Enquêtes

Trafic d'armes : coup de filet XXL

Auteur : la capitaine Gaëlle Pupin - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© Tous droits réservés

Un vaste réseau de trafic d’armes a été démantelé par les gendarmes de la section de recherches d’Angers, appuyée par des experts du pôle judiciaire de la gendarmerie de Pontoise.

En septembre 2016, deux jeunes individus sont découverts en possession d'une arme de poing, à l'occasion d'un contrôle routier au Mans. Saisie des faits, la Section de recherches (S.R.) d’Angers, appuyée par le groupement de gendarmerie départementale de la Sarthe (GGD72) et le Plateau d'investigation sur les explosifs et les armes à feu (Pixaf) de l’IRCGN, met au jour un vaste trafic d’armes.

La troisième et dernière vague d’interpellations de cette enquête s’est déroulée du 12 au 14 juin dernier, dans 54 départements. Au total, près de 700 gendarmes ont été engagés (dont 16 Psig et 2 Antennes-GIGN sur la dernière opération) dans toute la France, renforcés d’unités spécialisées dans la recherche d’explosifs et d’armes à feu (unités cynophiles de la gendarmerie et démineurs de la sécurité civile), et avec l’assistance d’Europol.

Lors des perquisitions, les gendarmes ont découvert des armes de poing, des fusils d’assaut, des pistolets-mitrailleurs, mais également des explosifs et des lance-roquettes. En tout, ce sont près de 1 900 armes détenues illégalement qui ont été saisies, ainsi que 350 000 €. Toutes les armes saisies font l’objet d’expertises par l’IRCGN, notamment pour retracer leurs origines et leurs éventuelles utilisations.

En tout, 250 personnes ont été auditionnées. Les deux principales têtes du réseau ont été incarcérées et quatorze individus ont été mis en examen.