En images

EOGN : baptême de la promotion de la « Légion d’honneur »

Présidée par le ministre de l’Intérieur, le secrétaire d’État et le directeur général de la gendarmerie nationale, la cérémonie marquant le baptême de la 126e promotion de la « Légion d’honneur » s'est déroulée jeudi 25 juin, à l'EOGN (École des officiers de la gendarmerie nationale).

En Ardèche, les gendarmes sont prêts pour la saison estivale

Cet été, 71 % des Français vont passer leurs vacances dans l’Hexagone, contre seulement 55 % initialement. Une conséquence évidente de la COVID-19. Mais certains départements y trouvent leur compte, notamment l’Ardèche, qui a dopé ses réservations de plus de 190 %. Un afflux de touristes auquel se prépare déjà la gendarmerie.

Reprise des formations dans les écoles de gendarmerie

Suspendues depuis le 15 mars dernier, en raison de la pandémie de Covid-19, les formations initiales ont repris dans de nombreuses écoles de gendarmerie, à l’instar de celles de Dijon, de Tulle, de Montluçon, de Rochefort, de Chaumont, de Châteaulin, ou encore à l’EOGN, dans le strict respect des mesures sanitaires qui s’imposent.

Une commémoration du 8 mai inédite

C’est un 8 mai qui ne ressemble à aucun autre : une fête en demi-teinte, puisqu’elle est célébrée, pour la première fois, en comité restreint, au vu de la crise sanitaire et des mesures de confinement. Quel contraste avec la foule en liesse qui occupait les rues de Paris il y a 75 ans !

Préparer son déconfinement : comment utiliser un masque ?

Chirurgical, fait maison, en tissu ou en papier, le port d’un masque peut constituer une barrière supplémentaire pour limiter la propagation du coronavirus. Mais quel que soit le type de masque dont on dispose, il ne sert à rien si on l'utilise mal et peut même s'avérer contre-productif. Les experts du Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN) vous aident à comprendre les différences entre les différents types de masques sur le marché et vous montrent surtout comment les utiliser.

Contrôles renforcés sur l'ensemble du territoire ce week-end

Avec le début des vacances de la zone B hier soir et ce long week-end pascal, les forces de l'ordre se sont mobilisées partout en France pour faire respecter les mesures de confinement et continuer ainsi de lutter collectivement contre la propagation du COVID-19. Les unités de gendarmerie ont ainsi multiplié les contrôles sur les axes routiers, dans les gares et dans les lieux touristiques. Pour éviter tout relâchement, les gendarmes restent vigilants.

COVID-19 : les sections aériennes engagées dans les transferts sanitaires

Outre la contribution des hélicoptères au dispositif de contrôle du confinement sur l'ensemble du territoire, les Sections aériennes de gendarmerie (SAG) participent à de nombreuses autres missions, certaines classiques, d'autres beaucoup moins ! Ainsi, depuis le 1er avril dernier, les équipages de la SAG de Villacoublay et leurs EC 145 participent au « hub sanitaire hélicos », mis en place sur l'aéroport d'Orly. La SAG de Lyon a également été engagée avec son EC 135, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

COVID-19 : les gendarmes mobilisés dans tous les outre-mers

Sous la houlette des autorités locales, les mesures de prévention, de lutte contre la propagation du virus et de protection des plus vulnérables face à l'épidémie de COVID-19 s'appliquent également aux territoires d'outre-mer. Ainsi, en Nouvelle-Calédonie, à la Guadeloupe, en Guyane, à la Martinique, à La Réunion, à Mayotte, à Saint-Barthélémy et Saint-Martin, mais aussi à Saint-Pierre-et-Miquelon, les gendarmes sont pleinement mobilisés pour faire respecter les mesures de confinement.

Les cavaliers de la Garde veillent au respect du confinement

Depuis le 19 mars, des patrouilles de sécurité publique à cheval, armées par le Régiment de cavalerie de la Garde Républicaine, sont engagées, à Paris, pour veiller au respect par la population des dispositions du décret de confinement. Présents sur de nombreux secteurs parisiens où la circulation des véhicules à moteur est limitée ou impossible, les cavaliers contrôlent les attestations de déplacement dérogatoire et dispersent les regroupements de personnes sur l'espace public. Conformément aux directives, ils sont en mesure de verbaliser les contrevenants.

