En images

Tour de France : la sécurité assurée tout au long des étapes

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Présente sur le Tour de France depuis 1903, la gendarmerie jalonne les 3 470 kilomètres d’un itinéraire sur lequel se massent des millions de spectateurs. La mobilisation de 14 000 gendarmes départementaux et mobiles, élèves-gendarmes et réservistes, en renfort de l’escorte motocycliste de la garde républicaine, permet de faciliter et de sécuriser le passage de la course, en veillant à ce que les supporters ne gênent pas l’effort des coureurs et qu’ils puissent profiter du spectacle sans dangers. La gendarmerie assure aussi une présence discrète et efficace aux abords et dans toutes les infrastructures de l’organisation (ASO). À cette fin, des équipes cynophiles, des gendarmes mobiles, une section aérienne et le GIGN assurent des missions de surveillance et de contrôle dans les zones de départ et d’arrivée et ce, du lancement de l’événement jusqu’à son arrivée sur les Champs-Élysées. Ce dispositif exceptionnel est placé sous la responsabilité d’un officier de liaison de la Direction générale de la gendarmerie nationale, détaché le temps de l’événement. En lien avec les organisateurs et les échelons locaux durant les longs mois de préparation, il les conseille sur les questions de sécurité, d’ordre public et de police judiciaire.

Autres vidéos disponibles (170)

Tour de France : caravaniers, une mission de prévention

Composée de douze militaires, l’équipe de la caravane diffuse chaque jour, en amont du passage des cyclistes, des messages de sécurité en termes de comportements à adopter au bord des routes, mais aussi sur le plan sanitaire, afin d’inciter les spectateurs à conserver les gestes barrières liés à la Covid-19. Rencontre avec Élodie, l’une des caravanières du Tour 2021.

Des véhicules blindés pour des gendarmes mobiles tout terrain

Au Groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM), basé à Satory, les gendarmes sont formés à la conduite et au tir à bord des Véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG). Ces engins sont utilisés en maintien de l’ordre (manifestations des gilets jaunes, Notre-Dame-des-Landes, etc.), mais aussi pour venir en aide aux populations en cas de catastrophe naturelle, comme lors du passage de l’ouragan Irma aux Antilles. 60 VBRG sont actuellement opérationnels en métropole et en outre-mer, où sept des neuf commandements de gendarmerie sont dotés d'un détachement blindé.

C2NRBC : quand les gendarmes luttent contre les risques de contamination

Rattachés au Groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM) basé à Satory, les gendarmes de la Cellule nationale nucléaire radiologique biologique chimique (C2NRBC) sont employés dans ses différentes composantes scientifiques, que ce soit au titre de la prévention (levée de doute, formation NRBC des gendarmes), de la sécurisation (visites officielles, catastrophe naturelle ou industrielle, etc.) ou de l’appui judiciaire (découverte de cadavre, autopsie, etc.).

C2NRBC : faire face aux risques nucléaires, radiologiques, biologiques ou chimiques

Pour faire face aux nombreux risques nucléaires, radiologiques, biologiques ou chimiques (NRBC), la gendarmerie a mis sur pied, dès 2001, la C2NRBC. Cette cellule, unique au monde, est rattachée au Groupement blindé de la gendarmerie mobile (GBGM), implanté à Versailles-Satory. Elle peut être projetée partout sur le territoire métropolitain comme en outre-mer ou à l'étranger, en tous temps et en tous lieux.

Une gendarmerie qui évolue avec le service de la transformation

Le contrôleur général des armées Christophe Jacquot commande le service de la transformation de la gendarmerie, qui a pour mission de piloter le plan stratégique Gend 20.24 annoncé par le directeur général fin 2019. Pour que l’Institution évolue en lien avec son environnement, le service de la transformation favorise l’innovation, accompagne les projets de transformation et les valorise aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de la gendarmerie.

La CNAMO : une unité spécialisée dans le dégagement d'obstacles complexes

La CNAMO (cellule nationale d’appui à la mobilité) est une unité quasi unique en Europe. Composée de six sous-officiers ultra-expérimentés, elle a pour mission de faire cesser les entravements et les accrochages complexes de manifestants, qu’ils soient en hauteur ou au sol. Elle a été créée en 2011 pour faire face à la montée en puissance d’activistes anti-nucléaire, qui, à titre de protestation, procédaient à des blocages, aussi bien terrestres qu’aériens.

La gendarmerie mobile : une force militaire polyvalente

Bras armé de la gendarmerie, la mobile est une force militaire spécialisée au maintien de l'ordre public, mais pas que ! Elle peut également être engagée sur tout le spectre des crises, en métropole et en outre-mer, ainsi qu'à l'étranger, mais aussi sur les théâtres d'opérations extérieures. Elle assure, enfin, des missions d’appui aux unités territoriales, notamment en matière de lutte contre la délinquance et l’insécurité.

Virgil, sculpteur de la gendarmerie

Rencontre avec le sculpteur roumain Virgil, qui fait partie des onze artistes agréés par la gendarmerie nationale, et, à ce titre, des 60 artistes qui participent à l'exposition nationale des peintres des armées « Charles de Gaulle et la guerre, fragments d'une épopée », qui se déroule actuellement au Mémorial Charles de Gaulle, à Colombey-les-Deux-Églises.