Enquêtes

Démantèlement d’un réseau de trafic de stupéfiants dans le Gard

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© S.R. Nîmes
© Tous droits réservés

Le 27 juin, une opération judiciaire conduite par la section de recherches de Nîmes, dans le cadre d’une enquête commencée en début d’année, a permis l’interpellation de huit individus, la saisie de 108 kg de résine de cannabis, de 11 000 € en numéraire et 9 000 € d’avoirs criminels.

Jeudi 27 juin, le GIGN a intercepté, sur l’autoroute A9, à hauteur de Narbonne, dans l’Aude, un convoi de deux véhicules en provenance d’Espagne et se dirigeant vers Nîmes, dans le Gard. Quatre personnes ont été interpellées et trois valises « marocaines » contenant de la résine de cannabis ont été découvertes.

Cette opération judiciaire, conduite par la Section de recherches (S.R.) de Nîmes, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte au pôle criminel du Tribunal de grande instance de Nîmes, a mobilisé 97 militaires.

Quatre autres personnes ont également été interpellées ultérieurement par l’antenne-GIGN d’Orange (Vaucluse) et les pelotons de surveillance et d’intervention d’Alès et de Saint-Hippolyte-du-Fort, en plusieurs points du chef-lieu du Gard.

À l’issue des gardes à vue, cinq personnes, toutes déjà connues pour des infractions à la législation sur les stupéfiants, ont été présentées au magistrat instructeur, mises en examen, puis placées en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention.

Lors des perquisitions, les enquêteurs ont saisi 108 kg de résine de cannabis, plus de 11 000 € en espèces et un quad d’une valeur de 9 000 € au titre des avoirs criminels.

La S.R. de Nîmes avait initié, au début de l’année 2019, une enquête sur les agissements d’un groupe d’hommes ayant des intérêts dans un quartier de Nîmes. Rapidement, les enquêteurs ont matérialisé leur activité dans la ville ainsi que leurs fréquents voyages en Espagne.

La S.R. de Nîmes a pu s’appuyer sur la complémentarité des moyens de la gendarmerie nationale pour mener à bien cette enquête, avec l’appui des unités départementales et régionales spécialisées en observation-surveillance, le concours de la S.R. de Montpellier (Hérault) et l’engagement des quatre groupements de gendarmerie départementale de la région Languedoc-Roussillon ayant une compétence sur l’A9 (compagnies de Nîmes et Vauvert pour le groupement du Gard).

Le réseau démantelé à la suite de cette intervention alimentait en produits stupéfiants plusieurs quartiers de Nîmes, en vente directe à partir d’un commerce ou par des réseaux de distribution plus novateurs.