En images

Tour de France : la gendarmerie au contact des élus

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Le coup d’envoi de la 107e édition du Tour de France a été donné samedi dernier à Nice. Durant un mois, 14 000 gendarmes de toutes les subdivisions d’arme, d’active comme de réserve, seront ainsi mobilisés pour assurer la sécurité des cyclistes et des spectateurs. C’est aussi l’objectif de « l’opération prévention », mise en place depuis plusieurs années par la gendarmerie. S’appuyant sur l’ancrage territorial de l’Institution et sur un partenariat fort avec les maires et l'ensemble des acteurs locaux, celle-ci vise à sensibiliser chaque jour le public aux bons comportements à adopter lors du passage de la caravane et des coureurs.  
À cette fin, l’équipe « prévention », en lien avec les commandants territoriaux des groupements et des compagnies ainsi qu’avec les référents élus, a donné rendez-vous cette année à près de 300 communes tout au long du Tour. En amont, des kits de prévention, composés d'affiches et de livrets de prévention, ont été adressés  aux communes traversées par le Tour de France, pour être distribués dans les lieux publics, les commerces… Deux jours avant le passage de la course, l'équipe prévention est reçue par les élus des communautés de communes sélectionnées et labellisées, afin d'officialiser leur implication aux côtés des gendarmes.

© ADC J.-F. Jounel

Autres vidéos disponibles (191)

Et un jour une femme … en gendarmerie !

Pour ce 8 mars 2021, la gendarmerie a souhaité fêter la journée internationale des droits des femmes en musique sous un format inédit. La désormais célèbre gendarme et chanteuse Eloïse Lapaille leur rend hommage en interprétant le titre phare de Florent Pagny, « Et un jour une femme ».

Le Service national universel (SNU)

Mis en place en 2019, le Service national universel (SNU) favorise l'engagement, la cohésion sociale et la citoyenneté des adolescents en les rassemblant autour des valeurs de la République. Il s'adresse à tous les jeunes de 15 à 17 ans et se déroule en trois étapes que sont le séjour cohésion, la mission d'intérêt général et la possibilité d'un engagement volontaire d'au moins 3 mois.
Retrouvez les témoignages de Lucie et Farma, 17 ans et cadets de la gendarmerie.

Le concert de la Garde républicaine comme si vous y étiez !

Enregistré le 8 février dernier, sans public, en la cathédrale Saint-Louis des Invalides, le traditionnel concert caritatif de l’orchestre de la Garde républicaine, en hommage aux militaires de la gendarmerie nationale décédés ou blessés en service, vous est offert ce soir en ligne, sur GENDinfo.fr et sur la chaîne Youtube de la gendarmerie. Au programme, un répertoire mêlant morceaux classiques, musiques traditionnelles et chansons de Charles Aznavour. Une cagnotte est également mise en place pour recueillir les dons au profit de la Fondation Maison de la Gendarmerie (https://www.fondationmg.fr/solidarite/solidarite-concert-16-fevrier-2021). Bon concert !

Ce soir, à 18 h 30 : diffusion du concert en hommage aux gendarmes décédés en service

En raison du contexte sanitaire, le traditionnel concert de l’orchestre de la Garde républicaine, en hommage aux militaires de la gendarmerie nationale décédés ou blessés en service, a été enregistré le 8 février, sans public, en la cathédrale Saint-Louis des Invalides. Il sera diffusé mardi 16 février à 18h30 sur les réseaux sociaux de la gendarmerie. Voici quelques images en avant-première.

Les experts du PJGN : Audrey analyse le profil des criminels

Affectée au Département des sciences du comportement (DSC), la commandante Audrey vient en appui aux enquêteurs dans le cadre de procédures criminelles. Si l’auteur laisse nécessairement des traces de son passage, il en est de même s’agissant de sa psychologie. En observant la scène de crime et au regard du dossier, les analystes comportementaux et les enquêteurs du département tentent de cerner sa personnalité et d’établir son profil. À l’issue, ils proposent des hypothèses de travail aux enquêteurs.

Les experts du PJGN : Jérôme développe des logiciels d’analyse

L’adjudant Jérôme développe des logiciels pour aider les enquêteurs à optimiser l’analyse du renseignement et à se concentrer sur leur cœur de métier. Face à une masse de données très importante dans une procédure ou bien un phénomène complexe, ces outils leur permettent d’avoir une vision globale et précise de la situation. Ils ont ainsi plus de lisibilité pour la prise de décision.

Les experts du PJGN : Amélie analyse le renseignement pour prévenir la délinquance

La maréchale des logis-cheffe Amélie est affectée à la division du renseignement. Elle collecte des informations et analyse ces données, afin de décrypter les phénomènes de délinquance existants, des cambriolages jusqu’au terrorisme, et appuyer les différents échelons de commandement dans leur prise de décision. Sur la toile, mais aussi à l’international, ce travail de renseignement ne connaît pas de frontières et demande patience et précision.

Les experts du PJGN : Étienne traque la délinquance financière

Le service du capitaine Étienne appuie les unités de recherches en matière de Délinquance financière (DEFI), fraude documentaire et fausse monnaie. Il travaille en lien avec les juridictions spécialisées, les banques, les services publics et les services d’enquêtes internationaux, pour traquer cette délinquance très souvent organisée, interpeller les escrocs et opérer des saisies transformées en avoirs criminels.

Les experts du PJGN : Michaël administre le fichier des auteurs d’infractions sexuelles

L’adjudant Michaël est affecté à la gestion du Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles et violentes (FIJAIS), qui répertorie les individus connus pour des infractions sexuelles graves. Inscrits durant 10 à 30 ans, selon la nature des faits, ces derniers sont soumis à certaines obligations, notamment celle de justifier son domicile régulièrement. Michaël apporte une aide technique aux enquêteurs, notamment en cas de problème pour localiser l’un de ces individus.