En images

Arrivée sous haute protection des masques en provenance de Chine

Les masques envoyés depuis la Chine par avion ont commencé à arriver ce lundi 30 mars, sur la zone de fret de l'aéroport de Paris-Vatry, dans la Marne. La réception, le transport et le stockage de ces matériels de protection très convoités font l'objet d'une surveillance resserrée, à laquelle contribuent plusieurs unités de gendarmerie.

G7 : retour en images sur les forces gendarmerie engagées dans le dispositif de sécurisation - 2/2

Placé sous les ordres du général de corps d'armée Jean-Pierre Michel, le dispositif gendarmerie a déployé à lui seul environ 5 500 militaires, d’active et de réserve, et à travers eux l'ensemble des savoir-faire de l'Institution, du soutien opérationnel, avec la mise en place d'une base logistique avancée, à l'intervention spécialisée.

Les dispositifs terrestre (gendarmes départementaux, mobiles, gardes républicains et réservistes), maritime (gendarmerie maritime et brigades nautiques) et aérien (huit hélicoptères, 34 télépilotes de drone et 30 militaires dédiés à la lutte anti-drone), la sûreté aéroportuaire (GTA et gendarmerie mobile), les capacités d'intervention spécialisée (GIGN, CNAMO, C2NRBC, douze VBRG, CNOEIL, CBH, EGAME, DRAP), les pools judiciaire, cynophile (33 équipes cynophiles engagées dont quatre REXPEMO), transmissions et radiocommunication, ou encore circulation (sept brigades motorisées de circonstance, avec notamment 250 motards, quatre véhicules rapides d'intervention, ainsi que huit moto-tout-terrain), ont permis de couvrir toutes les dimensions du terrain et de la menace potentielle.

Contrôle de zone et surveillance du territoire, gestion des flux et sécurisation des escortes, police judiciaire, renseignement, maintien de l'ordre, manœuvre des systèmes d'information et de communication, soutien opérationnel... À chacun sa mission, remplie au quotidien avec engagement et professionnalisme, pour assurer le bon déroulement du sommet.

G7 : retour en images sur les forces gendarmerie engagées dans le dispositif de sécurisation - 1/2

Le dispositif de sécurité terrestre, maritime et aérienne, mis en place à Biarritz du 24 au 26 août, à l'occasion du sommet du G7, a mobilisé près de 15 000 gendarmes, policiers, militaires et personnels de la sécurité civile.

Placé sous les ordres du général de corps d'armée Jean-Pierre Michel, le dispositif gendarmerie a déployé à lui seul environ 5 500 militaires, d’active et de réserve, et à travers eux l'ensemble des savoir-faire de l'Institution, du soutien opérationnel, avec la mise en place d'une base logistique avancée, à l'intervention spécialisée.

Ainsi que l'a souligné le général d'armée Richard Lizurey, cet événement a réuni, notamment au sein d'unités de circonstance (escadrons de gendarmerie mobile, compagnies, brigades motorisées, brigade de recherches), toutes les subdivisions de l'Institution, tous les métiers, tous les statuts, tous les grades et toutes les origines géographiques.

Ainsi, au côté des 2 700 militaires issus de la gendarmerie départementale (1 600 personnels), de la réserve opérationnelle (trois compagnies de réserve territoriale, soit 152 personnels) et des gendarmeries spécialisées, comme les Forces aériennes de gendarmerie (FAG), la Gendarmerie maritime (GMAR), la Gendarmerie des transports aériens (GTA) ou encore la Garde républicaine (missions protocolaires, détachement de sécurité publique générale à cheval, pelotons d'intervention motorisée, section de protection et d'appui-drones), près de 2 800 gendarmes mobiles, soit 48 escadrons (dont 30 déployés en zone police), ont été mobilisés, auxquels s'ajoutent les unités et moyens spéciaux de la gendarmerie mobile (C2NRBC, douze VBRG, CNAMO, CNOEIL, CBH, EGAME, DRAP) et le GIGN.

