Enquêtes

Aube : quatre mineurs mis en cause après les actes de cruauté commis dans une ferme pédagogique

Auteur : la rédaction - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© COB de Romilly-sur-Seine
© Tous droits réservés

Dans la nuit de dimanche 28 à lundi 29 juillet, plus d’une quinzaine d’animaux avaient été tués ou blessés dans une ferme pédagogique à Méry-sur-Seine, dans l’Aube. Les 30 et 31 juillet, quatre mineurs soupçonnés d’avoir participé à ces actes ont été placés en garde à vue. Ils seront présentés dans la journée devant le juge pour enfants.

Quatre jours après la découverte de plus d’une quinzaine d’animaux tués ou blessés dans une ferme pédagogique de l’Aube, quatre mineurs âgés de 16 à 18 ans seront présentés aujourd’hui devant le juge pour enfants pour des faits de sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux, vol en réunion et dégradation d’un bien appartenant à autrui.

Lundi 29 juillet, les gendarmes de Romilly-sur-Seine sont alertés par un employé de la ferme pédagogique de Méry-sur-Seine, qui leur signale que plusieurs de leurs animaux semblent avoir été battus à mort.

À leur arrivée sur les lieux, les militaires découvrent treize volailles et un lapin sans vie. Un cochon, une oie et un coq présentent des lésions, tandis qu’un mouton, plus gravement blessé, doit être euthanasié par le vétérinaire appelé en renfort.

Les gendarmes constatent également que des dégradations ont été commises sur les enclos.

© COB de Romilly-sur-Seine

© Tous droits réservés

Les prélèvements réalisés, ainsi que les canettes de bière retrouvées sur place sont envoyés à la cellule d’identification criminelle et numérique de Troyes pour une recherche d’empreintes. Dans le même temps, les gendarmes mènent une enquête de voisinage.

Les investigations ainsi que le travail technique et scientifique conduits par la gendarmerie permettent d’orienter les enquêteurs vers quatre mineurs aubois âgés de 16 à 18 ans. Ces derniers sont placés en garde à vue les 30 et 31 juillet et des perquisitions sont réalisées à leur lieu de résidence.

Les auteurs, qui auraient commis ces faits en marge d’une fête alcoolisée, seront présentés dans la journée au juge pour enfants, pour des faits de sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux, vol en réunion et dégradation d’un bien appartenant à autrui.

© COB de Romilly-sur-Seine

© Tous droits réservés