

Dans le cadre du confinement mis en place par le gouvernement, les Pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) effectuent également les contrôles d’attestation de déplacement dérogatoire, à l’instar de celui de Quimper, en Bretagne.

« Scène de vie » à la brigade numérique

Créée en février 2018 pour répondre aux questions des internautes et limiter les déplacements de ces derniers, la brigade numérique de la gendarmerie nationale est passée ces dernières semaines de 250 à 2000 sollicitations quotidiennes notamment en raison des interrogations sur les possibilités de déplacement à la suite du confinement imposé par le COVID-19. Disponibles 24h/24 et 7j/7 les gendarmes de la BNUM répondent à toutes vos questions non urgentes.