Les dispositifs terrestre (gendarmes départementaux, mobiles, gardes républicains et réservistes), maritime (gendarmerie maritime et brigades nautiques) et aérien (huit hélicoptères, 34 télépilotes de drone et 30 militaires dédiés à la lutte anti-drone), sûreté aéroportuaire (GTA et gendarmerie mobile), capacités d'intervention spécialisée, pools judiciaire, cynophile (33 équipes cynophiles engagées dont quatre REXPEMO) ou encore circulation (sept brigades motorisées de circonstance, avec notamment 250 motards, quatre véhicules rapides d'intervention, ainsi que huit motos tout-terrain) ont permis de couvrir toutes les dimensions du terrain et de la menace potentielle.

Contrôle de zone et surveillance du territoire, gestion des flux et sécurisation des escortes, police judiciaire, renseignement, maintien de l'ordre, manœuvre des systèmes d'information et de communication, soutien opérationnel... À chacun sa mission, remplie au quotidien avec engagement et professionnalisme, pour assurer le bon déroulement du sommet.

G7 : coopération internationale au sommet

Dans le cadre de la coopération internationale, la Guardia civil espagnole est engagée dans la sécurisation du sommet, par le biais de services conjoints, maritimes et terrestres, avec les forces françaises, ainsi que des missions de surveillance à la frontière et de renseignement.

La toute jeune Unité opérationnelle franco-allemande, unité de circonstance composée de dix gendarmes français et de dix policiers allemands, est également mobilisée.

Tour de France 2019 : revivez le Tour en images ! 4/4

La 106e édition du Tour de France s'est achevée dimanche 28 juillet sur les Champs-Élysées, à Paris. Gendarmes départementaux, mobiles, réservistes, unité opérationnelle franco-allemande, motocyclistes de la garde républicaine, groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, forces aériennes de gendarmerie, équipes cynophiles spécialisées dans la recherche d’explosifs sur personne en mouvement ont assuré la protection des coureurs et des spectateurs tout au long des 3 460 kilomètres de la Grande Boucle. Retour sur trois semaines intenses de prévention, de protection et de sécurisation.

Tour de France 2019 : revivez le Tour en images ! 3/4

La 106e édition du Tour de France s'est achevée dimanche 28 juillet sur les Champs-Élysées, à Paris. Gendarmes départementaux, mobiles, réservistes, unité opérationnelle franco-allemande, motocyclistes de la garde républicaine, groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, forces aériennes de gendarmerie, équipes cynophiles spécialisées dans la recherche d’explosifs sur personne en mouvement ont assuré la protection des coureurs et des spectateurs tout au long des 3 460 kilomètres de la Grande Boucle. Retour sur trois semaines intenses de prévention, de protection et de sécurisation.

Tour de France 2019 : revivez le Tour en images ! 2/4

La 106e édition du Tour de France s'est achevée dimanche 28 juillet sur les Champs-Élysées, à Paris. Gendarmes départementaux, mobiles, réservistes, unité opérationnelle franco-allemande, motocyclistes de la garde républicaine, groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, forces aériennes de gendarmerie, équipes cynophiles spécialisées dans la recherche d’explosifs sur personne en mouvement ont assuré la protection des coureurs et des spectateurs tout au long des 3 460 kilomètres de la Grande Boucle. Retour sur trois semaines intenses de prévention, de protection et de sécurisation.

Tour de France 2019 : revivez le Tour en images ! 1/4

La 106e édition du Tour de France s'est achevée dimanche 28 juillet sur les Champs-Élysées, à Paris. Gendarmes départementaux, mobiles, réservistes, unité opérationnelle franco-allemande, motocyclistes de la garde républicaine, groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, forces aériennes de gendarmerie, équipes cynophiles spécialisées dans la recherche d’explosifs sur personne en mouvement ont assuré la protection des coureurs et des spectateurs tout au long des 3 460 kilomètres de la Grande Boucle. Retour sur trois semaines intenses de prévention, de protection et de sécurisation.

