En images

Les pelotons de sûreté maritime et portuaire : des primo-intervenants aquatiques

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Les Pelotons de sûreté maritime et portuaire (PSMP et PSMP Militaire) du groupement de gendarmerie maritime de la Méditerranée ont pour mission d’assurer la surveillance et la sécurisation d’un espace naval qui représente 30 % du trafic maritime mondial. Ils garantissent notamment la sûreté des zones maritimes et portuaires, civiles comme militaires. Celui de Toulon, en particulier, a dans son giron le plus grand port militaire d’Europe, la Base Navale de Toulon. 70 % de la flotte française y est stationnée, dont le porte-avions Charles de Gaulle, ainsi que six sous-marins nucléaires d’attaque. L’année passée, le PSMP/M a mené 235 missions d’escorte et de protection de ces navires à propulsion nucléaire. Mais en plus de cela, ils ont également à leur charge bien d’autres missions, comme les EPNAP pour « Équipes de protection des navires à passagers », ou les ESNAP, pour « Équipes de sécurisation des navires à passagers ». Elles se déroulent en tout temps et en tout lieu, même lorsque la mer est déchaînée. Cette tâche consiste à escorter et à sécuriser des bâtiments, du type vedette à passagers, lors de leurs nombreuses liaisons vers les destinations touristiques du littoral, comme vers l’Île de Porquerolles.

Une matinée sur l’eau avec le peloton de sûreté maritime et portuaire de Marseille

Connu pour être le plus grand port de France, le port de Marseille génère durant l’année un gigantesque trafic de passagers et de marchandises. En lie..

Lire la suite...

Autres Diaporamas disponibles (187)

Une commémoration du 8 mai inédite

C’est un 8 mai qui ne ressemble à aucun autre : une fête en demi-teinte, puisqu’elle est célébrée, pour la première fois, en comité restreint, au vu de la crise sanitaire et des mesures de confinement. Quel contraste avec la foule en liesse qui occupait les rues de Paris il y a 75 ans !

Contrôles renforcés sur l'ensemble du territoire ce week-end

Avec le début des vacances de la zone B hier soir et ce long week-end pascal, les forces de l'ordre se sont mobilisées partout en France pour faire respecter les mesures de confinement et continuer ainsi de lutter collectivement contre la propagation du COVID-19. Les unités de gendarmerie ont ainsi multiplié les contrôles sur les axes routiers, dans les gares et dans les lieux touristiques. Pour éviter tout relâchement, les gendarmes restent vigilants.

COVID-19 : les sections aériennes engagées dans les transferts sanitaires

Outre la contribution des hélicoptères au dispositif de contrôle du confinement sur l'ensemble du territoire, les Sections aériennes de gendarmerie (SAG) participent à de nombreuses autres missions, certaines classiques, d'autres beaucoup moins ! Ainsi, depuis le 1er avril dernier, les équipages de la SAG de Villacoublay et leurs EC 145 participent au « hub sanitaire hélicos », mis en place sur l'aéroport d'Orly. La SAG de Lyon a également été engagée avec son EC 135, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

COVID-19 : les gendarmes mobilisés dans tous les outre-mers

Sous la houlette des autorités locales, les mesures de prévention, de lutte contre la propagation du virus et de protection des plus vulnérables face à l'épidémie de COVID-19 s'appliquent également aux territoires d'outre-mer. Ainsi, en Nouvelle-Calédonie, à la Guadeloupe, en Guyane, à la Martinique, à La Réunion, à Mayotte, à Saint-Barthélémy et Saint-Martin, mais aussi à Saint-Pierre-et-Miquelon, les gendarmes sont pleinement mobilisés pour faire respecter les mesures de confinement.

Les cavaliers de la Garde veillent au respect du confinement

Depuis le 19 mars, des patrouilles de sécurité publique à cheval, armées par le Régiment de cavalerie de la Garde Républicaine, sont engagées, à Paris, pour veiller au respect par la population des dispositions du décret de confinement. Présents sur de nombreux secteurs parisiens où la circulation des véhicules à moteur est limitée ou impossible, les cavaliers contrôlent les attestations de déplacement dérogatoire et dispersent les regroupements de personnes sur l'espace public. Conformément aux directives, ils sont en mesure de verbaliser les contrevenants.

Une journée pour célébrer et remercier les femmes, aujourd'hui engagées dans tous les métiers de la gendarmerie

Commander une brigade ou une compagnie de gendarmerie, un peloton de surveillance et d’intervention ou encore un escadron de gendarmerie mobile, être maître de chien, plongeur, motocycliste, spécialiste montagne, aéronautique… Aucun statut, grade ou corps de métier n’est aujourd’hui fermé aux femmes en gendarmerie. Elles sont d’ailleurs 21 940, civiles et militaires, au sein de l’Institution, soit un taux de féminisation de 20,9 % enregistré en 2019. Mesdames les officiers, sous-officiers, personnels civils et volontaires, cette journée du 8 mars est la vôtre !