En images

PSPG : Au coeur du dispositif de protection du nucléaire français

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

La protection des centrales et autres installations nucléaires, sites hautement sensibles et certainement les plus stratégiques de la République, est confiée depuis 2009 aux pelotons spécialisés de protection de la gendarmerie (PSPG). Ces unités d’intervention, au nombre de 22 en France, constituent le premier échelon de réponse de la chaîne du contre-terrorisme nucléaire de l’État. Pour maintenir un très haut niveau de technicité, ils s'entraînent régulière, dans des conditions proches du réel. Découvrez les images inédites d'un exercice mené par le PSPG de Cruas, dans la centrale nucléaire du même nom.

© MI/DICOM/F.BALSAMO

Autres vidéos disponibles (173)

Mission périlleuse pour les techniciens SIC de Savoie

Assurer un réseau radio en haute montagne pour que les services de secours communiquent en cas d’urgence, c’est possible grâce… à l’intervention de la gendarmerie ! Les pylônes portant les antennes sont des modèles calqués sur leurs « grands frères » des remontées mécaniques. Mais ces colosses d’acier galvanisé, pourtant certifiés pour des vents à 200 km/h, doivent parfois être changés, tellement les conditions sont extrêmes ! La gendarmerie assure le maintien de ce réseau de manière autonome, grâce à ses techniciens des Systèmes d'information et de communication (SIC). La mission s’avère particulièrement périlleuse pour les gendarmes, comme ici, au Grand Roc Noir, un sommet du massif de la Vanoise, culminant à 3 582 m d'altitude et accessible uniquement en hélicoptère ou par voie d'alpinisme !

#RépondrePrésent : opérations de sensibilisation sur la route des vacances

Comme ce mardi 28 juillet, sur l’aire d’autoroute de Limours-Janvry, sur l’A10, en région parisienne, les gendarmes des escadrons départementaux de sécurité routière multiplient les opérations de prévention sur l’ensemble du territoire. Par ailleurs toujours mobilisés dans la lutte contre la propagation de la Covid-19, les militaires, en association avec la Fédération française de l’assurance, distribuent également aux automobilistes des kits sanitaires.

C’est tout un métier : enquêteur en milieu souterrain

Les gendarmes du Groupe des spéléologues de la gendarmerie nationale (GSGN) sont formés aux risques inhérents au milieu souterrain. Grâce à leur technicité, ils viennent en appui des unités territoriales à différents titres : disparition inquiétante, recherche de preuves et d’indices, secours à personne, etc. Voyage au centre de la Terre !

Doubs : rencontre entre le maire de Thise et le commandant de la communauté de brigades

À Thise, commune périurbaine du grand Besançon, dans le Doubs, le maire, lors d’un échange avec le commandant de la communauté de brigades, se félicite du contact étroit entretenu avec la gendarmerie, soulignant l’intérêt de ce dialogue quotidien et de cette relation de confiance, tant pour la sécurité de la population que pour le travail des gendarmes.

Haute-Saône : un point d’accueil gendarmerie dans la zone commerciale de Pusey

S’inscrivant pleinement dans le cadre de la police de sécurité du quotidien, le point d'accueil gendarmerie installé dans une zone commerciale de Pusey (70) permet aux gendarmes d’aller à la rencontre de la population, tous les jours de la semaine, de 9 heures à 19 heures, afin de répondre aux différentes questions mais aussi d’enregistrer d’éventuelles plaintes. Dernièrement, le point d’accueil a bénéficié du renfort de quatre jeunes en stage au sein du groupement de Haute-Saône, dans le cadre du Service national universel (SNU).