En images

Les Alpine gendarmerie prennent du service

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

À Avranches, dans la Manche, à Montauban, dans le Tarn-et-Garonne, à Valence, dans la Drôme, à Nice, dans les Alpes-Maritimes, à Orange, dans le Vaucluse, en Champagne, et dans bien d’autres groupements de France métropolitaine, elles sont là ! Après plusieurs mois d’attente, les 26 Alpine gendarmerie ont toutes été livrées dans leur région d’affectation et sont en route pour rejoindre leur futur EDSR (Escadron Départemental de Sécurité Routière). Répondant à la volonté de la gendarmerie d’adapter ses moyens d’action aux évolutions de la délinquance, ces nouveaux Véhicules rapides d’intervention (VRI) ont également l’avantage d’être « made in France », et d’avoir un impact environnemental favorable, avec un faible taux d’émission de CO2.

Le choix des unités ciblées pour en bénéficier a été réalisé de manière stratégique, selon trois critères : leurs besoins opérationnels, la vétusté et le kilométrage de leur VRI (des Mégane RS, dont le déploiement remonte à 2010) et la juste et homogène répartition territoriale de ce nouveau modèle. Utilisée au sein des Brigades rapides d’intervention (BRI), l’Alpine va être conduite uniquement par des gendarmes spécifiquement formés à la conduite de ce type de véhicule. Outre son pouvoir dissuasif, l’Alpine va permettre de lutter au quotidien contre les grands excès de vitesse, tout en étant régulièrement intégrée dans des dispositifs de contrôle d'envergure en tant qu'élément d'interception (recherche de malfaiteurs, opérations préventives de contrôle…).

À Toulouse, à peine arrivée, ce biplace de 252 chevaux a déjà fait ses preuves, en permettant à son équipage de dresser ses premiers procès-verbaux, notamment à l’encontre de conducteurs un peu trop pressés, flashés à 202 km/h. Le présage d’une belle collaboration avec ce modèle emblématique de l’automobile française qui, de 1966 à 1975, roulait déjà aux couleurs de la gendarmerie.

Autres Diaporamas disponibles (206)

Une journée de prévention des risques routiers à l’école de gendarmerie de Châteaulin

Le 16 novembre dernier, l’école de Châteaulin a organisé une journée de prévention des risques routiers à destination de ses cadres et de ses élèves, avec un double objectif : la prise de conscience des risques liés à la mobilité sur les voies routières mais aussi de l’importance du métier de gendarme et des missions qui lui sont confiées en la matière.

Lancement des Journées sport armées-jeunesse (JSAJ)

Mercredi 9 novembre, au Centre national des sports de la Défense (CNSD), à Fontainebleau, a eu lieu le lancement des Journées sport armées-jeunesse (JSAJ), qui vont permettre à plus de 10 000 jeunes de vivre une journée sportive aux côtés d’unités militaires, au sein des armées, directions et services et de la gendarmerie nationale.

Cérémonie du 11 novembre

Vendredi 11 novembre 2022, le président de la République Emmanuel Macron a honoré la mémoire des combattants de la Grande Guerre, au cours d’une cérémonie d’hommage sous l’Arc de Triomphe. A Paris, comme partout en France, les unités de gendarmerie ont célébré cet Armistice qui a mis fin à la Grande Guerre.

Sécurisation du match PSG - Benfica Lisbonne

Les escadrons de gendarmerie mobile de Dreux (26/3), du Havre (22/3) et d'Argentan (23/3) étaient engagés mardi 11 octobre aux abords du Parc des Princes, à Paris, pour sécuriser le match de football de Ligue des champions opposant le Paris Saint-Germain au Benfica Lisbonne.

Célébration de la Saint-Michel au GIGN

Jeudi 6 octobre, à Satory, le général Ghislain Réty, commandant du GIGN, et les militaires de l’unité, ont accueilli plus d’un millier d’invités, venus d’unités de gendarmerie partenaires, mais aussi des partenaires extérieurs et de l’étranger, ainsi que de nombreux « anciens » du groupe, afin de célébrer la Saint-Michel, patron des parachutistes de toutes les unités armées aéroportées, et donc des militaires du GIGN central, brevetés « para ».

110 coureurs et 10 joëlettes de la gendarmerie aux 20 kilomètres de Paris

Dimanche 9 octobre, 110 coureurs de la gendarmerie nationale, de tous statuts et de tous grades, ont parcouru les 20 kilomètres de Paris et mené jusqu’à la ligne d’arrivée 10 enfants et adultes en situation de handicap, passagers d’un jour de leur joëlette, un siège adapté équipé d’une roue, d’un frein, d’une suspension et de brancards réglables permettant d’être à la fois tiré et poussé.