Enquêtes

Coup d’arrêt à un trafic de stupéfiants en Côte d’Or

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© Section de recherches de Dijon
© Tous droits réservés

Les enquêteurs de la section de recherches de Dijon ont démantelé un groupe de trafiquants de stupéfiants s’approvisionnant aux Pays-Bas afin d’alimenter la région Bourgogne. Une opération judiciaire conduite dans la nuit du 10 au 11 mars dernier a permis d’interpeller cinq individus et de saisir 3,8 kg d’héroïne, 2,2 kg de cocaïne et 11 kg d’herbe de cannabis.

En août 2018, la Section de recherches (S.R) de Dijon met à jour l’existence, sur la commune de Quétigny, d’un réseau de trafic de produits stupéfiants.

Les premières investigations permettent d’établir qu’un individu défavorablement connu effectue de fréquents voyages entre la France et les Pays-Bas à bord d’un véhicule faussement immatriculé, avec l’aide de complices issus de son entourage.

La section de recherches de Dijon est saisie. Un groupe de travail baptisé « CARILS 21 » est créé, avec le renfort d’enquêteurs du groupement de gendarmerie départementale de Côte d’Or.

Plusieurs semaines d’enquête permettent d’identifier l’ensemble de l’équipe de trafiquants. Ces derniers effectuent des déplacements réguliers, en convoi, pour se fournir aux Pays-Bas et en Espagne, afin d’alimenter la région de Dijon.

Le 11 mars dernier, les enquêteurs, appuyés par les gendarmes du groupement de Côte d’Or, de l’antenne GIGN de Dijon, des groupes d’observation et de surveillance de Metz et de Dijon et du détachement aérien de gendarmerie de Dijon, interpellent trois individus à l’occasion d’un retour d’importation de stupéfiants des Pays-Bas et deux autres individus ciblés dans le cadre du dossier support.

Lors des perquisitions des véhicules, 3,8 kg d’héroïne et 2,2 kg de cocaïne sont retrouvés dans une cache spécialement aménagée. Les enquêteurs saisissent également plus de 11 kg d’herbe de cannabis lors de la perquisition du domicile de l’un des mis en cause.

Les cinq trafiquants sont déférés et écroués le 13 mars.