En images

Secours en montagne : coopération entre la gendarmerie et la police nationale péruvienne

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

L’action de coopération sur le thème du secours et des vols montagne en hélicoptère E.C. 145, organisée depuis 2019 par le Service de sécurité intérieure (SSI) français au Pérou, au profit de la police nationale péruvienne, dotée d’appareils identiques à ceux de la gendarmerie nationale, se poursuit. Deux premières sessions de formation avaient été organisées au Pérou, d’abord dans le secteur d’Arequipa, en novembre 2019, au profit d’un chef d’escadron des E.C. 145 de la police péruvienne et d’un mécanicien de bord treuilliste, puis à Caraz, dans la région de la Cordillère blanche, en octobre 2021, cette fois au bénéfice de trois pilotes et trois mécaniciens péruviens.

Pour ce faire, des militaires (pilote et mécanicien) du Commandement des forces aériennes de la gendarmerie nationale (CFAGN) avaient été projetés sur place, renforcés, en octobre dernier, par un secouriste de la gendarmerie.

Devant le succès rencontré par cette formation, fruit d’une étroite collaboration entre la Direction de la coopération internationale de sécurité (DCIS), la Direction de la coopération de sécurité et de défense du MEAE, le CFAGN, la direction générale de la police nationale péruvienne, l’aviation policière péruvienne et la société AIRBUS, un troisième volet a été organisé en mars 2022, cette fois en France, et plus exactement à Briançon, dans les Hautes-Alpes, où est installé le Centre de vol en montagne (CVM) du CFAGN. Durant deux semaines, l’équipage péruvien a ainsi pu intégrer la dernière partie de la formation des pilotes montagne français, en tant qu’observateurs, mais aussi en tant qu’acteurs en vol.

Une quatrième action s’est déroulée du 14 au 21 mai 2022, de nouveau au Pérou, dans la vallée sacrée de Cusco, avec la participation bénévole d’un médecin urgentiste français spécialiste des accidents en montagne.

Autres Diaporamas disponibles (208)

La brigade fluviale de Noyon part à la pêche aux épaves

La brigade fluviale de Noyon mène depuis une semaine une campagne de relevage d’épaves de voitures dans la rivière l’Oise. L’objectif est de retirer du cours d’eau les véhicules, pour la plupart volés, enlevant ainsi des obstacles à la navigation des péniches. En 2017, 170 véhicules ont ainsi été repêchés.

Memorial Day des Marines au bois de Belleau : surveiller, contrôler, renseigner

Le Memorial Day, jour du souvenir aux États-Unis, célèbre chaque dernier dimanche de mai la mémoire de tous les Américains qui périrent lors de faits militaires. Dimanche 27 mai, à Bois Belleau, dans le cadre des commémorations, la compagnie de gendarmerie départementale de Château-Thierry a déployé son dispositif de sécurité.

Les cavaliers de la garde républicaine en patrouille à Cassis

Le détachement équestre de la garde républicaine, qui a pris ses quartiers à Marseille depuis le 25 avril dernier, enchaîne les missions de surveillance, comme dernièrement à Cassis, où les habitants et les touristes ont eu la surprise de croiser les cavaliers en plein centre-ville.

Madame la Maire, qui les a accueillis, s'est félicitée de ce renfort qui permettra d’effectuer des missions de surveillance sur la commune, en coordination avec la brigade de gendarmerie locale, dans le cadre de la Politique de sécurité du quotidien (PSQ).

D'autres sites du département bénéficieront du renfort de ces patrouilles équestres comme Les Baux de Provence, Carry-le-Rouet, les Saintes-Maries-de-la-Mer, Gemenos, Sausset-les-Pins ou encore la Roque-d'Antheron. Celles-ci s’effectueront notamment autour des grands événements, sur les plages, dans les massifs forestiers, etc.

Red Bull Race : surveillance en trois dimensions

Pour la première fois en France, la ville de Cannes a accueilli, du 20 au 22 avril, la Red Bull Air Race. En trois jours, ce spectaculaire show de voltige aérienne a attiré près de 83 000 spectateurs. Sur terre, en mer ou dans les airs, plus d’une centaine de gendarmes étaient engagés dans le dispositif de sécurisation de l’événement.

La direction générale de la gendarmerie ouvre ses portes au jeune public

Samedi 21 avril, une vingtaine d’enfants a passé un après-midi ludique avec Théo, la nouvelle mascotte de la gendarmerie. L’occasion, à travers différents ateliers, de leur faire connaître l’Institution, mais aussi de leur faire passer, tout en s’amusant, des messages de prévention.

Ils étaient une vingtaine d'enfants, de 7 à 10 ans, à avoir la chance de passer un après-midi au sein de la direction de la gendarmerie nationale, à Issy-les-Moulineaux, en compagnie de Théo, la nouvelle mascotte de l’Institution, dont ils ont pu faire la connaissance en avant-première.

Cet événement avait pour objectif de délivrer des messages de prévention, mais aussi de créer du lien avec ce jeune public, dans le cadre de la politique jeunesse.

Un après-midi ludique donc, qui a permis aux enfants de se mettre dans la peau d’enquêteurs à l’occasion d’un jeu de piste. Ils ont également pris part à plusieurs ateliers de prévention, dont des simulateurs de conduite auto et moto animés par des gendarmes de brigade motorisée. Une manière d’aborder la sécurité routière tout en s’amusant.

Un après-midi également riche en rencontres pour ce jeune public ravi, qui a pu échanger avec un motocycliste de la garde Républicaine et un maître-chien, et ainsi mieux connaître ces deux métiers. L’occasion, pourquoi pas, de susciter quelques vocations…

Notre-Dame-des-Landes : troisième journée de l’opération d’expulsion

Après une nuit encore émaillée de heurts entre forces de l’ordre et opposants, l'opération d'expulsion des occupants illégaux des terrains de la zone de Notre-Dame-des-Landes a repris ce matin, vers 6 heures, pour la troisième journée consécutive, sous la protection des forces de gendarmerie.

Notre Dame des Landes : bilan de la première journée d’évacuation

Près de 2 500 gendarmes mobiles et départementaux, appuyés par des moyens spéciaux, sont intervenus toute la journée sur le site de Notre-Dame-des-Landes, afin d’accompagner la manœuvre d’évacuation des occupants illégaux. Quatorze sites ont été évacués et, pour partie, démontés.

L’opération, commencée ce matin à l’aube et visant à mettre fin à l’occupation illégale du site de Notre-Dame-des-Landes, a vu l’évacuation de quatorze sites. Les structures ont été démantelées ou sont sur le point de l’être, comme la tour du « Lama fâché », le lieu-dit des « Cent noms », où 22 personnes ont été évacuées en sécurité des toits où elles s’étaient retranchées, ou encore celui de « La chèvrerie », où une cinquantaine d’individus s’étaient regroupés.

Les gendarmes ont rencontré une résistance relativement importante de la part des occupants illégaux, estimés à 160. Ils ont notamment dû employer des véhicules blindés munis d’une lame pour dégager les nombreuses barricades, la plupart enflammées, qui obstruaient la route.

Sept personnes ont été interpellées sur le site au cours de la journée. L’opération reprendra demain matin, selon le même mode opératoire.