En images

Répétition du bloc multi-missions à l'EOGN pour le défilé du 14 juillet

Le bloc multi-missions, que la gendarmerie nationale a déployé pour faire face à la crise de la COVID-19, participera à la cérémonie du 14 juillet. Commandé par le lieutenant-colonel Nicolas Parra, ce bloc, constitué de 48 gendarmes venus de toute la France, a été mis en œuvre pour répondre à la crise sanitaire et assurer les missions de maintien de l’ordre public, le respect des mesures de confinement, la continuité des services publics et vitaux, et le soutien à la population, notamment aux seniors et au personnel soignant.

© GEND/SIRPA/F.GARCIA

Les cavaliers de la garde républicaine en patrouille à Cassis

Le détachement équestre de la garde républicaine, qui a pris ses quartiers à Marseille depuis le 25 avril dernier, enchaîne les missions de surveillance, comme dernièrement à Cassis, où les habitants et les touristes ont eu la surprise de croiser les cavaliers en plein centre-ville.

Madame la Maire, qui les a accueillis, s'est félicitée de ce renfort qui permettra d’effectuer des missions de surveillance sur la commune, en coordination avec la brigade de gendarmerie locale, dans le cadre de la Politique de sécurité du quotidien (PSQ).

D'autres sites du département bénéficieront du renfort de ces patrouilles équestres comme Les Baux de Provence, Carry-le-Rouet, les Saintes-Maries-de-la-Mer, Gemenos, Sausset-les-Pins ou encore la Roque-d'Antheron. Celles-ci s’effectueront notamment autour des grands événements, sur les plages, dans les massifs forestiers, etc.

Valdémoro : une scolarité franco-espagnole

Pour la première fois en Europe, une promotion mixte a été créée en Espagne, composée d’élèves-gendarmes et de gardes jeunes.

Depuis le 20 octobre 2017, et pour neuf mois, 119 élèves-gendarmes ont rejoint 177 gardes jeunes espagnols au sein de leur école militaire, « el Colegio de Guardias Jóvenes », à Valdemoro, près de Madrid (Espagne). Cette promotion « gendarme Garcia » est née d’une volonté forte des deux pays de renforcer leur coopération.

Red Bull Race : surveillance en trois dimensions

Pour la première fois en France, la ville de Cannes a accueilli, du 20 au 22 avril, la Red Bull Air Race. En trois jours, ce spectaculaire show de voltige aérienne a attiré près de 83 000 spectateurs. Sur terre, en mer ou dans les airs, plus d’une centaine de gendarmes étaient engagés dans le dispositif de sécurisation de l’événement.

La direction générale de la gendarmerie ouvre ses portes au jeune public

Samedi 21 avril, une vingtaine d’enfants a passé un après-midi ludique avec Théo, la nouvelle mascotte de la gendarmerie. L’occasion, à travers différents ateliers, de leur faire connaître l’Institution, mais aussi de leur faire passer, tout en s’amusant, des messages de prévention.

Ils étaient une vingtaine d'enfants, de 7 à 10 ans, à avoir la chance de passer un après-midi au sein de la direction de la gendarmerie nationale, à Issy-les-Moulineaux, en compagnie de Théo, la nouvelle mascotte de l’Institution, dont ils ont pu faire la connaissance en avant-première.

Cet événement avait pour objectif de délivrer des messages de prévention, mais aussi de créer du lien avec ce jeune public, dans le cadre de la politique jeunesse.

Un après-midi ludique donc, qui a permis aux enfants de se mettre dans la peau d’enquêteurs à l’occasion d’un jeu de piste. Ils ont également pris part à plusieurs ateliers de prévention, dont des simulateurs de conduite auto et moto animés par des gendarmes de brigade motorisée. Une manière d’aborder la sécurité routière tout en s’amusant.

Un après-midi également riche en rencontres pour ce jeune public ravi, qui a pu échanger avec un motocycliste de la garde Républicaine et un maître-chien, et ainsi mieux connaître ces deux métiers. L’occasion, pourquoi pas, de susciter quelques vocations…

Entrez dans les coulisses de l'émission : "Questions pour un champion – spéciale grandes écoles"

Ce soir, sur France 3, les officiers-élèves de l'EOGN s'affronteront à "Questions pour un champion – spéciale grandes écoles", avant la grande finale de demain soir. Entrez dans les coulisses de l'émission !

Ce jeudi soir, sur France 3, les officiers-élèves Benoît, Corinne, Théophile et Johan s'affronteront, face au présentateur Samuel Étienne, afin de déterminer lequel d'entre-eux représentera l'École des officiers de la gendarmerie nationale lors de la finale de l'émission dédiée aux grandes écoles.

Demain soir, vendredi 20 avril, le finaliste se mesurera en effet au meilleur élève de Polytechnique, de l'Edhec et de l'ISAE-Supaéro.

Pour vous, nous avons suivi les coulisses de l'émission, dont nous vous dévoilons les images ! 1, 2, 3... Ça tourne !

Les deux émissions seront disponibles en replay après leur diffusion à l'antenne.

19 et 20 avril : les officiers-élèves s'affrontent à "Questions pour un champion – spéciale grandes écoles"

En avant-première, découvrez les images des officiers-élèves, en formation à l'EOGN, qui ont participé aux émissions programmées les 19 et 20 avril prochains.

Ils sont quatre candidats, officiers-élèves à l'École des officiers de la gendarmerie nationale, à Melun, à avoir été sélectionnés pour représenter leur école lors de la fameuse émission : "Questions pour un champion".

Jeudi 19 avril, à partir de 18 heures, sur France 3, retrouvez Benoît, Corinne, Théophile et Johan.

Nos quatre candidats s'affronteront face au présentateur Samuel Étienne. Le finaliste participera, quant à lui, à la grande finale diffusée le lendemain, vendredi 20 avril, même heure, même chaîne. Il se mesurera au meilleur élève de Polytechnique, de l'Edhec et de l'ISAE-Supaéro.

Pour vous, nous avons suivi les coulisses des deux émissions, dont nous vous dévoilons les premières images ! 1, 2, 3, ... Top. Ça tourne !

Notre Dame des Landes : bilan de la première journée d’évacuation

Près de 2 500 gendarmes mobiles et départementaux, appuyés par des moyens spéciaux, sont intervenus toute la journée sur le site de Notre-Dame-des-Landes, afin d’accompagner la manœuvre d’évacuation des occupants illégaux. Quatorze sites ont été évacués et, pour partie, démontés.

L’opération, commencée ce matin à l’aube et visant à mettre fin à l’occupation illégale du site de Notre-Dame-des-Landes, a vu l’évacuation de quatorze sites. Les structures ont été démantelées ou sont sur le point de l’être, comme la tour du « Lama fâché », le lieu-dit des « Cent noms », où 22 personnes ont été évacuées en sécurité des toits où elles s’étaient retranchées, ou encore celui de « La chèvrerie », où une cinquantaine d’individus s’étaient regroupés.

Les gendarmes ont rencontré une résistance relativement importante de la part des occupants illégaux, estimés à 160. Ils ont notamment dû employer des véhicules blindés munis d’une lame pour dégager les nombreuses barricades, la plupart enflammées, qui obstruaient la route.

Sept personnes ont été interpellées sur le site au cours de la journée. L’opération reprendra demain matin, selon le même mode opératoire.