Enquêtes

Démantèlement d’un trafic de stupéfiants entre le Maroc et la France

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© D.R
© Tous droits réservés

Face à un réseau d’ampleur alimentant plusieurs régions de France en cannabis, les enquêteurs des Sections de recherches (S.R.) de Grenoble et de Clermont-Ferrand, appuyés par des gendarmes des groupements du Puy-de-Dôme et de l’Isère ainsi que des groupes d’observation et de surveillance du Rhône, de l’Hérault et de l’Île-de-France, ont mis fin à un trafic international de produits stupéfiants générant un chiffre d’affaires hebdomadaire de 200 000 euros.

À la suite d’une saisie de 150 kg de résine de cannabis opérée il y a un an par la gendarmerie, les investigations menées permettent d’identifier une personne déjà impliquée dans diverses affaires de stupéfiants.

Les S.R. de Grenoble et de Clermont-Ferrand sont saisies pour enquêter sur les nombreux échanges qui semblent s’opérer entre le Maroc et la France et pour identifier la tête de réseau. Celle-ci s’avère être un individu défavorablement connu des services de police. Étant en fuite à l’étranger, ce dernier s’appuie sur des complices résidant dans le Puy-de-Dôme pour acheminer par voie maritime de la résine de cannabis et de l’herbe.

Une fois la marchandise arrivée sur le sol espagnol, les complices la récupèrent et la transportent en direction de la France en convois de véhicules à faible allure. Cette méthode, dite « slow-fast », évite d’éveiller les soupçons : pas de déclenchement de radar ni de grosse cylindrée, les malfaiteurs se « fondent dans la masse » du flux de circulation. Une fois arrivé en France, le produit est vendu dans le Puy-de-Dôme mais également dans les régions parisienne, lyonnaise et toulousaine.

Après plus d’un an d’enquête assidue, une opération judiciaire d’ampleur est réalisée les 1er et 2 octobre derniers. Alors qu’un énième convoi remonte d’Espagne, les gendarmes interceptent deux véhicules sur l’A9 à hauteur de Narbonne et de Perpignan. Le chargement comporte 528 kg de résine de cannabis et 90kg d’herbe qui sont immédiatement saisis. Par ailleurs, les militaires procèdent à quatre interpellations : trois personnes en charge de ce convoi et une quatrième retrouvée à Clermont-Ferrand en possession de 200 000 euros en espèce, leur recette d’une semaine.

© D.R

© Tous droits réservés