Dans le Marais poitevin, les gendarmes patrouillent en barque…

En voiture, à moto, à VTT, à pied, à cheval... mais aussi en barque, comme dans le Marais Poitevin, les gendarmes adaptent leurs moyens de mobilité pour aller au contact de la population et des vacanciers et assurer leur sécurité en tout point du territoire.

Dans le Marais poitevin, qui connaît une forte affluence touristique pendant la période estivale, la communauté de brigades de Frontenay-Rohan-Rohan renforce sa présence sur le terrain, du samedi 1er juin au dimanche 15 septembre, par la mise en œuvre de patrouilles mixtes (chevaux, bateau, VTT), dans les limites deux-sévriennes du Syndicat mixte du Parc interrégional du Marais poitevin. Les communes de Sansais (La Garette), Coulon, Magné et Le Vanneau-Irleau font notamment l'objet d'une surveillance particulière.

Embarquement à Coulon pour une mission de surveillance nautique.

Le 14 juillet vu du ciel

À l’occasion du traditionnel défilé du 14 juillet, 65 avions et 40 hélicoptères ont survolé la plus belle avenue du monde. Neuf pilotes et mécaniciens des forces aériennes de la gendarmerie nationale ont présenté un EC 145 et deux EC 135 dans un ballet parfaitement orchestré et millimétré. Revivez le défilé en images et depuis les airs !

La Garde républicaine a fait son show au Paris Eiffel Jumping

La fanfare du régiment de cavalerie de la Garde républicaine s'est illustrée ce week-end des 6 et 7 juillet 2019, lors du Paris Eiffel Jumping. Après avoir rejoint le défilé dans les rues de Paris, des Invalides au champ de Mars, 23 personnels de la fanfare ont effectué une animation dans la carrière, juste avant la grande épreuve, pour le plus grand plaisir des spectateurs présents. Retrouvez en photos cette belle démonstration.

Hellfest : les gendarmes au cœur de la grand-messe du métal !

Patrouilles pédestres au cœur du Hellfest, surveillance à cheval dans les campings et sur les parkings, dispositifs mobiles aux abords du site et contrôles en profondeur, en périphérie de la ville de Clisson. Tout au long de ce festival international de rock et de métal, réunissant environ 200 000 festivaliers sur quatre jours, la gendarmerie de Loire-Antlantique a mis en œuvre un dispositif complet afin d’assurer la protection de la population et des nombreux participants, prévenir tout trouble à l'ordre public et réprimer les éventuelles infractions.

Aux côtés du service de sécurité du festival, de la préfecture, des militaires de Sentinelle, du SDIS et du SAMU, environ 500 gendarmes ont ainsi été mobilisés : militaires de la compagnie de gendarmerie de Rezé, de l'escadron départemental de sécurité routière de la Loire-Atlantique, réservistes, équipes cynophiles de la région, poste à cheval du Lion d'Angers, section aérienne gendarmerie, sans oublier l’appui de la Cellule nationale d'observation exploitation de l'imagerie légale. Retour en images sur cette 14e édition qui s’est déroulée du 21 au 23 juin dernier !

Sécurisation du 53e Salon du Bourget

Le 53e Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace (SIAE) est organisé du 17 au 23 juin sur la plate-forme aéroportuaire de Paris-Le-Bourget. Cet événement présentant des aéronefs de tous types ainsi que des systèmes et des équipements civils et militaires de haute technologie, constitue un élément fort pour la gendarmerie. Il s’agit d’un événement économique, géopolitique mais également populaire où la gendarmerie est particulièrement présente et reconnue pour l’ensemble de ses savoir-faire.

