En images

« Plan 10 000 jeunes » : Adrien, de cadet à enquêteur en cybermenaces

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Féru d'informatique et exalté par le métier de gendarme, le maréchal des logis-chef (MDC) Adrien a su conjuguer ses deux passions. Aujourd’hui enquêteur spécialisé dans les cybermenaces, il a commencé sa carrière en 2003 chez les cadets de la gendarmerie de l’Isère. Cette expérience l’a conforté dans son rêve, celui d’endosser l’uniforme. Le dispositif des cadets de la gendarmerie s’adresse aux jeunes de moins de 18 ans. Chaque année, 1 200 places s’ouvrent pour intégrer l’un des groupements de gendarmerie départementale. Depuis cette année, il s’inscrit dans le « Plan 10 000 jeunes » ; lancé par le ministère de l’Intérieur, ce programme consiste à proposer des stages et des contrats d’apprentissage aux jeunes se trouvant en difficulté. Une dynamique applicable à tous les métiers du ministère, et dans laquelle la gendarmerie s’inscrit pleinement, à travers différentes offres adaptées à l’âge et aux aspirations de chacun.

© Valentin Martin

Autres vidéos disponibles (174)

Jeux paralympiques de Tokyo : Margot Boulet, du GIGN aux podiums de para-aviron

Membre de l’équipe de France d’aviron handisport, Margot Boulet a rejoint les rangs des sportifs de haut niveau de la Défense (SHND) gendarmerie le 29 octobre 2020. Ce vendredi 27 août, elle s'alignera aux côtés d'Antoine Jesel, Rémy Taranto, Erika Sauzeau et Robin le Barreau dans la catégorie quatre avec barreur mixte PR3, pour tenter de décrocher une médaille lors des jeux paralympiques de Tokyo qui débutent aujourd'hui.

J.O. de Tokyo : Élodie Clouvel et Valentin Belaud, duo de choc du pentathlon

La lieutenante Élodie Clouvel et le maréchal des logis-chef Valentin Belaud, tous deux sportifs de haut niveau de la Défense gendarmerie, font partie des quatre pentathlètes qui représenteront la France aux J.O. de Tokyo. Nul doute que les deux sportifs feront tout pour porter haut les couleurs de la France et de la Gendarmerie. La compétition aura lieu du 5 au 7 août, avec au programme les épreuves de natation (nage libre), d’escrime (épée), d’équitation (saut d’obstacles) et de laser run (combiné tir pistolet laser / course).

Tour de France : retour sur la formation des pilotes moto de la Grande Boucle

Outre les motocyclistes chevronnés de la garde républicaine, Amaury Sport Organisation engage de nombreux pilotes motos sur le Tour de France, afin d’assurer la sécurité des cyclistes, du public et des personnels. Mais avant de se lancer dans la Grande Boucle, ces pilotes suivent chaque année un module de formation initiale ou de recyclage, dispensé par les instructeurs de la gendarmerie, au sein du Centre national de formation à la sécurité routière (CNFSR) de Fontainebleau. Retour en images sur cette formation spéciale !

Tour de France : caravaniers, une mission de prévention

Composée de douze militaires, l’équipe de la caravane diffuse chaque jour, en amont du passage des cyclistes, des messages de sécurité en termes de comportements à adopter au bord des routes, mais aussi sur le plan sanitaire, afin d’inciter les spectateurs à conserver les gestes barrières liés à la Covid-19. Rencontre avec Élodie, l’une des caravanières du Tour 2021.

Des véhicules blindés pour des gendarmes mobiles tout terrain

Au Groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM), basé à Satory, les gendarmes sont formés à la conduite et au tir à bord des Véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG). Ces engins sont utilisés en maintien de l’ordre (manifestations des gilets jaunes, Notre-Dame-des-Landes, etc.), mais aussi pour venir en aide aux populations en cas de catastrophe naturelle, comme lors du passage de l’ouragan Irma aux Antilles. 60 VBRG sont actuellement opérationnels en métropole et en outre-mer, où sept des neuf commandements de gendarmerie sont dotés d'un détachement blindé.

C2NRBC : quand les gendarmes luttent contre les risques de contamination

Rattachés au Groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM) basé à Satory, les gendarmes de la Cellule nationale nucléaire radiologique biologique chimique (C2NRBC) sont employés dans ses différentes composantes scientifiques, que ce soit au titre de la prévention (levée de doute, formation NRBC des gendarmes), de la sécurisation (visites officielles, catastrophe naturelle ou industrielle, etc.) ou de l’appui judiciaire (découverte de cadavre, autopsie, etc.).

C2NRBC : faire face aux risques nucléaires, radiologiques, biologiques ou chimiques

Pour faire face aux nombreux risques nucléaires, radiologiques, biologiques ou chimiques (NRBC), la gendarmerie a mis sur pied, dès 2001, la C2NRBC. Cette cellule, unique au monde, est rattachée au Groupement blindé de la gendarmerie mobile (GBGM), implanté à Versailles-Satory. Elle peut être projetée partout sur le territoire métropolitain comme en outre-mer ou à l'étranger, en tous temps et en tous lieux.

Une gendarmerie qui évolue avec le service de la transformation

Le contrôleur général des armées Christophe Jacquot commande le service de la transformation de la gendarmerie, qui a pour mission de piloter le plan stratégique Gend 20.24 annoncé par le directeur général fin 2019. Pour que l’Institution évolue en lien avec son environnement, le service de la transformation favorise l’innovation, accompagne les projets de transformation et les valorise aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de la gendarmerie.