Enquêtes

Démantèlement d’un trafic de stupéfiants : gros coup de filet dans la Loire-Atlantique

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© D.R.
© Tous droits réservés

Le démantèlement d’un vaste réseau de trafic de stupéfiants a été opéré mardi 18 juin, dans la région de Saint-Nazaire, lors d’une opération mobilisant plus de 200 gendarmes. L’enquête conduite par la brigade de recherches de Saint-Nazaire a abouti à l’interpellation d’une vingtaine d’individus ainsi qu’à de nombreuses saisies, pour une valeur de plus de 500 000 euros.

Tout commence en juillet 2018, lorsqu’une information permet d’identifier un trafic de stupéfiants dans le secteur de la compagnie de gendarmerie départementale de Saint-Nazaire.

Les enquêteurs de la brigade de recherches de Saint-Nazaire engagent alors des investigations et parviennent à identifier les principaux trafiquants et complices, ainsi que plusieurs points de revente dans le département de la Loire Atlantique (44).

14 kg d’héroïne, 20 kg de cannabis

Après presqu’un an d’enquête, une opération d’envergure est lancée, le 18 juin dernier, dans 30 lieux différents de Loire-Atlantique. 225 gendarmes sont ainsi mobilisés.

Au total, 26 personnes, dont huit femmes âgées de 25 à 28 ans, sont interpellées. Des personnes « ancrées dans ce type de trafic », a indiqué la procureure de la République de Saint-Nazaire, plusieurs ayant en effet déjà été condamnées pour des faits similaires.

Lors des perquisitions, 14 kg d’héroïne, représentant une valeur à la revente et au détail estimée à plus de 400 000 euros, 20 kg de cannabis, 80 grammes de cocaïne et plus de 100 000 euros en numéraire sont saisis, de même que des armes et huit véhicules, dont certains modèles haut de gamme.

Après 96 heures de garde à vue, les 26 personnes interpellées ont été présentées devant le juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance de Saint-Nazaire. Sept ont été écrouées et six placées sous contrôle judiciaire.