La gendarmerie maritime sécurise la finale de la Coupe du Monde de voile

La finale de la Coupe du Monde de voile s’est déroulée du 4 au 10 juin, sur le stade nautique du Roucas-Blanc, à Marseille. La Gendarmerie maritime (GMar) a déployé ses moyens afin de sécuriser l’épreuve où s’affrontaient 324 concurrents représentant 42 nations. Ce fut également l’occasion pour la GMar de présenter son dispositif de sécurité au Comité international olympique (CIO), puisque ce même site accueillera des épreuves des Jeux olympiques de 2024.

À la découverte des formations spéciales de la garde républicaine

Régulièrement, la garde républicaine ouvre les portes du quartier des Célestins au public, afin de présenter, comme ce jeudi 13 juin, le savoir-faire et l’excellence de ses formations spéciales, toujours remarquées lors des grandes manifestations protocolaires. Fanfare à pied du régiment de cavalerie, démonstration de sécurité publique, quadrille des baïonnettes et démonstrations équestres se sont ainsi succédé, pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Sécurisation du meeting aérien de la Ferté-Alais

Pour sa 47e édition, « Le temps des Hélices », le traditionnel meeting aérien de la Ferté-Alais s’est tenu les 8 et 9 juin, sur le champ d’aviation de Cerny, dans l’Essonne. Plus de 25 000 personnes sont venues admirer les expositions d’avions et les démonstrations en vol. Près de 80 gendarmes ont été mobilisés pour assurer la sécurité de l’événement.

La gendarmerie mobilisée pour commémorer le D-Day

À l'occasion du 75e anniversaire du D-Day, un vaste dispositif de sécurité a été déployé sur la côte normande. La gendarmerie s'est mobilisée à la hauteur de l'événement pour contribuer à la sécurisation des cérémonies. À pied, à cheval ou à moto, à bord d’un hélicoptère ou d’une vedette nautique, près de 4 000 gendarmes d'active et de réserve œuvrent, jour et nuit, pour votre sécurité.

La collection d'armes du département balistique de l'IRCGN

Créé en 1987, le département balistique (BAL) couvre l’ensemble des domaines relatifs aux armes à feu. Il travaille essentiellement au profit des services d’enquêtes de la Gendarmerie Nationale, de la Police Nationale et de la justice française.

En criminalistique, la balistique forensique porte d’une part sur la connaissance et l’identification des armes et munitions et d’autre part sur les problèmes de balistique. Pour cette dernière activité, il y a lieu de différencier la balistique intérieure, la balistique extérieure et la balistique terminale. Le premier terme regroupe tous les phénomènes se déroulant à l’intérieur de l’arme. Le second terme est relatif aux corps lancés dans l’espace et le dernier a trait aux effets du projectile à l’impact.

Les études d’armes et de munitions ont lieu au laboratoire. La description de l’arme, la recherche de marquages, l’étude du fonctionnement et la recherche de modifications permettent l’identification et la classification éventuelle de l’arme et d’orienter les enquêteurs sur sa provenance. Les balisticiens procèdent ensuite à des tirs de récupération avec l’arme.

L’étude des munitions et des éléments de munitions tirées passe par leur description (composition, déformations, etc.) et la mesure de leurs caractéristiques physiques (diamètre, longueur, masse, etc.). L’étude d’un élément de munition tiré peut permettre d’orienter les enquêteurs sur le calibre, le type d’arme et parfois le modèle d’arme utilisé.

L’activité du département balistique repose entre autres sur l’exploitation de sa collection de référence, qui comprend plus de 12 000 armes et 700 000 munitions, et sur l’utilisation de différentes bases de données.

Hommage aux morts de la gendarmerie

La gendarmerie a rendu hommage à ses militaires morts dans l’accomplissement de leur devoir en 2018. À Paris, la cérémonie s’est tenue vendredi 15 février dans la cour d'honneur de l’Hôtel national des Invalides.