En images

Nouvelle-Calédonie : confinement des renforts arrivés en vue du référendum

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Afin de renforcer le dispositif de sécurité prévu dans le cadre du référendum qui se tiendra le 04 octobre prochain en Nouvelle Calédonie, les premiers gendarmes sont arrivés sur l’archipel paradisiaque. Si la mission peut faire rêver, l’épidémie de COVID-19 ramène vite à la réalité : impossible de découvrir tout de suite la richesse des îles puisque les militaires, à l’instar de tous les voyageurs, doivent respecter une quatorzaine suite au test. Confinés à Nouméa, dans un hôtel requis par le gouvernement, ils doivent prendre leur mal en patience en respectant scrupuleusement les mesures sanitaires imposées. Il s’agit en effet de protéger la population du virus, épargnée jusqu’ici grâce à son insularité.

Autres vidéos disponibles (119)

« Scène de vie » : avec les gendarmes de Valence en prévention auprès des pharmacies

La crise sanitaire peut générer chez certains inquiétude et isolement. Pour aider les personnes âgées ou en situation de handicap, la gendarmerie de Valence dépose des affiches dans les pharmacies, dans le cadre de l'Opération tranquillité senior (OTS). Le confinement a aussi été source de tensions et une nette augmentation des violences conjugales a pu être constatée. Aussi, en parallèle, les militaires rappellent aux pharmaciens qu’ils peuvent jouer le rôle de relais lorsque les victimes veulent alerter sur leur situation.

« Scène de vie » : à Étupes, la gendarmerie veille sur les entreprises

La sous-préfecture de Montbéliard est la plus industrialisée de France, avec des centaines d'entreprises travaillant majoritairement au profit de Peugeot, Alstom et General Electric. Avec la crise sanitaire, un certain nombre d'établissements et de commerces sont à l'arrêt ou fonctionnent au ralenti. Dans ce contexte, la gendarmerie nationale a renforcé l'Opération tranquillité entreprises (OTE), visant à éviter les vols et les effractions, mais aussi à conseiller les chefs d'entreprise. Elle continue également de collaborer avec les élus pour assurer la sécurité de toute la population.

« Scène de vie » : en Isère, les gendarmes multiplient les contrôles en zone périurbaine

À Pont-de-Claix, dans l'Isère, la brigade territoriale autonome patrouille en zone périurbaine. Dans les transports en commun, en VTT, à pied ou encore avec l'appui d'un drone, les gendarmes sont partout pour faire respecter les mesures gouvernementales liées à la crise. Une présence rassurante pour l'adjoint au maire de la commune, qui échange quotidiennement avec les militaires et engage à leurs côtés sa police municipale.

Préparer son déconfinement : comment utiliser un masque ?

Chirurgical, fait maison, en tissu ou en papier, le port d’un masque peut constituer une barrière supplémentaire pour limiter la propagation du coronavirus. Mais quel que soit le type de masque dont on dispose, il ne sert à rien si on l'utilise mal et peut même s'avérer contre-productif. Les experts du Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN) vous aident à comprendre les différences entre les différents types de masques sur le marché et vous montrent surtout comment les utiliser.

« Scène de vie » : gendarmes solidaires avec les seniors

Depuis le début de la crise, la gendarmerie a renforcé ses contacts solidaires. La police de sécurité du quotidien est plus que jamais présente, comme ici à Montluel, où les gendarmes rendent visite aux seniors. Une présence qui fait du bien et réconforte nos aînés qui n'hésitent d'ailleurs pas à leur rendre la pareille !

« Scène de vie » avec les gendarmes luttant contre les violences intrafamiliales

Les mesures de confinement liées au COVID-19 entraînent malheureusement une augmentation des Violences intrafamiliales (VIF). Les gendarmes sont plus que jamais mobilisés pour lutter contre ce phénomène. Des patrouilles de prévention permettent de distribuer des flyers aux pharmacies, dans lesquelles toute victime peut à présent se signaler, afin que les forces de l’ordre soient alertées. Les brigades de prévention de la délinquance juvénile incitent également les victimes à parler, en les informant sur les différents moyens à leur disposition, dont le SMS au 114. Malgré la crise, toutes les unités de terrain demeurent opérationnelles pour assister ces victimes.