En images

Un an après, l’hommage à nos camarades décédés à Saint-Just

auteur : Sirpa Gendarmerie - publié le

Dans la cour de la direction générale de la gendarmerie nationale, à Issy-les-Moulineaux, le général de corps d’armée Bruno Jockers, major général de la gendarmerie nationale, a présidé une cérémonie militaire en hommage à nos trois camarades morts dans l’accomplissement de leur mission à Saint-Just, il y a tout juste un an.

Le 22 décembre 2020, vers 21 heures sur la commune de Saint-Just, les militaires de la compagnie d’Ambert sont engagés suite à des violences intrafamiliales. Une femme, violentée par son mari armé, s’est réfugiée sur le toit de son habitation. Alors que le mis en cause tente de quitter les lieux, il fait feu sur les militaires assurant le bouclage et atteint le gendarme Arno Mavel, du PSIG d’Ambert, puis tire sur le lieutenant-colonel Cyrille Morel, commandant en second de la compagnie d’Ambert et le major Rémi Dupuis, de la brigade d'Ambert.

Dans sa lecture de l’ordre du jour, le major général est revenu sur leur noble sacrifice. « Nos trois camarades sont tombés pour la mission. Ils sont allés au bout de leur engagement au service des Français. Au bout de leur engagement pour la France. […] Ils seront à jamais notre fierté ». Une gerbe a été déposée en leur honneur au monument aux morts de la DGGN.

Cet hommage est l’occasion de nous rappeler le sens de notre engagement. « Il n’y a pas d’intervention anodine, nous le savons tous, et la violence extrême peut surgir à tout instant. Notre métier comporte des risques et ces risques, nous les assumons. Quoi qu’il arrive, et même dans la pire des situations, la Gendarmerie répond présent » a exprimé le général Bruno Jockers.

La cérémonie s’est achevée au son du chant de la gendarmerie, soulignant l’engagement, en toute circonstance, des gendarmes d’hier et d’aujourd’hui, héros discrets du quotidien.

A Sathonay-Camp, sous l'autorité du général de corps d'armée Laurent Tavel, commandant la région de gendarmerie de Rhône-Alpes, et au sein de la région de gendarmerie d’Auvergne, sous celle du commandant de région, le général de brigade Eric Marchal, des cérémonies militaires ont également rendu un hommage à nos trois camarades. L’ensemble des militaires a été invité à s’associer à cette commémoration en allumant, à 17 heures, trois bougies à l’accueil des brigades.

Autres Diaporamas disponibles (195)

Sathonay-Camp : la région gendarmerie baptisée du nom du résistant Henri Lebrun

Nouveau nom et grand symbole pour le pôle régional de la gendarmerie d’Auvergne-Rhône-Alpes. Vendredi 23 septembre 2022, en présence du général d’armée François Gieré, inspecteur général des armées gendarmerie (IGAG) et représentant du directeur général, et devant 350 gendarmes et représentants d’autorités locales, la caserne qui accueille le siège de la région gendarmerie a été baptisée au nom du gendarme et grand résistant, Henri Lebrun.

Les gendarmes mobilisés pour la rentrée des classes

Le cartable sur le dos et des souvenirs de vacances plein la tête, l’heure de la rentrée a sonné, ce jeudi 1er septembre, pour les enfants et leurs familles. Un peu partout sur le territoire national, en métropole comme en outre-mer, les gendarmes les ont accompagnés sur le chemin de l’école, parfois eux-mêmes concernés en tant que parents. En lien avec les équipes éducatives et les policiers municipaux, des patrouilles sont venues sécuriser les abords des établissements scolaires, veillant à ce que la jeune génération puisse rejoindre les bancs de l’école dans les meilleures conditions.

Poste de contrôle conjoint avec les gendarmes détachés à la Brigade de proximité de La-Tranche-sur-Mer

Pendant l'été, le Dispositif estival de protection des populations (DEPP) permet de renforcer les gendarmes des brigades situées dans les zones touristiques pour toutes leurs missions, notamment celles de sécurité routière. Exemple avec la Brigade de proximité (B.P.) de La Tranche-sur-Mer, appuyée par des militaires détachés d'autres unités, notamment deux motocyclistes de l'Escadron départemental de sécurité routière de la Vendée.

Un vent européen souffle sur le Tour de France

La Grande Boucle touche à sa fin ce dimanche 24 juillet. Durant trois semaines, les coureurs auront parcouru plus de 3 000 km sur les routes de France, mais également à travers certains pays européens. Danemark, Belgique et Suisse ont en effet eu la chance d’accueillir cette année des départs et des arrivées d’étape.