Une journée pour célébrer et remercier les femmes, aujourd'hui engagées dans tous les métiers de la gendarmerie

Commander une brigade ou une compagnie de gendarmerie, un peloton de surveillance et d’intervention ou encore un escadron de gendarmerie mobile, être maître de chien, plongeur, motocycliste, spécialiste montagne, aéronautique… Aucun statut, grade ou corps de métier n’est aujourd’hui fermé aux femmes en gendarmerie. Elles sont d’ailleurs 21 940, civiles et militaires, au sein de l’Institution, soit un taux de féminisation de 20,9 % enregistré en 2019. Mesdames les officiers, sous-officiers, personnels civils et volontaires, cette journée du 8 mars est la vôtre !

La gendarmerie du Pas-de-Calais face à l’enjeu humanitaire de l’immigration clandestine

Sur les côtes du littoral Nord, la pression migratoire à destination de l’Angleterre ne faiblit pas. Elle revêt même une nouvelle forme, avec des migrants qui n’hésitent pas à risquer leur vie en tentant la traversée de la Manche à tout prix, affrontant des conditions météorologiques parfois dangereuses à bord d’embarcations légères. Face à ce nouveau phénomène, le groupement de gendarmerie départementale du Pas-de-Calais assure notamment une présence continue sur le littoral, déployant de nouveaux moyens matériels et humains.

La Garde Républicaine en représentation au centenaire du Grand Prix d’Amérique

Ce dimanche 26 janvier, la communauté hippique internationale célébrait le centième anniversaire du Grand Prix d’Amérique, à l’hippodrome de Vincennes. Accompagné par sa fanfare, le régiment de cavalerie de la Garde Républicaine a, à cette occasion, réalisé le carrousel des lances en démonstration devant un public venu très nombreux pour assister à la plus grande course de trot au monde.

Saint-Sylvestre : les forces mobilisées pour une fête en toute sécurité

Hier, en début de soirée, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, et son secrétaire d’État, Laurent Nunez, notamment accompagnés du directeur général de la gendarmerie nationale, se sont rendus sur les Champs-Élysées, afin de saluer les forces de l’ordre mobilisées à Paris, parmi lesquelles dix-neuf escadrons de gendarmerie mobile ainsi que 800 militaires de la garde républicaine, dont trois escouades à cheval.

Cette année encore, un important dispositif de sécurisation a été déployé sur la capitale, particulièrement sur le secteur des Champs-Élysées, avec la mise en place d’un périmètre de sécurité dès 19 heures et des points de filtrage permettant d’accéder à la célèbre avenue parisienne, où près de 400 000 personnes se sont réunies pour assister au son et lumière. À l'issue du spectacle, les forces de l'ordre se sont employées à canaliser et à accompagner la foule de spectateurs afin que ces derniers puissent quitter l'avenue dans le calme et sans débordement.

Les secteurs du Trocadéro, du Champ-de-Mars et de la Tour Eiffel ont également fait l’objet d’un dispositif de sécurisation particulier.

Sur l’ensemble du territoire, ce sont ainsi près de 100 000 gendarmes (départementaux, mobiles et réservistes opérationnels) et policiers, renforcés par les militaires de Sentinelle, la sécurité civile et les sapeurs-pompiers, qui ont veillé à la sécurité de la population, tout au long de cette soirée et de cette nuit de fête, sur les sites de rassemblement comme sur les routes.

Les marchés de Noël sous haute protection

La sécurisation des marchés de Noël alsaciens déjà renforcée depuis 2015, est à son comble depuis le 11 décembre 2018, date à laquelle un attentat a été commis au centre-ville de Strasbourg, faisant 5 tués et 10 blessés. Focus sur les dispositifs de protection des marchés de Obernai et de Strasbourg, associant différentes forces de sécurité dont la gendarmerie.